La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > L’association des Familles Homoparentales écrit à Jean-François (...)

L’association des Familles Homoparentales écrit à Jean-François Copé

date de redaction vendredi 22 avril 2011


Lettre ouverte de l’ADFH à Jean-Fraçois Copé, secrétaire général de l’UMP


Lettre ouverte ADFH - Le 21 avril 2011

Monsieur le Secrétaire Général de l’UMP,

Nous venons de prendre connaissance de l’argus flash UMP "le projet du PS – Des mesures d’un autre siècle" disponible sur internet à l’adresse : http://statique.lemouvementpopulair...

Page 10, dans la rubrique « Une attaque en règle contre la famille » vous découvrez « qu’un couple d’un homme et d’une femme, ce n’est objectivement pas la même situation qu’un couple de 2 personnes de même sexe » et en déduisez qu’il n’y a pas « d’inégalité de situation entre les couples hétérosexuels et homosexuels » puisque ces couples sont constitués différemment. Paradoxalement, vous indiquez dans le même paragraphe que le droit de mener une vie familiale s’applique à tous, quelle que soit son orientation sexuelle... mais sans le mariage.

Ainsi vous reconnaissez bien le principe fondateur de notre République qu’est l’égalité mais vous y soustrayez les éléments perturbateurs à votre définition de la « Famille traditionnelle ».

L’Association Des Familles Homoparentales (ADFH) regroupe les familles et futures familles homoparentales. L’ADFH est apolitique. Si comme vous l’indiquez le droit de mener une vie familiale s’applique à tous, nous nous permettons de vous rappeler que nos enfants sont discriminés par rapport aux enfants issus de couples hétérosexuels :

  • ils ne sont pas protégés en cas de décès du parent légal puisque le partenaire est un fantôme au regard du droit français (adoption par un couple homosexuel interdite, mariage homosexuel prohibé)
  • Les enfants nés dans les pays où la Gestation Pour Autrui est éthique, légale et encadrée ne méritent pas d’être français là où ceux qui sont issus par d’autres moyens obtiennent la transcription de leur certificat de naissance. En refusant de rapatrier administrativement ces enfants, vous créez une nouvelle forme de discrimination sur l’origine conceptionnelle avec ces mesures vexatoires à l’encontre de ces enfants. Alors que ces enfants n’ont rien demandé, ce sont eux qui sont sanctionnés par l’Etat Français. La France est en contravention manifeste avec les dispositions de la CONVENTION INTERNATIONALE DES DROITS DE L’ENFANT et de la CONVENTION EUROPEENNE DES DROITS DE L’HOMME.

Vous invoquez que l’intérêt de l’enfant « c’est d’être élevé, dans la mesure du possible, par son père et par sa mère ». En suivant votre logique, qu’attendez-vous pour mettre en conformité la loi avec ces propos en supprimant l’adoption, l’accouchement sous X, l’avortement ? En éradiquant le quart des familles françaises qui vit dans une structure différente que celle que vous brandissez, vous vous éloignez radicalement du devoir de protection que la République se doit d’appliquer à ses administrés.

La Suède, la Norvège, la Finlande, l’Islande, les Pays-Bas, l’Espagne, la Belgique, la Grande-Bretagne ont reconnu l’homoparentalité. Pensez-vous que dans tous ces pays européens de graves crises sociales ont émergé subséquemment, que cette mesure a pénalisé l’intérêt de l’enfant ? Que ces pays ont tous pris une mesure « d’un autre siècle » ? Si tel était le cas, pourquoi ces pays ne sont-ils pas condamnés par la CEDH ? Pourquoi les français pourtant favorables, devraient-il encore attendre que notre gouvernement prenne enfin en compte la réalité de nos familles ?

Ce que nous réclamons, c’est la reconnaissance légale de nos familles. Nos familles vivent au milieu d’autres familles. Nos enfants jouent, chantent, apprennent avec vos enfants. Nos enfants sont aimés, éduqués comme vos enfants. Pourquoi devraient-ils être traités différemment parce que leurs parents sont de même sexe ? Lorsqu’un couple hétérosexuel décide d’avoir un enfant, l’Etat fait-il une enquête sociale pour vérifier la compatibilité entre les pratiques sexuelles du couple et l’intérêt de l’enfant ?

Monsieur le Secrétaire Général de l’UMP, nous comptons sur votre clairvoyance pour corriger ces propos diffamants au plus vite. Avec tout le respect que nous avons pour vous, nous considérons que votre grand parti politique mérite mieux que de brandir des petits clichés et préjugés honteux.

Hervé LANCELIN et Alexandre URWICZ
Coprésidents de l’ADFH

Plus d'informations :

PDF - 429.8 ko
Argus Flash UMP
Le projet du PS ? Des mesures d’un autre siècle
http://statique.lemouvementpopulair...

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur