La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Marche de l’Existrans : Stop à la stérilisation forcée pour avoir des (...)

Marche de l’Existrans : Stop à la stérilisation forcée pour avoir des papiers

date de redaction vendredi 30 septembre 2011


Homosexualités et Socialisme marque sa solidarité dans les luttes que mènent les personnes trans contre les discriminations et marchera derrière le slogan de l’année.


communiqué Homosexualités et Socialisme - 30/9/2011

La 15e marche des trans et des intersexué-es, l’Existrans, se déroulera à Paris, samedi 1er octobre 2011 à 14 heures de Bastille à l’Hôtel de Ville. HES (Homosexualités et Socialisme) marquera sa solidarité dans les luttes que mènent les personnes trans contre les discriminations et marchera derrière le slogan « Stop à la stérilisation forcée pour avoir des papiers ».

HES dénonce le maintien d’un statu quo médical et juridique par le gouvernement. Ses projets de réforme du parcours de soin se sont interrompues en mars 2011. Les recommandations adressées en mai 2010 aux procureurs se sont révélées sans effet.

Aujourd’hui en France, les personnes trans sont toujours forcées à subir une stérilisation préalable pour obtenir des papiers conformes à leur identité. Ce n’est plus le cas en Angleterre, en Espagne, au Portugal, dans certains états des États-Unis, en Australie. En s’appuyant sur la résolution 1728 votée en 2010 par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, au titre de laquelle les États-membres sont invités à permettre la rectification de l’état civil d’une personne trans sans poser de condition médicale, HES a travaillé avec un groupe de travail parlementaire socialiste sur le sujet. Une proposition de loi s’élabore enfin pour réaliser la dissociation complète et définitive entre la démarche portant sur l’état civil et le parcours de soin.

HES revendique la prise en compte du motif de l’identité de genre comme celui de l’orientation sexuelle dans la lutte contre les discriminations. Recevant les associations LGBT en septembre, le nouveau Défenseur des Droits n’a malheureusement exprimé aucune priorité pour prendre en compte le motif de l’identité de genre dans sa lutte contre les discriminations.

Enfin HES, après avoir présenté des propositions détaillées pour les droits des familles transparentales, HES demande la liberté de procréation et de l’accès à la parentalité pour les personnes trans.

Sur ce sujet comme sur tous les sujets LGBT, HES s’appuie sur les principes d’universalité, de responsabilité et de dialogue qui gouvernent sa réflexion. Les trans n’ont pas aujourd’hui tou-te-s les mêmes chances de se réaliser et d’échapper à la précarité. Le gouvernement a pris la parole sur les sujets trans sans changer le droit ni le système de santé, qui sont aveugles à la réalité vécue des trans.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur