La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Le Genre expliqué dans les manuels scolaires

Le Genre expliqué dans les manuels scolaires

date de redaction jeudi 6 octobre 2011


Le CLGBT Côte d’Azur remercie les députés et sénateurs, sollicités depuis des mois par le lobby de certains catholiques réactionnaires, d’avoir par leurs déclarations sidérantes, mis au devant de la scène médiatique, les études liées au Genre


Communiqué de presse Centre LGBT Côte d’Azur - 5 octobre 2011

Nous remercions les députés et sénateurs, sollicités depuis des mois par le lobby de certains catholiques réactionnaires, d’avoir par leurs déclarations sidérantes, mis au devant de la scène médiatique, les études liées au Genre (construction sociale du féminin et du masculin).

Le discours de ces députés et sénateurs, à des fins électoralistes, fait l’amalgame entre les différents axes d’une réflexion critique issue des études sur le Genre.

En s’insurgeant contre l’introduction du concept de Genre dans les manuels scolaires de SVT en première, ils ont donné l’occasion aux spécialistes et aux scientifiques d’élucider certains détournements.

De même, nous, Centre Lgbt Côte d’Azur, contestons l’absurdité de supprimer cet enseignement des manuels scolaires et soutenons que le Genre et l’orientation sexuelle demeurent indubitablement distincts. La sexualité restant dans la sphère du privé et l’identité sexuée se distinguant bien évidemment de l’orientation sexuelle.

Simone De Beauvoir en appelait déjà à la réflexion autour de l’essentialisme biologique en 1949, « on ne nait pas femme, on le devient » - la biologie ne précède donc pas notre développement social. Nous ajoutons en ce sens, « on ne nait pas homme, on le devient » et jugeons impensable ce raisonnement politique visant à préserver le sexisme et l’hétérosexualité comme norme sociale de référence.

Surfant sur la vague d’un créationnisme ambiant, les députés et sénateurs tentent de discréditer les études portant sur le Genre. Le manque de discernement dans leurs déclarations, la méconnaissance évidente de ces études et certains déferlements de reproches naturalistes, sont autant d’arguments démontrant parti-pris et ignorance.

Nous dénonçons ainsi la censure et l’archaïsme qui motivent la demande des députés et sénateurs ; et affirmons que spécialistes, scientifiques, universitaires et chercheur-e-s ont établi par leurs travaux en Sciences Exactes (Neurologie, Génétique, Médecine…) ou en Sciences Humaines et Sociales (Sociologie, Littérature, Anthropologie, Histoire…) ou encore en d’autres domaines, l’efficacité des études de Genre et leur démarche scientifique.

Ces études n’ont de cesse d’interroger les préjugés, clichés et stéréotypes, forgeant de véritables outils de lutte contre les inégalités et les discriminations.

Au sein d’un pays laïc où les mouvements féministes, s’inscrivant dans la lignée de Simone De Beauvoir, ont révélé l’importance de combattre au quotidien les hiérarchies entre les sexes, il est primordial d’enseigner aux lycéen-ne-s ces études et résultats scientifiques qui continuent de prouver que les différences entre les sexes n’ont rien de naturel.

Lesbiennes, Gays, Bisexuel-le-s, Transexuel-le-s, Intersexes, Queer, Questioning, Assexuel-le-s, Hétérosexuel-le-s ou autres ne doivent ériger aucune frontière et aucune hiérarchie.

Si les mots définissent, l’humanisme doit les dicter.

Pour le Centre LGBT Côte d’Azur, son Président Henri Deschaux-Beaume.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur