La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > S’occuper du genre à l’école pour en finir avec les inégalités entre les (...)

S’occuper du genre à l’école pour en finir avec les inégalités entre les sexes

date de redaction mardi 17 septembre 2013


Les souhaits du Collectif éducation contre les LGBTphobies en milieu scolaire pour la rentrée 2013-2014.


communiqué du Collectif éducation contre les LGBTphobies en milieu scolaire (Le Collectif regroupe des organisations représentant les acteurs de la communauté éducative et est composé des organisations : FCPE, Fep-CFDT, Ferc-CGT, FSU, Sgen-CFDT, UNEF, FIDL, UNL) - 16 septembre 2013

En cette rentrée scolaire les thèmes relatifs à l’éducation à l’égalité sont largement évoqués : expérimentation « ABCD de l’égalité » pour lutter contre les stéréotypes sexistes en primaire, rapport de l’Inspection Générale de l’Éducation Nationale sur l’égalité filles-garçons, rapport de Michel Teychenné sur les discriminations LGBT-phobes à l’école...

Le Collectif éducation contre les LGBTphobies en milieu scolaire se réjouit de la volonté affichée des ministères des droits des femmes et de l’éducation nationale lors de cette rentrée scolaire, de se donner véritablement les moyens de combattre le sexisme, l’homophobie, la transphobie, qui provoquent chez certain-es jeunes et personnels mal-être, exclusion, déscolarisation, suicide... Il est plus qu’urgent d’enclencher enfin un réel processus de lutte contre ces discriminations, comme le démontre la dernière alerte lancée médiatiquement par SOS Homophobie le 4 septembre dernier, qui constate que depuis au moins deux ans le nombre d’actes LGBTophobes tend à doubler chaque année.

Dans ce cadre, ne pas s’occuper du genre à l’école, ce serait valider les stéréotypes, accepter la hiérarchie des rôles sexués et s’en satisfaire ; ce serait se résigner à l’obéissance à des normes de genre strictes qui limitent l’horizon des filles et des garçons, les assignant à des rôles prédéfinis, causant de la souffrance à tou-tes celles et ceux, LGBT ou hétérosexuel-les, qui ne « rentrent pas parfaitement dans les cases ».

Les textes officiels recommandent ce travail depuis longtemps :

  • le décret du 31 octobre 1961 qui met en application la Convention des Nations-Unies de 1960 concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l’enseignement préconise l’élimination de « toute conception stéréotypée des rôles de l’homme et de la femme à tous les niveaux et dans toutes les formes d’enseignements »
  • la circulaire de 1983 affirme que « l’opportunité doit être saisie, dans toutes les activités, de montrer comment l’opposition, d’abord systématique et affirmée, des images et des rôles de la femme et de l’homme est illégitime, même si elle paraît s’être progressivement atténuée au fur et à mesure de l’évolution sociale. »

Dans leur pratique professionnelle, les enseignant-es doivent s’appuyer sur « les savoirs scientifiques issus des recherches sur le genre », comme le préconise la « Convention interministérielle pour l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif ». Ces recherches éclairent les mécanismes du genre, système hiérarchique qui légitime les inégalités entre les sexes en les naturalisant, et expliquent pourquoi ces inégalités perdurent.

C’est pourquoi le Collectif Éducation contre les LGBTphobies en milieu scolaire revendique une éducation qui permette à chaque jeune de s’épanouir et de s’émanciper des déterminismes. Et il rappelle au ministère de l’Éducation nationale sa promesse de constituer un « Comité national LGBT » sur les questions de LGBTphobies dès cette rentrée auquel il entend bien prendre toute sa part.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur