La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Manuels de SVT, Luc Chatel ne les retirera pas, nous y veillerons (...)

Manuels de SVT, Luc Chatel ne les retirera pas, nous y veillerons !

date de redaction vendredi 2 septembre 2011


Promesse du Centre LGBT Paris - Ile-de-France.


communiqué Centre LGBT Paris - Ile-de-France - 2 septembre 2011

Luc Chatel n’a pas l’intention de retirer les manuels de SVT des élèves de 1ère ES et L car a-t-il déclaré sur RTL, mercredi 31 août : « C’est une avancée importante à l’adolescence d’évoquer les questions d’identité sexuelle et d’orientation sexuelle. »

Il avait déjà rétorqué aux opposants catholiques qui l’avaient saisi, que les manuels étaient « conformes à l’état actuel des connaissances scientifiques en biologie » et qu’ils « prônent par ailleurs un respect de chacun, conformément aux valeurs de la République ».

Dépassant et structurant les réactions des enseignants et responsables religieux, l’initiative prise cet été par un groupe de 78 députés catholiques conservateurs de l’ UMP, avait alerté les associations LGBT et mobilisé les médias.

A l’origine de toute cette polémique, une lettre adressée aux responsables des diocèses par le Secrétariat Général de l’enseignement catholique et une pétition lancée par la Confédération Nationale des associations catholiques qui dénonce « la sexualité morbide et mortifère, sans aucune ouverture vers l’amour de l’autre, proche de celle de l’animal ». Que d’imagination !

Bien entendu, Christine Boutin et Christian Vanneste qui parle de « détournement de l’enseignement au profit du lobby gay », vont très vite reprendre leur rôle de missionnaire contre toute forme d’ouverture et mobiliser un groupe de députés de l’UMP.

De l’autre côté, l’Institut Emilie du Chatelet lance une pétition "Enseigner le genre : contre une censure archaïque", et différents universitaires comme Eric Fassin, des responsables politiques de gauche et associatifs vont soutenir l’ajout prévu par le programme officiel du Ministère.

Aussi, est-ce tout de même un soulagement de constater que le Ministre n’est, à priori, pas prêt à céder à la réaction archaïque succitée par l’introduction de quelques éléments d’information et de réflexion sur l’identité sexuelle et l’orientation sexuelle dans les manuels scolaires. A l’inverse, François Coppé, lui, soutient l’offensive réactionnaire.

Que présentent donc de si révolutionnaires les ajouts du chapitre intitulé « Devenir homme ou femme » des manuels édités par Hatier, Bordas, Hachette, Nathan et Belin, conformément aux consignes du programme officiel de la Direction générale de l’enseignement scolaire du Ministère ?

Rappelons tout de même que le ministère de l’éducation nationale n’est pas chargé d’éditer les manuels mais de rédiger les programmes.

Rien, rien de révolutionnaire, le simple constat validé par les scientifiques qui s’accordent à dire que les notions de sexe, genre et orientation sexuelle recouvrent des réalités bien différentes : le sexe qui dépend des chromosomes, des hormones et autres éléments et ne détermine pas le genre social ni l’orientation sexuelle ; le genre qui est une construction socio-culturelle ; l’orientation sexuelle qui d’ailleurs peut varier et plusieurs fois, dans une vie.

Avec cet ajout, les élèves vont avoir la possibilité de discuter de ces questions et la plupart d’entre eux découvriront ces notions pour la toute première fois. Les jeunes LGBT pourront aussi comprendre qu’ils sont inclus, que l’homosexualité fait partie de la vie et ne plus être stigmatisés ni conduits au suicide.

Nos politiques prétendent vouloir accéder à l’égalité entre les femmes et les hommes et au respect des orientations sexuelles. Il n’y a pas tant de façons que ça d’y parvenir, et sans enseigner aux élèves que les genres féminins et masculins sont des constructions socio-culturelles et que l’hétérosexualité n’est pas l’unique orientation sexuelle possible, on ne comprend pas bien comment les mentalités pourraient évoluer ?

Comment remettre en cause le conditionnement idéologique du déterminisme biologique et le déconstruire, si l’on refuse de regarder la vie telle qu’elle est dans toute sa diversité ?

C’est le même archaïsme idéologique qui est à l’origine de toutes les inégalités entre les sexes, des discriminations et violences à l’égard des femmes et des personnes LGBT. Il est grand temps de faire taire les forces réactionnaires, d’aller de l’avant vers une société plus moderne et plus ouverte, plus égalitaire et plus libre.

Alors félicitons-nous de la constance de Monsieur Chatel, mais soyons vigilants et ne lâchons rien, cette avancée a été âprement obtenue, pourtant elle n’a rien de révolutionnaire, c’est même un minimum que rien ni personne ne doit compromettre.

Pour le Centre LGBT paris IdF, Christine Le Doaré, présidente


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur