La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Lorraine nationaliste : une condamnation exemplaire

Lorraine nationaliste : une condamnation exemplaire

date de redaction lundi 2 février 2015


Le Tribunal correctionnel de Nancy a condamné en première instance les deux prévenus d’un groupuscule d’extrême-droite à des peines respectives de 6 mois et 8 mois d’emprisonnement pour menaces de mort affichées sur une banderole exposée lors de la Gay Pride de Nancy en 2014.


Communiqué Equinoxe Centre LGBT Lorraine Sud - 30 janvier 2015

Au terme de l’audience matinale de ce vendredi 30 janvier 2015, le Tribunal correctionnel de Nancy a condamné en première instance les deux prévenus du groupuscule d’extrême-droite Lorraine Nationaliste à des peines respectives de 6 mois et 8 mois d’emprisonnement avec sursis pour « menaces de mort faites sous condition à raison de l’orientation sexuelle ». Cette condamnation pénale a été assortie de sanctions civiles : le versement de 3000€ de dommages-intérêts à Équinoxe Nancy Lorraine, la prise en charge des frais de justice, ainsi que l’obligation de suivre un stage de citoyenneté.

Équinoxe se félicite de la grande fermeté du tribunal, qui a suivi les réquisitions du Parquet. Si la défense a invoqué, comme nous l’attendions, « un procès fait à des idées politiques qui dérangent » et le droit à la « liberté d’expression », la Cour a tenu à infliger un véritable coup d’arrêt à ce groupe néofasciste extrêmement virulent, dont les sympathisants n’avaient pas hésité à menacer sur les réseaux sociaux l’officier de police qui a mené l’enquête [1]. Par ailleurs, le premier prévenu avait déjà 2 condamnations de même nature à son actif (en 2011 et en 2013), d’où une sanction majorée.

Au-delà d’Équinoxe Nancy Lorraine, qui a initié seule la procédure avec l’aide de son avocat Stéphane Massé (Ancien Bâtonnier du barreau de Nancy), ce sont l’ensemble des associations organisatrices et des participant-e-s de la Marche des Fiertés LGBT de Nancy, choqués par la violente conclusion de l’édition 2014, qui trouvent réparation dans cette décision judiciaire.

Équinoxe appelle toutes les associations LGBT et celles œuvrant dans le champ des droits humains à systématiquement porter en justice ces débordements violents, qui se multiplient depuis quelques années. Face à l’extrême-droite, face aux radicalisations violentes, l’arme judiciaire reste la dissuasion la plus efficace.

Notes :

[1] NB : la plainte déposée par l’officier de police fait l’objet d’une autre procédure judiciaire


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur