La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Lutte contre les discriminations : le gouvernement doit enfin prendre ses (...)

Lutte contre les discriminations : le gouvernement doit enfin prendre ses responsabilités - le Conseil de l’Inter-LGBT assume les siennes

date de redaction lundi 29 mars 2004


Au lendemain d’un message électoral sans équivoque, l’Interassociative Lesbienne, Gaie, Bi et Trans appelle le gouvernement à prendre ses responsabilités en matière de lutte contre les discriminations, et à procéder enfin aux arbitrages qui tardent à être rendus. Sans attendre plus longtemps des actes qui peinent à voir le jour, le Conseil de l’Inter-LGBT a pris des décisions : mise en place d’un réseau de soutien aux victimes de discriminations, choix d’un mot d’ordre qui place la lutte contre les discriminations sur le terrain éducatif pour la Marche des fiertés 2004, mise en chantier d’un approfondissement des revendications de l’Inter-LGBT autour du principe d’égalité. Elle compte sur les régions et les collectivités locales pour appuyer ces objectifs de lutte contre les discriminations et pour l’égalité.


communiqué de presse Inter-LGBT - 28/3/2004

Marquée par une atonie du gouvernement en matière de lutte contre les discriminations, la campagne électorale des élections régionales s’est clôt par un vote sans ambiguïté. Or, ces trois derniers mois de débat public n’ont pas aujourd’hui permis de clarifier les choix du gouvernement en matière de lutte contre les discriminations, malgré de premiers engagements encourageants :
- ni le contenu, ni l’échéancier d’une loi sur les propos à caractère discriminatoire n’ont pu être rendus publics, malgré un engagement spectaculaire du Premier ministre pris devant l’Inter-LGBT le 18 juillet 2003 : l’hypothèse d’un traitement différencié des discriminations , et d’une pénalisation des propos homophobes inférieure à celle des propos racistes, qui est officieusement retenue comme valide par le cabinet du Garde des Sceaux, n’a jamais été officiellement démentie ;
- aucun engagement n’a été pris ni sur le contenu ni sur les moyens de la Haute autorité contre les discriminations proposée par la commission animée par Bernard Stasi.

L’Inter-LGBT appelle le Président de la République à tirer les conséquences de ces élections en honorant ses propres engagements et ceux de sa majorité. Un réaménagement gouvernemental ne saurait en particulier servir de prétexte à de nouveaux délais dans la mise en oeuvre de promesses sur lesquelles la majorité s’est déjà engagée, et qui suscitent le consensus dans l’opposition.

L’Interassociative lesbienne, gaie, bi et trans, réuni en Conseil des associations, a pris pour sa part trois décisions, qui se projettent au-delà du temps électoral et de l’échéancier politique :
- la mise en oeuvre d’un dispositif de soutien aux victimes de discriminations homophobes, lesbophobes et transphobes, par la mise sur pied d’un maillage territorial d’avocats spécialisés et la mutualisation des ressources associatives ;
- un mot d’ordre résolument offensif pour la marche des fiertés lesbiennes, gaies, bi et trans du 26 juin 2003 : "Contre les violences homophobes, lesbophobes et transphobes : priorité à l’éducation !". Les associations ont en effet choisi de se projeter dans "l’après-loi", en plaçant la lutte contre les discriminations sur le terrain éducatif, au moment où le ministère de l’Education nationale montre ses réticences à dialoguer avec les associations de l’Inter-LGBT. Toutefois, en cas de recul de la majorité sur ses propres engagements en matière législative, le Conseil de l’Inter-LGBT se réserve la possibilité de revenir à un mot d’ordre plus dénonciateur ;
- la mise en place d’un groupe de travail "Égalité", composé d’associations membres de l’Inter-LGBT, qui travaillera à l’approfondissement des revendications de l’Inter-LGBT en matière de réforme constitutionnelle pour l’élargissement du principe d’égalité, de réforme du mariage et d’accès à la parentalité. Ce groupe de travail, complémentaire des diverses initiatives prises ici et là, associera à ses réflexions les personnalités qui ont développé un point de vue pertinent sur ces questions. Alors que l’analyse est aujourd’hui partagée sur l’exigence d’égalité, il y a urgence à formuler des propositions techniquement crédibles et politiquement audacieuses.

L’Inter-LGBT adresse tous ses voeux de réussite aux nouvelles majorités en place dans les Conseils régionaux, et veillera à ce que les engagements en matière de lutte contre les discriminations pris durant la campagne électorale et auparavant aient des effets concrets sur le terrain.

Alain Piriou, porte-parole


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur