La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > 26 mois de prison ferme pour l’agresseur majeur de Christian (...)

26 mois de prison ferme pour l’agresseur majeur de Christian Merlhiot

date de redaction jeudi 17 février 2011


Le réalisateur avait été victime de violences verbales et physiques à caractère homophobe, alors qu’il était avec son compagnon dans les rues de Dieppe à l’occasion d’un festival de cinéma.


Communiqué de presse Collectif contre l’Homophobie Montpellier - 16/2/2011

Dans la nuit du samedi 10 au dimanche 11 juillet 2010, Christian Merlhiot, réalisateur du film Le Procès d’Oscar Wilde était victime de violences verbales et physiques à caractère homophobe, alors qu’il était avec son compagnon dans les rues de Dieppe à l’occasion d’un festival de cinéma.

Se promenant sur le pont Colbert , Christian Merlhiot rentrait à pied à son hôtel avec son ami qui le tenait par l’épaule, à la fin de la soirée d’ouverture du festival.
Quatre jeunes individus ont commencé à les insulter en les traitants de tous les noms et notamment en les accusant de propager le Sida. Christian Merlhiot ayant demandé aux agresseurs d’arrêter leurs insultes, trois d’entre eux ont couru vers lui pour le rouer de coups et lui casser des cannettes de bière sur la tête jusqu’à ce qu’il ne perde connaissance.

Son compagnon a averti les secours qui ont transporté Christian Merlhiot aux urgences, blessé à la tête et présentant de nombreuses ecchymoses. Il a eu de nombreux points de suture à la tête, deux yeux au beurre noir, un hématome et des contusions sur tout le corps, l’ensemble de ces blessures ayant occasionné 21 jours d’ITT (Interruption Temporaire de Travail). L’enquête de police a permis de retrouver les agresseurs, qui ont été mis en garde à vue et relâchés sous contrôle judiciaire en attendant le procès.

Christian Merlhiot a confié sa défense à Maître Jean-Bernard Geoffroy, avocat et président du RAVAD.
Il a également accepté la constitution du Collectif Contre l’Homophobie (CCH) comme partie civile à ses côtés afin de mettre en exergue la dimension homophobe de l’agression ; Maître Geoffroy représentera aussi le CCH à l’audience.

Le procès de l’agresseur majeur, Christophe Panchaud âgé de 19 ans, a eu lieu hier, mardi 15 février 2011 à 14h devant le Tribunal Correctionnel de Dieppe ; il était poursuivi des chefs de violences commises sur Christian Merlhiot, avec usage ou sous la menace d’une arme, en réunion et en raison de l’orientation sexuelle de la victime.

Christian Merlhiot qui avait témoigné publiquement de son agression, était présent à l’audience avec son compagnon.

L’avocat du mis en cause a tenté en vain de réfuter le caractère homophobe de l’agression.
Le Procureur de la République a requis 3 ans de prison dont 10 mois avec suris et mise à l’épreuve pendant 2 ans et mandat de dépôt à l’audience.

Le Tribunal a condamné le mis en cause à :

  • 3 ans de prison dont 10 mois avec sursis et mise à l’épreuve pendant 2 ans
  • 5 600€ de dommages et intérêts à la victime répartis comme suit : 3500€ pour le préjudice corporel, 1500€ pour le préjudice moral et 600€ de frais d’avocat.
  • 450€ pour les frais d’avocat du Collectif Contre l’Homophobie et 1€ symbolique.

Le procés des 2 mineurs mis en cause dans cette agression aura lieu ultérieurement devant le Tribunal pour enfants de Dieppe.

Christian Merlhiot et le Collectif Contre l’Homophobie expriment leur satisfaction car le jugement a été exemplaire : la circonstance aggravante d’homophobie a été retenue, et le préjudice moral a été considéré comme intrinsèquement inhérent à la nature de l’agression.

Hussein Bourgi,
Président du CCH


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur