La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > L’Autre Cercle IDF poursuit sa réflexion sur les LGBT, la retraite et (...)

L’Autre Cercle IDF poursuit sa réflexion sur les LGBT, la retraite et l’homophobie

date de redaction vendredi 9 avril 2004


Un sondage souligne les attentes des lesbiennes, gays, bi et transgenres en matière de cadre de vie et permet de jeter les bases de ce qu’ils souhaitent pour leur retraite.


communiqué de presse L’Autre Cercle - 4/04/2004

Après la publication d’un Livre Blanc sur les « discriminations pour orientation sexuelle et identité de genre dans le monde du travail », la tenue d’un colloque sur le même thème en septembre 2003 à la Mairie de Paris, et le lancement d’un Observatoire des bonnes pratiques dans le monde du travail, l’Autre Cercle poursuit son action en se penchant sur l’après monde professionnel : la retraite des lesbiennes, gays, bi et transgenres.

La réflexion de l’Autre Cercle est née d’une constatation faite dès sa fondation voici 6 ans : l’homophobie ne s’arrête pas à la fin de la vie professionnelle. Les LGBT vivant en maison de retraite et en institution médicalisée en sont victimes et ce, alors, qu’ils sont parfois dans une position de faiblesse physique et morale. Dans la plupart des cas sans enfant et isolés, ils sont souvent en butte à des propos et des attitudes discriminatoires voire violentes de la part d’autres résidents ou même de membres du personnel.

Aujourd’hui, après un premier sondage mené au sein de la population LGBT (*), il se dégage des pistes qui confirment voire donnent des indications nouvelles quant aux besoins et inquiétudes exprimée… 

Un sondage révélateur 

En premier lieu, plus de 60% des 500 répondants affirment penser parfois ou souvent à leur retraite et cela même alors que la population interrogée est majoritairement (55%) âgée de moins de 40 ans, dénotant un intérêt vif parmi les LGBT les plus jeunes et une prise de conscience des problèmes liés à la vie post professionnelle.

La population interrogée est de manière quasi unanime intéressée par le projet d’une maison de retraite « friendly » envisagé depuis plusieurs années par l’Autre Cercle.

Lorsque cette population envisage le cadre de vie de sa retraite, elle le souhaite majoritairement (plus de 55%) en centre ville et sous la forme d’appartements regroupés en immeuble. Le choix de ce type d’habitat est sans doute à comparer aux personnes interrogées qui affirment vivre en couple ou en Pacs à plus de 60%.

La mer et la campagne ne recueillent respectivement que 25% et 6%. Cette constatation est à rapprocher de la population répondante qui était à 70% résidante à Paris ou en Île de France.

Près de 70% souhaitent que leur future résidence de retraite soit médicalisée. 

Les raisons qui les poussent à souhaiter se regrouper dans des lieux de vie qui sont gays ou lesbiens est à une écrasante majorité (75%) le « sentiment de pouvoir y être enfin soi, sans s’exposer à la réprobation sociale ». 

Des propositions de réflexion concrètes

Sur cette base, l’Autre Cercle a déjà pris contact avec les Pouvoirs publics et notamment le ministère délégué aux personnes âgées.

Mais l’Autre Cercle Ile de France va plus loin et en accord avec les autres associations régionales qui composent la Fédération nationale, jette les bases de ce que pourrait être l’environnement des LGBT retraités :

  •  Création d’une Charte Nationale et mise en place d’un Label Autre Cercle destinés aux établissements « friendly » accueillant des retraités. Ceux qui y adhèrent reconnaissent lutter efficacement contre l’homophobie, la lesbophobie et la transphobie entre les résidents mais aussi s’engagent à former leur personnel au respect de la diversité.
  •  Création d’une Fondation pour gérer la promotion de ce label, contribuer à la formation des personnels spécialisés et permettre l’accès à ces maisons de retraite pour les retraités à faibles revenus, dans l’esprit de solidarité et d’entraide qui caractérise l’Autre Cercle.

A l’heure où la pénalisation des propos homophobes n’est toujours pas inscrite à l’ordre du jour du Parlement, où le débat sur les retraites a délibérément tenu à l’écart les pacsés en ce qui concerne les successions et les droits sociaux, il est nécessaire de sensibiliser les Français sur le droit pour chacun de vivre dans le respect et la dignité.

L’Autre Cercle est une des principales associations LGBT françaises, qui s’est donné comme but spécifique la lutte contre l’homophobie, la lesbophobie et la transphobie dans le monde du travail. Créée en 1997, l’association a connu depuis une croissance constante.. Elle s’est transformée en 2002 en fédération nationale d’associations régionales et compte 600 adhérents. Elle est membre de l’European Gay Managers Association (EGMA) et de l’International Gay and Lesbian Association (ILGA).

 L’Autre Cercle lle de France est la plus importante association régionale de la fédération et la plus ancienne. Elle est membre de l’Inter-LGBT et du CGL Paris.

Plus d'informations :

(*) Le sondage a été effectué par réponse libre sur internet. Les réponses ont été collectées du 11/12/2003 au 24/02/2004, elles sont au nombre de 499. La réponse étant libre, l’échantillon n’est pas pondéré. Il n’y a pas de base de sondage dans lequel l’échantillon répondant aurait été tiré (il n’existe pas de base de sondage donnant d’informations sur l’orientation sexuelle des individus la constituant, une telle base violerait les règles de la CNIL). Les réponses apportées au sondage permettent néanmoins de brosser un portrait type des répondants dressé en partie dans le communiqué de presse. Pratiquement tous les répondants sont des gays ou des lesbiennes, en moyenne de moins de 40 ans, en majorité en région parisienne (71%), ayant un profil CSP+ et plutôt diplômé.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur