La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Documents > Discrimination > Le sexe et la loi

Le sexe et la loi

date de redaction lundi 10 août 2015     auteur Pierre Léonard


La revue scientifique Nature nous réserve toujours des brèves, voire plus, sur les questions sociétales. Ainsi dans le dernier numéro du 11 juin volume 522, où il est questin d’un rapport de l’Afrique du Sud sur la science de la sexualité humaine et de ses implications dans la décision politique apporte dans les pays africains un pas de plus dans la confrontation des lois qui criminalisent l’homosexualité.

Certes l’Afrique c’est loin et nous sommes en France. Mais voici aussi ce qui s’y déroule.


Voir en ligne : Sex and the law Nature volume 522 issue 7555

Un des objectifs de l’Académie des sciences d’Afrique du Sud est : « l’Application de la pensée scientifique au service de la société ». Il y a beaucoup de types de pensées scientifiques, bien sûr, tous ne servent pas la société particulièrement bien. La pensée scientifique sur l’homosexualité, par exemple, a un passé très mouvementé.

Jusqu’au milieu des années 1970, l’American Psychiatric Association a ajouté l’homosexualité dans son catalogue officiel des troubles mentaux. Les nombreuses revues académiques de l’époque étaient remplies de rapports de cas de psychologues et des médecins qui tentent de transformer les hommes gais en hétérosexuel. Par exemple l’ouvrage , « guérir Queers » : les infirmières et leurs patients mentaux, de 1935 à 1974 par Tommy Dickinson, donnent des détails de tels cas de « thérapie par aversion » du Royaume-Uni, où les psychologues comportementaux tentent de faire disparaître le comportement homosexuel en l’associant à des sensations désagréables, y compris la douleur. [1]

La pensée scientifique sur l’homosexualité, et d’autres questions sur le sexe, la sexualité et le genre, a considérablement évolué depuis lors. Heureusement, et l’on peut remercier toutes ces sociétés. Le mois dernier, l’Irlande est devenue le dernier pays à légaliser le mariage de même sexe. La science n’a joué aucun rôle dans cette décision, et pourquoi le faudrait-il ?

Malheureusement, tout le monde ne le voit de cette façon. La science - ou, plus exactement, une version erronée de la pensée scientifique - est encore utilisée comme couverture pour les préjugés et la persécution des homosexuels dans les pays à travers l’Afrique mais bien ailleurs malheureusement. En Février de l’année dernière, par exemple, le bureau de presse de l’Etat ougandais a annoncé officiellement que le président Yoweri Museveni venait de signer un « projet de loi anti-gay bien que les experts aient démontré qu’il n’y a aucun lien entre la biologie et être gay ».

La pensée ’scientifique’ ici (bien indulgente avec nous) estime que, parce que les chercheurs ont pas trouvé un gène spécifique qui est associé à l’homosexualité, la science ne peut pas dire que certaines personnes sont nées gay. Et s’ils ne sont pas nés cette façon, l’élasticité de la logique, adhère au fait que l’homosexualité est un style voire un choix de vie. Ainsi, les États sont dans leur droit de criminaliser certains comportements. « Je veux une réponse scientifique, » a dit le président, « pas une réponse politique. »

Comme nous rapportons sur la page 135 , une réponse scientifique à cette question est maintenant disponible. L’Académie des sciences d’Afrique du Sud a publié une étude complète sur la science de la sexualité humaine et les implications pour la politique

PDF - 3.6 Mo

Le rapport démolit le mensonge politique que les lois anti-homosexuels sont étayées par des preuves scientifiques. Et cela montre que :

  • contrairement aux allégations de santé publique, que les politiciens veulent criminaliser l’homosexualité ;
  • que ces lois entravent les efforts pour lutter contre la propagation du VIH et d’autres infections sexuellement transmissibles.

"L’étude n’a trouvé aucune preuve que l’homosexualité est autre chose qu’une option sur un spectre de la sexualité humaine."

Quel impact ce rapport aura-t-il en Afrique mais aussi dans le monde ? Il serait naïf de penser que l’argumentation rationnelle - la pensée scientifique - peut supprimer ce poison des attitudes humaines qui conduisent à la haine et aux préjugés. Mais le rapport, si il est largement distribué, peut encore agir comme un outil utile pour ceux qui ont le courage en Afrique pour s’opposer à des lois injustes.

Comme le souligne le rapport, il existe un précédent ici. L’Afrique du Sud sous le régime d’apartheid, et d’autres endroits, a tenté de justifier les lois contre les mariages de race mixte avec des références à la science et la santé publique. L’ « ordre naturel » exigeait que tout le monde devait s’en tenir à leurs propres groupes ethniques et raciaux. Contrer ces réclamations seul ne démantèle pas le régime qui l’est produit, mais il offre des armes pour saper les prétentions à la légitimité que de tels régimes veulent s’octroyer. La science travaille à arracher cette couverture de mascarade pour révéler les véritables motivations, mesquines pour une telle discrimination raciale (et continue de le faire, parce que l’argument que les couples « mixtes » produisent plus de familles dysfonctionnelles-que les non-mixtes restent toujours ancré dans les esprits et resurgissent de temps en temps). Et il en est de même pour la rhétorique anti-gay bien sur.

Ce n’est pas un sujet facile à couvrir pour les scientifiques en Afrique. L’académie d’Afrique du Sud fait preuve de beaucoup de courage, et mérite notre reconnaissance pour avoir travaillé sur ce sujet, et pour produire un tel compte-rendu sans fard de l’état réel de la preuve scientifique et ce que cela signifie pour la politique fondée sur des preuves. Un grand remerciement, aussi, doit être décerné à l’Académie nationale des sciences de l’Ouganda, qui a officiellement approuvé les conclusions.

Museveni a la réponse scientifique qu’il a demandé. Comme une phrase utilisée à plusieurs reprises dans le rapport, l’étude "n’a trouvé aucune preuve que" l’homosexualité est qu’une caractéristique autre sur un spectre de la sexualité humaine. En effet, plus la pensée scientifique appliquée aux questions de genre et de sexe de l’homme, plus il devient clair que la preuve pointe vers une plus grande diversité comme la norme, et non pas une façon de déterminer culturellement des options sélectives.

Passez le mot. Partagez le rapport et ses conclusions à ceux qui respectent les preuves scientifiques, peut paraître banal. Mais il peut être parfois une lapalissade, tel qu’un disque rayé, jusqu’à ce que les gens commencent à écouter comprendre, ceci peut être le meilleur l’impact de la pensée scientifique au service de la société.

Notes :

[1] Quelques articles connexes :


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur