La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Documents > Le mariage gay > L’adoption de la proposition 31 > Projet d’ouverture du mariage aux couples de même sexe et de reconnaissance (...)

Projet d’ouverture du mariage aux couples de même sexe et de reconnaissance de l’homoparentalité

date de redaction dimanche 25 novembre 2012


La position de l’association PsyGay (APG - www.psygay.com)


communiqué Psy Gay - 20/11/2012

L’intention annoncée par le gouvernement mis en place à la suite de l’élection de François Hollande et des élections législatives de juin 2012, d’ouvrir le mariage aux couples de même sexe et de reconnaître certaines formes d’homoparentalité a ouvert un débat public sur ces thèmes. Outre des représentants des partis politiques et des cultes monothéistes, des psychiatres et des psychanalystes ont exprimé leur inquiétude quant aux bouleversements de la famille et du développement psychique des enfants que ces réformes seraient susceptibles d’induire.

Les membres de l’association PsyGay réunissant psychologues clinicien-ne-s, psychanalystes, psychothérapeutes, psychopraticien-ne-s, psychiatres, accompagnent à travers leur pratique professionnelle, des personnes gays, lesbiennes et bisexuelles et parfois les enfants de ces personnes. Ils mènent une réflexion collective sur la spécificité de cette partie de leur activité clinique et tiennent à souligner les points suivants :

Aucune théorie, qu’elle se réfère à la psychiatrie, la psychanalyse ou à une autre approche de l’humain, n’a de pouvoir de prédiction : la structure de la famille dans laquelle grandit un enfant n’est que l’un des très nombreux déterminants de son évolution psychologique, cognitive et affective, et ainsi des chances qu’il aura ensuite de se développer de façon satisfaisante dans sa vie d’adulte ; elle ne peut en aucun cas être considérée en soi comme un facteur essentiel de cette évolution.

En France, de nombreux enfants grandissent d’ores et déjà dans une famille composée de deux personnes du même sexe ou dans une famille recomposée dont l’un des membres partage sa vie avec une personne du même sexe. Aujourd’hui, ils ne bénéficient pas de la même sécurité juridique que les autres enfants. Cette inégalité dans la reconnaissance juridique et l’inscription sociale n’est pas sans créer de tensions sur l’équilibre psychosocial et psychoaffectif de ces configurations familiales.

Les études réalisées à ce jour, en France et à l’étranger, à propos des enfants élevés dans des familles homoparentales n’ont mis en évidence aucune différence avec ceux qui ont grandi dans des familles hétérosexuelles (Cf. G. Fonda, N. Franc, D. Purper-Ouakil, Homoparentalité et développement de l’enfant : données actuelles, l’Encéphale 2011 : "Plusieurs dizaines d’études avec des questionnaires standardisés et des entretiens semi-structurés n’ont pas montré de différence entre les enfants de familles homoparentales et les enfants de familles hétérosexuelles en termes de développement, de capacités cognitives, d’identité ou d’orientation sexuelle.")

Aussi considérons-nous comme infondées et abusives les mises en garde formulées par certains de nos collègues quant aux risques psychoaffectifs que feraient éventuellement courir à de futurs enfants la reconnaissance de l’homoparentalité dans la loi française. Nous regrettons particulièrement que leurs objections se fondent sur des supputations découlant de principes théoriques érigés en dogmes et non sur leurs observations cliniques. Elles nourrissent les stéréotypes et les préjugés homophobes qui, aujourd’hui encore, entravent l’épanouissement de nombreuses personnes dont l’orientation sexuelle est différente en renforçant les conflits psychiques dont ils peuvent souffrir.

Contact : contact@psygay.com


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur