La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > CENTR’ÉGAUX regrette le rendez-vous manqué entre le Conseil Constitutionnel et (...)

CENTR’ÉGAUX regrette le rendez-vous manqué entre le Conseil Constitutionnel et l’Histoire

date de redaction vendredi 28 janvier 2011


Les centristes estiment que la décision rendue sur la constitutionalité du mariage des couples de même sexe n’est pas en accord avec la France qui a déclaré que les Femmes et les Hommes naissent et demeurent libres et égaux et qui pourtant admet que certains citoyens sont plus égaux que d’autres.


communiqué Centr’Egaux - 28/1/2011

Saisi d’une Question Prioritaire (QPC) portant sur l’égalité des couples devant le mariage le Conseil a botté en touche en renvoyant la question aux législateurs.

Cette décision n’est pas en accord avec la France qui a déclaré que les Femmes et les Hommes naissent et demeurent libres et égaux et qui pourtant admet que certains citoyens sont plus égaux que d’autres.

Existe-t-il une raison fondamentale républicaine laïque et humaniste qui permette de dire que l’union d’un couple de même sexe soit inférieure à celle d’un couple hétérosexuel ?

Existe-t-il une raison de survie de la société républicaine pour décider qu’un couple de même sexe a moins de droit et de devoir qu’un couple hétérosexuel ?

Pour CENTR’ÉGAUX il est évident que les réponses sont négatives. Pour rappel lors de son Congrès programmatique, le Mouvement Démocrate avec le concours de CENTR’ÉGAUX a voté les résolutions suivantes :

  1. Toute union, légalement reconnue, quelle que soit sa composition, doit être assurée de bénéficier de droits et de devoirs égaux, en particulier le logement, l’ensemble des droits sociaux, la fiscalité et la transmission du patrimoine avant et après le décès.
  2. L’homoparentalité est déjà une réalité vécue par des centaines de milliers de familles. Lorsque l’union entre deux personnes de même sexe fait surgir un désir responsable d’accueillir un enfant, la parentalité et l’adoption doivent être facilitées de façon à ce que subsiste notamment un lien entre deux personnes et l’enfant qu’elles ont élevé en cas de mort, accident ou de séparation affectant le couple qu’elles avaient formé.

Nous réaffirmons par là qu’il n’existe pas de citoyens de second rang dans notre pays et que cela doit se retrouver dans l’égalité de toutes et de tous en droits et devoirs, dans l’acceptation de toutes les familles quelles que soient leur composition. CENTR’ÉGAUX continuera à oeuvrer dans ce sens

Frédérick GETTON, Président


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur