La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Internet > Echos de la toile > Google censure encore un site gay

Google censure encore un site gay

date de redaction mercredi 15 janvier 2014


hexagonegay.com, consacré à la mémoire LGBT, a été bloqué par Google Adsense, parce qu’il présente des affiches, placardées en leur temps sur tous les murs de France, mais jugées litigieuses par une société qui refuse tout dialogue.


Communiqué de presse hexagonegay.com - 11 janvier 2014

En ligne depuis 2009, le site hexagonegay.com, consacré à l’histoire de la culture LGBT en France, avait, dès le début, fait appel à la régie Google Adsense pour l’insertion d’espaces publicitaires, lui permettant simplement de s’autofinancer. Le 6 janvier 2014, il recevait un message d’avertissement lui enjoignant de supprimer certaines photos sous 3 jours, car non conformes au règlement du programme Adsense qui était rappelé en ces termes :

« Il est interdit de diffuser des annonces Google sur des pages dont le contenu est réservé à un public adulte ou averti. Cela concerne, sans toutefois s’y limiter, les pages présentant des images ou des vidéos avec le contenu suivant :

  • nudité habilement dissimulée ;
  • vêtements transparents
  • poses obscènes ou provocantes ;
  • gros plans sur des poitrines, des postérieurs ou des organes génitaux. »

Hexagone Gay n’étant pas un site de charme ou pornographique, ces règles furent acceptées sans que cela pose de problème.

Mais où s’arrête et où commence la pornographie ? L’homosexualité est-elle par définition de la pornographie ou réservée à un public adulte et averti ?

Deux pages du site (qui en comporte plusieurs centaines) furent considérées par Goggle Adsense comme litigieuses :

http://www.hexagonegay.com/Titof.html

L’email de Google étant « noreply », il n’était proposé qu’un seul recours pour contester ou avoir une explication plus précise sur les photos posant problème : remplir en ligne un formulaire sur lequel il est spécifié que la réclamation doit être « sérieuse ». Et de préciser : « Afin de vous assurer du sérieux de la réclamation, veuillez nous indiquer les mesures prises sur votre site pour résoudre les problèmes liés au non-respect du règlement, en n’omettant pas de préciser comment éviter à l’avenir de tels événements. » Autrement dit, on veut bien vous écouter, à condition que vous commenciez par censurer votre site et que vous fassiez la promesse de ne plus jamais recommencer. Aucun dialogue possible, aucune précision apportée... circulez y’a rien à voir ! La décision est unilatérale et sans appel.

Les pages incriminées présentant des photos dont la nudité ne concernait que des torses masculins, des couvertures de vieux magazines gay des années 70 (bien inoffensives) et deux affiches cultes de 1971 et 1972 qui avaient orné tous les murs et magazines de France de l’époque : Celle de Michel Polnareff montrant son postérieur et celle d’Yves Saint Laurent posant nu mais de manière pudique. Que fallait-il faire ? Retirer toutes les photos du site ayant le moindre caractère homo-sensible, alors que l’objet de ce site est justement l’histoire de la visibilité homosexuelle dans la société française ? Et après les photos, fallait-il aussi retirer tous les textes qui parlent d’homosexualité sous prétexte que le sujet ne concerne qu’un public adulte et averti ?

Hexagone Gay a fait le choix de ne pas se censurer. Résultat : Google a désactivé ses annonces sur la totalité des pages du site, sans recours possible.

Evidemment, cela pourrait paraître anecdotique, et cela n’aura pas de conséquence sérieuse sur la survie du site qui se passera de ce petit revenu annexe. Mais cela appelle néanmoins quelques réflexions.

Il faut savoir que Google Adsense détient en France un monopole de fait sur le métier de régie publicitaire contextuelle permettant de financer des sites internet par des bannières ou des liens sponsorisés. Certains sites ne pourraient plus paraître sans cette ressource. Au delà de cela, la société Google a droit de vie ou de mort sur tous les sites puisque sans son moteur de recherche représentant 94 % des requêtes effectuées par les internautes français, la visibilité des sites est totalement dépendante de son bon vouloir.

Après plus de 40 ans de luttes des homosexuels pour devenir des citoyens à part entière, pour modifier les législation discriminantes, pour sortir l’homosexualité du placard de la honte où elle était condamnée à se cacher, ce sont quelques sociétés privées américaines qui décident d’imposer au monde leur vision pudibonde, leur moralité rétrograde et hypocrite. Elles imposent leur « règlement » comme étant au dessus des lois puisqu’elles autorisent des sites racistes, violents et contraires à la loi et font fermer des sites parfaitement légaux qui ne correspondent pas à leur idéologie et leur moralité inspirée par les mormons américains.

Hexagone Gay se passera de Google Adsense... mais ne soyons pas étonnés si demain on castre le David de Michel Ange et si on badigeonne de plâtre le plafond de la chapelle Sixtine, après avoir interdit leur représentation sur internet. Ce qui semble relever du simple règlement intérieur d’une société privée à laquelle on est libre d’adhérer ou non, va bien au delà de ce qu’on peut imaginer. Aujourd’hui on peut encore décider si l’internet sera un magnifique outil de liberté d’expression et de démocratie ou s’il sera simplement une arme de propagande idéologique détenues par 3 personnes au monde. Mais peut-être est-il déjà trop tard ?

Marc Devirnoy, Hexagone Gay

https://www.facebook.com/HexagoneGa...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur