La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Santé > La plus grande étude d’adolescents transgenres

La plus grande étude d’adolescents transgenres

date de redaction lundi 11 avril 2016     auteur Pierre Léonard


La revue scientifique Nature volume 531 page 560 du 31 Mars présente en quelques paragraphes une des plus grandes études scientifique sur la vie des mineurs transgenres. Les scientifiques suivent de très près les résultats psychologiques et médicaux des traitements hormonaux controversés pour aider les adolescents dans leur transition transgenre.


Pour les enfants transgenres qui pensent que leurs corps ne correspond pas à leur psychologie, la puberté peut être terrifiante. Pour atténuer ce traumatisme psychologique, les médecins prescrivent de plus en plus de traitements hormonaux destinés à bloquer la puberté de leur corps - afin d’attendre la maturité suffisante pour commencer le traitement hormonal trans-sexuel, typiquement à l’age de 16 ans.

Mais les effets secondaires de ce traitement sont encore mal connus, les chercheurs et les cliniciens sont encore en train de déterminer la façon de traiter les enfants qui remettent en question leur sexe de naissance. Un ensemble d’études américaines a commencé à constituer des cohortes d’adolescents transgenres afin de clarifier cette situation.

Financé à hauteur de 5,7 md$ l’Institut National de la Santé (NIH), l’US projet ne sera pas seulement l’étude la plus importante jamais réalisée de jeunes transgenres, mais aussi la deuxième à étudier les effets psychologiques du retard de la puberté - et la première à suivre ses impacts médicaux.

Elle intervient alors que le NIH et bien d’autres instituts ont commencé à investir fortement sur la recherche liée à la santé des personnes transgenres, dit Robert Garofalo, pédiatre à Ann et de l’Hôpital Robert H. Lurie des Enfants de Chicago, Illinois, et l’un des responsables de l’étude : "nous avons le sentiment d’être réellement à un point de bascule", ajoute-il.

Garofalo et ses collègues souhaitent recruter 280 adolescents identifiés comme transgenre, et les suivre pendant au moins cinq ans. Un groupe recevra des retardant de la puberté au début de l’adolescence, et un autre, plus âgé recevra des hormones cross-sexe.

Leurs conclusions pourraient aider les cliniciens à proposer la meilleure façon d’aider les adolescents qui cherchent une transition.

JPEG - 14.8 ko
Exclus, intimidés et harcelés : les scientifiques LGBT font face à la discrimination

75 % environ des enfants qui remettent en question leur sexe de naissance s’identifient comme ce sexe à la puberté. Mais ceux qui s’identifient comme transgenre à l’adolescence le font presque toujours de manière permanente. Les priver de la capacité de transition est contraire à l’éthique, dit la bioéthicienne Simona Giordano de l’Université de Manchester, au Royaume-Uni. "Ne pas traiter les adolescents n’est pas neutre », dit-elle. « Cela signifie qu’ils seront exposés à de grave souffrances."

Age de consentement

Pourtant, il n’y a pas d’âge identifié pour que les enfants puissent consentir à des traitements irréversibles, y compris aux hormones. Pour laisser plus de temps pour décider et laisser leurs corps devenir mâture, les enfants transgenres à l’aube de l’adolescence se voient souvent prescrire des médicaments agonistes de la GnRH qui bloquent les effets des hormones sexuelles.

Ceci est « le moyen le plus sûr pour soulager les adolescents transgenres au pire moment de leur vie », dit Wylie Hembree, endocrinologue à l’Université de Columbia à New York.

JPEG - 6.2 ko
la diversité de fierté d’aborder certains sujets dans le monde scientifique.

Une seule étude, publiée en 2014, a traité des effets psychologiques d’un tel traitement. La pédopsychiatre Annelou de Vries et ses collègues du Centre médical de l’Université VU d’Amsterdam concentrent leur attention sur un groupe de 55 adolescents transgenres qui ont reçu des inhibiteurs de la puberté à environ 13 ans, des hormones cross-sexe à environ 16 ans et une conversion sexuelle chirurgical à environ 20 ans. Les participants de cette cohorte, maintenant âgés d’une vingtaine d’années ont une santé mentale aussi bonne que leur pairs non transgenres (A. L. de Vries et al Pediatrics 134, 696-704 ; 2014).

On en sait moins sur la façon dont le report de la puberté affecte la santé physique. Et les agonistes de la GnRH ont été utilisés pendant des décennies pour traiter les enfants qui commencent à mûrir trop tôt. Mais certains scientifiques craignent que l’échappement à la puberté chez les enfants plus âgés puissent perturber les maturités physique avec des développement osseux et le développement du cerveau, ce qui réduit la densité osseuse et conduit à des problèmes cognitifs.

JPEG - 10.2 ko
La majorité des chercheurs gay et lesbiennes on fait leur coming-out dans leur laboratoires.

Plus tard cette année, la société d’endocrinologie mettra à jour ses lignes directrices pour le traitement des jeunes transgenres. Stephen Rosenthal, un endocrinologue pédiatrique à l’Université de Californie, San Francisco (UCSF), et un chef de file de la nouvelle étude, prévoient deux changements majeurs. On doit cesser le conseil général de refuser la thérapie hormonale trans-sexuelle jusqu’à l’âge de 16 ans, et permettre une meilleur flexibilité sur la base de l’entrée en puberté de l’enfant.

L’autre changement aborde un sujet plus controversé : il faut permettre aux enfants pré-pubères de vivre avec le genre auquel ils s’identifient. Parce que la plupart des enfants qui mettent en doute leur genre ne passent pas l’adolescence, beaucoup de psychologues découragent "une transition sociale" jusqu’aux années adolescentes. D’autres cliniciens préfèrent l’approche : "attendre et voir".

JPEG - 9.4 ko
redéfinition sexuelle

Mais encourager les enfants à vivre avec l’identité sexuelle qu’ils identifient est un choix de plus en plus populaire. "Il y a eu de réels changements radicaux," dit Diane Ehrensaft, une psychologue à UCSF. Elle rapporte l’observation récente de patients plus pré-pubères qui ont déjà réalisé leur transition sociale.

De nombreux activistes pour les droits des transgenres soutiennent ce modèle, et toute autre approche de la thérapie de conversion gay. "Vous dites à un enfant, je ne te crois pas", dit Asaf Orr, avocat du personnel du National Center for Lesbian Rights à San Francisco. La meilleure stratégie, dit-il, est "de permettre l’exploration du genre d’un enfant, quel que soit le résultat final".

JPEG - 7.9 ko
Le tournant : pour ou contre la chimie ?

Le débat soulève beaucoup de controverses - avec des preuves trop rares - que les auteurs du Manuel de l’American Psychiatric Association 2013 : "Diagnostique etc statistique des troubles mentaux (DSM-5)" ont été incapables de parvenir à un consensus. "Les gens font des déclarations sur des bases de connaissances qui sont leurs systèmes de croyance. Elles sont étayées par des recherches empiriques", explique Jack Drescher, psychiatre à l’Institut Alanson William White à New York City.

Néanmoins, plusieurs États américains, l’Ontario et le Canada, ont interdit la thérapie de conversion transgenre, ce qui peut inclure des pratiques qui ne contribuent pas activement les enfants à vivre avec le sexe qu’ils identifient. Peu importe l’approche, dit Giordano, les cliniciens et les familles doivent aider les enfants à comprendre ce qu’ils vivent. "Le passage de la transition sociale et physique est un long voyage," dit-elle.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur