La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Documents > Le mariage gay > Les prémices du mariage gay > Réactions des partis politiques

Réactions des partis politiques

date de redaction jeudi 29 avril 2004


UMP

Lors du point presse du 27 avril, François Barouin déclare :

La décision de Noël Mamère de célébrer un mariage homosexuel est une provocation

Le mariage des homosexuels, relancé dans le débat public par l’initiative de Noël Mamère de célébrer un mariage homosexuel, est d’abord une initiative de provocation. L’UMP considère que c’est un sujet trop important pour ne pas dénoncer d’un doigt implacable l’attitude irresponsable et intolérable de Noël Mamère qui veut, au nom de l’idée qu’il se fait de la société française, imposer à marche forcée sa vision à travers sa méthode qui relève d’une pure provocation.

C’est un sujet qui suppose le respect de part et d’autre. Le respect d’une institution essentielle, qui est un pacte fondateur de l’équilibre de notre société française, qui est celui du mariage.

Au fond Noël Mamère rend un très mauvais service à la cause des homosexuels, qui à travers ses provocations, dit vouloir défendre.

L’UMP souhaite rappeler, que sous l’impulsion du gouvernement, il existe aujourd’hui dans notre pays une politique de lutte contre toutes les discriminations et notamment celles qui touchent les homosexuels. Un texte est actuellement en discussion qui vise à renforcer l’arsenal juridique vis-à-vis des atteintes à l’égard des homosexuels pour lutter contre l’homophobie.

Christine Boutin

La présidente du Forum des républicains sociaux Christine Boutin a réitéré son opposition au mariage homosexuel, « chemin tracé pour l’adoption ».

« On peut se poser la question de savoir pourquoi l’Etat a mis son regard dans une relation aussi personnelle que le mariage », a souligné sur RTL Christine Boutin, après l’annonce du maire de Bègles Noël Mamère de la célébration d’un mariage homosexuel en juin prochain sur la base du Code civil.

La députée des Yvelines a expliqué qu »’à l’époque, il n’était pas question qu’il y ait des mariages entre deux hommes ou deux femmes. Donc ça allait de soi que c’était un homme et une femme ». « Je pense que derrière le problème du mariage, il y a le problème de l’adoption ».

« C’est ce qui, moi, m’inquiète le plus parce que je pense qu’un enfant a besoin de son papa et de sa maman pour véritablement construire sa propre identité », a-t-elle argumenté. « Donc, je suis contre le mariage gay ». Quant à l’initiative du député-maire Vert de Bègles, Christine Boutin a ironisé que « Noël a toujours besoin qu’on parle de lui ». « Je l’aime bien, mais (...) il a toujours envie de provoquer ».

Philippe de Villiers (MPF)

C’est une « provocation libertaire, typique de la gauche qui cherche à déstructurer la société et qui vise à casser les cadres traditionnels et les institutions ».

Dans un communiqué, le député de Vendée dénonce une "provocation libertaire typique de la gauche qui cherche à déstructurer la société et qui vise à casser les cadres traditionnels et les institutions". "Cette provocation, poursuit M. de Villiers, a pour seul objectif d’atomiser un peu plus la société, en l’inscrivant dans une logique qui est celle du communautarisme et donc l’affrontement".

Jean-Luc Roméro

Pour Jean-Luc Romero (UMP), président de l’association de défense des homosexuels "On est là", l’annonce de Noël Mamère est "un coup politique".

"Je suis favorable bien sûr au mariage homosexuel, mais célébrer un mariage illégal va provoquer une polémique préjudiciable, d’autant qu’on sait que le gouvernement a évolué sur ces questions et qu’en juin, justement, de nouveaux textes vont être discutés au conseil des ministres, sur la pénalisation des propos homophobes notamment", a-t-il ajouté.

"L’opinion française évolue, mais ce n’est pas en la violant qu’on va faire avancer les choses", conclut M. Romero. Selon lui, la priorité va à l’amélioration du Pacs (pacte civil de solidarité), en permettant qu’il soit signé en mairie, notamment.

Adeline Hazan (PS)

En desaccord sur la méthode, elle trouve « bien que le débat soit lancé ». Mais « ce n’est pas le plus urgent : il y a la modification du Pacs, la discrimination, la loi sur les propos homophobes... il y a plein de choses à régler d’abord ».

Patrick Bloche (PS)

« Autant le Pacs correspondait à une demande sociale, autant là nous ne sommes pas vraiment sollicités sur le mariage. » Le 2 avril, lors d’un colloque au Sénat : « Je me demande si c’est le plus beau cadeau à faire aux homosexuels ».


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur