La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Projet de loi sur le mariage gay : les réactions politiques

Projet de loi sur le mariage gay : les réactions politiques

date de redaction mercredi 12 septembre 2012     auteur Jean-Benoît RICHARD


Tour des réactions provoquées par la présentation du pré-projet de mariage pour tous par la Garde des Sceaux, Christiane Taubira.


D’un côté à l’autre de l’échiquier politique, les réactions ont été nombreuses après que la Garde des Sceaux, Christiane Taubira, a présenté les grandes lignes du projet de mariage pour tous élaboré par le gouvernement.

Par la voix de Marie-Pierre de la Gontrie, le Parti Socialiste a simplement commenté la nouvelle en rappelant que c’est la mise en œuvre de l’engagement 31 du projet présidentiel de François Hollande : « J’ouvrirai le droit au mariage et à l’adoption aux couples homosexuels ».

Un référendum

Christine Boutin, qui, en son temps avait déjà vivement combattu contre le PaCS, demande au premier ministre d’organiser un référendum. La présidente du Parti chrétien-démocrate, invitée d’Europe 1, a avancé trois raisons pour justifier sa demande « le gouvernement dit qu’il est favorable à une démocratie participative. Chaque Français pourrait s’exprimer. Et c’est enfin l’intérêt pour la paix civile car ce serait le suffrage universel qui trancherait ».

Dans la Matinale de Canal+, Claude Bartolone, le président PS de l’Assemblée nationale, s’est chargé de lui rappeler que « l’Assemblée est là pour voter la loi ».

Un texte incomplet

Du côté d’Europe Ecologie - Les Verts, la sénatrice Esther Benbassa, qui a déposé fin août une proposition de loi ouvrant plus largement encore le mariage et l’adoption, estime que le texte du gouvernement ne va pas assez loin. Elle entend tout faire pour que les couples de femmes aient accès à l’aide médicale à la procréation. Elle regrette également l’absence d’une « présomption de parentalité » au sein du couple homosexuel, comme il existe actuellement une présomption de paternité entre conjoints. « La procédure d’adoption prévue par la chancellerie est une démarche trop lourde et compliquée », estime-t-elle.

Une stratégie de diversion

L’UMP voit surtout dans l’annonce de Madame Taubira une tentative de détourner l’opinion publique. « François Hollande essaye d’enfumer les Français sur sa politique économique et sociale et allume un contre-feu avec une mesure sociétale », écrit Camille Bedin, secrétaire nationale de l’UMP à l’égalité des chances dans un communiqué de presse.

En grande majorité, les ténors de l’UMP se disent hostiles à l’idée de l’ouverture du mariage aux couples homosexuels. Le secrétaire général du parti, Jean-François Copé, l’affirme dans les colonnes du journal l’Union : « A titre personnel, je ne suis pas favorable au mariage et à l’adoption pour les couples homosexuels. »

Sur son blog, Alain Juppé écrit « Je pense depuis longtemps que la loi doit prendre en compte l’évolution des moeurs et des mentalités et que, par conséquent, le moment de cette reconnaissance est venu », mais il tempère immédiatement cette affirmation : « pourquoi donner à cette union le nom de mariage ? L’égalité n’exclut pas la différence. » Et de réaffirmer aussi qu’il « n’arrive toujours pas à accepter l’idée qu’un enfant puisse avoir deux parents du même sexe et [qu’il n’est] donc pas favorable à l’adoption par les couples homosexuels, quels que soient les arguments de fait qu’on invoque. »

Néanmoins, il se trouve quelques voix à droite pour se dire plutôt favorable au projet du gouvernement. Nathalie Kosciusko-Morizet, ex-ministre de François Fillon, joue le compromis : « Sur le fond, je suis favorable à tout ce qui permet de rendre public, de donner sa légitimité à l’amour homosexuel … [Mais] je suis réservée sur l’adoption, notamment tout ce qui concerne la filiation. »

En définitive, les élus UMP auront liberté de vote sur le projet de loi, a précisé le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale. Christian Jacob, estime que « très majoritairement, le groupe est opposé au mariage et à l’adoption », préférant « des avancées des droits des couples homosexuels », rapporte l’AFP.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur