La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Vive polémique autour d’une campagne de prévention du sida

Vive polémique autour d’une campagne de prévention du sida

date de redaction jeudi 24 novembre 2016     auteur Jean-Benoît RICHARD


Les affiches de la dernière campagne de prévention du sida lancée par le Ministère de la Santé réveillent les passions, certains maires allant jusqu’à interdire leur exposition sur la voie publique.


PNG - 279.5 ko
PNG - 330.2 ko
PNG - 344.2 ko
PNG - 348 ko

Ces affiches de la dernière campagne de prévention du sida lancée par le Ministère de la Santé dans le courant du mois de novembre ont suscité beaucoup d’émoi. Plusieurs associations intégristes ont dénoncé une campagne publicitaire « mettant en scène des hommes dans des positions à tout le moins ambiguës et accompagnée de slogans à caractère libertin et pornographique ».

Sur les réseaux sociaux, des propos très vifs ont été tenus et les plus radicaux n’ont pas hésité à caviarder les affiches polémiques.

Demande de retrait, voire interdiction

Ces réactions ont conduit une dizaine de maires de l’hexagone à demander aux sociétés d’affichage le retrait des visuels litigieux. C’est le cas notamment à Compiègne, comme l’a confirmé Philippe Marini, maire LR, au quotidien régional Le Courrier Picard. « Il n’est pas nécessaire de choquer volontairement pour prévenir », a expliqué l’édile.

Même attitude à Angers où Christophe Bechu, le sénateur-maire LR a demandé à JC Decaux le retrait des affiches. Mais seulement « à proximité des écoles » a-t-il précisé en réponse à un rassemblement de protestation organisé par Quazar, le centre LGBT d’Angers le 23 novembre au soir.

Certains élus ont été plus radicaux encore en prenant des arrêtés d’interdiction. A Aulnay-sous-Bois par exemple, Bruno Beschizza, maire LR, considère que ces affiches sont « contraires aux bonnes moeurs et à la moralité » et « portent atteinte à la dignité au risque de heurter la sensibilité de l’enfance et de la jeunesse ».

La Justice est saisie

La réaction de la ministre de la Santé ne s’est pas fait attendre. Sur son compte Twitter, Marisol Touraine a annoncé qu’elle saisissait la justice. Le Préfet de Seine-Saint-Denis a introduit un recours assorti d’une suspension devant le tribunal administratif de Montreuil.

Portfolio


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur