La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > L’APGL déçue des propositions des candidats Chirac et Jospin

L’APGL déçue des propositions des candidats Chirac et Jospin

date de redaction jeudi 21 mars 2002


communiqué de l’Association des Parents et futurs parents Gays et Lesbiens - 21 mars 2002

Dans un entretien accordé au magazine Têtu, numéro d’avril 2002, Lionel Jospin et Jacques Chirac ont exprimé leurs positions respectives quant au mariage des homosexuels et l’adoption d’un enfant par un couple de parents de même sexe.

Nous sommes perplexes devant l’extrême similitude des propos. Pour l’un, l’enfant s’épanouira mieux auprès d’une mère et d’un père, pour l’autre l’enfant a droit à un père et à une mère. Nous défions quiconque de pouvoir ici distinguer le candidat de la gauche plurielle, de celui de l’actuelle opposition. Ayant reçu le soutien de la Ministre Mme Ségolène Royal d’une part, et de la porte-parole de campagne Mme Roselyne Bachelot d’autre part, nous nous interrogeons sur l’impact réel de ces personnalités politiques proches des deux candidats à l’heure de la parité …

D’autre part, le PS a inscrit dans son programme la lutte contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle dans le cadre des conflits parentaux et dans le cadre de la demande d’agrément préalable à l’adoption. Mais c’est du bout des lèvres que le candidat Jospin admet que cette position lui convient.

L’APGL est donc déçue de ces prises de positions qui ne font que conforter les préjugés déjà suffisamment présents dans notre société et ne se penchent absolument pas sur l’intérêt concret des enfants. On oublie en effet avec candeur que les familles homoparentales sont déjà une réalité, que des dizaines de milliers d’enfants y sont élevés. Ce dont ces enfants pourraient souffrir, ce sont de ces mêmes préjugés qui font dire à nos candidats qu’il ne peut être de leur intérêt d’être élevé au sein de cette famille homoparentale qui est la leur. Les propos des candidats à l’élection présidentielle ne font pas de cadeau à nos enfants, oubliant visiblement qu’une partie non négligeable de l’électorat risque de le leur rendre. Il faudra bien pourtant se pencher un jour sur l’avenir d’un enfant élevé par deux personnes de même sexe, dont le seul parent légal décède ou bien dont le couple se sépare …

                                                  Martine Gross, Eric Verdier Coprésidents


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur