La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > La FSGL répond à Nicolas Sarkozy

La FSGL répond à Nicolas Sarkozy

date de redaction lundi 20 juin 2011


C’est avec véhémence et détermination que la Fédération Sportive Gaie et Lesbienne réagit aujourd’hui aux propos qu’aurait tenus le Président de la République, sur l’absence d’homophobie dans le sport.


communiqué FSGL - 18 juin 2011

C’est avec véhémence et détermination que la Fédération Sportive Gaie et Lesbienne réagit aujourd’hui aux propos qu’aurait tenus le Président de la République, Nicolas Sarkozy et rapportés par Le Canard Enchaîné.

En effet, selon le journal, lors du Conseil des ministres du 8 juin dernier, après la présentation du plan de lutte contre les discriminations par la Ministre des Sports, Madame Chantal Jouanno, le Président aurait eu ces mots : « Je ne [...] crois pas [qu’il y ait des problèmes d’homophobie]. Il y a dans ce domaine l’exemple du Stade français et de mon ami Max Guazzini, qui a choisi des maillots roses pour ses joueurs. Je ne voudrais pas qu’on laisse croire qu’il y a des discriminations ou de l’homophobie dans le sport. »

Outre l’anecdote concernant la couleur rose pour illustrer la tolérance de Monsieur Guazzini, par ses propos, le Président de la République laisse entendre qu’il ne croit pas à l’existence de l’homophobie dans le sport.

Ce commentaire est lourd de conséquences :

D’abord, il laisse croire que tous les témoignages d’homophobie dans le sport qui nous parviennent régulièrement n’ont aucune valeur ; Que les rumeurs sur Yoann Gourcuff ; que l’éviction de Yoann Lemaire, joueur de foot amateur victime de son coming-out ; que des banderoles homophobes lors de matchs de foot ; que les déclarations homophobes de certains dirigeants de clubs sportifs ; ou encore que le récit du joueur de foot de haut niveau parlant de « son calvaire au quotidien » dans le livre "Sexe Footbal Club" n’ont pas valeurs de preuve !

Or le déni de tous ces actes homophobes engendre toujours plus le sentiment d’impunité et favorise les actes de discriminations sous toutes ses formes, pas seulement celles liées à l’homophobie.

Ensuite, il va à l’encontre du travail de toutes les associations qui comme la FSGL luttent contre les discriminations aussi bien sur les terrains de sport que dans les vestiaires. Dernièrement, la création d’un comité de lutte contre les discriminations par Madame Chantal Jouanno, dans lequel la FSGL a été partie prenante illustre bien les efforts déjà entrepris dans ce domaine.

Une telle déclaration de Monsieur Sarkozy, met donc en péril le principe même de ce comité et pourrait dans le pire des cas marquer un coup d’arrêt à la lutte contre l’homophobie dans ce domaine, et dans le meilleur des cas freiner les avancées engendrées. Cela va aussi à l’encontre des déclarations de Madame Jouanno qui avait affirmé que la lutte contre l’homophobie était une des priorités du ministère. La Ministre avait par ailleurs et récemment, laissé entendre que les fédérations qui ne signeraient pas la Charte de lutte contre l’homophobie ne recevraient pas de subventions.

Le récent vote du parlement contre le mariage homosexuel, ainsi que les récentes déclarations homophobes non sanctionnées d’élus UMP laissent présager le pire pour la lutte contre l’homophobie en général.

Nous attendons donc des clarifications rapides de la part du Président Sarkozy ainsi que de Madame Chantal Jouanno afin de savoir quel est l’engagement réel du gouvernement actuel dans la lutte contre les discriminations dans le sport.

Pour la FSGL,
Alexis Christoforou, Vice-président en charge de la communication


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur