La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Un dépôt de gerbe mouvementé à Montpellier

Un dépôt de gerbe mouvementé à Montpellier

date de redaction lundi 26 avril 2004


Le collectif montpelliérain contre l’homophobie a eu une altercation avec les forces de l’ordre avant de pouvoir commémorer le souvenir de la Déportation des homosexuels.


communiqué de presse Collectif contre l’Homophobie (Montpellier) - 25/04/2004

La commémoration de la Journée du Souvenir de la Déportation à Montpellier, comme partout en France, s’est déroulée ce dimanche 25 avril 2004.

Elle a donné lieu à une démonstration de zèle de la part des forces de l’ordre, prétextant un arrêté préfectoral, à l’égard de la trentaine de personnes réunies à l’appel du Collectif contre l’homophobie pour rendre hommage aux homosexuels déportés.

En effet, le responsable de la Police Nationale a exigé la mise à l’écart de notre groupe au motif de l’arrivée imminente du Préfet.

A l’issue de la cérémonie officielle à laquelle nous venions d’assister et au moment où nous nous approchions du Monument du Souvenir avec notre gerbe, des CRS et des fonctionnaires des Renseignements Généraux nous ont bloqué le passage, sur ordre de leur supérieur hiérarchique.

L’argument avancé étant que la cérémonie n’était protocolairement achevée qu’au départ du Préfet, lequel multipliait discussions et apartés sur place au moment de la dispersion des officiels alors que les années précédentes, son départ avait lieu dés la fin de la cérémonie.

Devant nos protestations, le ton est monté avec les forces de l’ordre donnant lieu à des échanges vifs au cours desquels nous demandions le respect et l’application de la circulaire de Jean-Pierre MASSERET définissant les conditions de participation de la communauté LGBT à ces cérémonies.

Devant notre insistance, le responsable de la Police Nationale a menacé Hussein BOURGI, le président du Collectif contre l’homophobie, de le « faire embarquer ».

Cette altercation a eu lieu sous les objectifs des médias locaux.

Nous dénonçons solennellement cette attitude et cette régression de la part des forces de l’ordre, agissant au nom de la Préfecture de l’Hérault.

Leur crispation, au mépris de l’avancée de l’année précédente où tout s’était passé dans le calme et la sérénité, a troublé la solennité de l’événement, d’autant que certains porte-drapeaux tenaient, dans le public, des propos homophobes.
Nous constatons que chaque avancée est systématiquement contrecarrée par les autorités.
Nous y voyons également le témoignage supplémentaire du refus des autorités et des associations d’anciens déportés d’accorder une reconnaissance pleine et entière à la déportation subie par certains homosexuels pendant la Seconde Guerre mondiale.

Nous allons adresser une lettre de protestation officielle à Monsieur le Secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants et à Monsieur le Préfet de l’Hérault.
Nous demanderons en particulier au Secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants de clarifier sa position sur les conditions de participation de la communauté LGBT à ces commémorations ; en effet force est de constater qu’il existe des disparités selon les années et selon les villes.

Le dépôt de notre gerbe a finalement eu lieu dans le calme en présence de Madame Hélène MANDROUX, élue Maire de Montpellier jeudi dernier et de plusieurs de ses adjoints.

Hussein BOURGI
Président du Collectif contre l’homophobie


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur