La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Erik Rémès est allé au premier salon Gay de l’agriculture

Erik Rémès est allé au premier salon Gay de l’agriculture

date de redaction mardi 21 octobre 2003


et elle n’est pas contente !


communiqué - 21/10/2003

Comme 30 000 folles endimanchées, votre serviteuse s’était donc rendu au fameux, déjà célèbre et hautement médiatique salon « Rainbow attitude », premier raout gay et gay friendly européen de cette envergure. Aux oubliettes les rikiki « salon des homosocialités » initié par feu Gai Pied, relégués dans les ridicules écuries du Cirque d’hiver. Place à la démesure, des milliers de mètres carré, à la beaufisante « Paris expo ». Ayant toujours refusé de mettre le début d’une testicule au salon de l’agriculture, au Mondial de l’auto ou autre Foire de Paris, je fus fort marri en découvrant un salon mixant de manière peu ragoûtante ces différents et subtils concepts auxquelles on rajoutera une pincée de Fiac du pauvre avec des artistes et galeries qui n’avaient de gay pas grand chose. Un salon gay et gay friendly dit-elle ? Enfin disons surtout, pour être une honnête fille, un salon friendlysant et racoleur tant il était peu question de pédales pur jus. Les gouinnes n’en parlons pas, on n’en voyait pas le début d’une gousse sur les stands. Comme une Panthère rose gauchiste de base, je m’étais refusé de cautionner ce mercantilisme grossier et vénal. Indignons-nous telle l’Arlette de la jaquette et « refusons que 30 ans de luttes pour l’égalité des droits, pour une reconnaissance sociale des individus quelle que soient leurs identités sexuelles et identité de genre soient soldées au profit d’une existence sociale par et pour le fric. Refusons de servir d’alibi ! ». En me baladant dans les allées avec mon mari artiste, nous étions pris de fou rire hystérique devant l’incongruité de certains exposants : à un vendeur des mezzanine électrique je demandais si on pouvait accrocher un sling, je n’eu qu’un regard dubitatif en réponse. À un marchand de masque africain congolais, je demandais en quoi ces jolies statues pouvaient m’aider à assumer mon homosexualité et faire mon coming out. Même regard perplexe ! Le plus drôle, c’était tous ces vendeurs de bouffes sensés attirer les pédales comme des mouches, une vingtaine de négociants en vins dont le fameux « Armagnac de saint Pastou », la goûteuse « conserveries d’autre foies » (sic), mais aussi la très fist-fucking gang-Bang et Olufsen »et les fameux sus-nommés masques de « La pirogue d’Afrique ». Rien d’homo-érotique, rien de pédé ni de folle non plus. On trouvait même de grandes marques faisant preuves d’un courage sans noms comme Cégetel mais aussi Volvo et la fameuse Smart « Rainbow attitude » qui fera bientôt un malheur garé devant les bars à l’happy houre. Heureusement, on trouvait tout de même quelques assocs gays (caution morale) qui faisaient un peu tâche remisée sur des stands de pauvres filles. Sans oublier «  l’espace sexe » à peine plus grand que les toilettes (sans bock-room). «  Mais l’homosexualité ce n’est pas que le sexe », et mon cul, c’est du poulet  ? Si communauté gay il y a, c’est parce qu’on s’encule ! « Au delà des clichés », disait le slogan. Tu parles, on était en plein dedans. De la visibilité comme celle-là, on a envie de se la foutre au cul tout en ayant l’impression de s’être sacrément fait enculer par une telle imposture.

Erik Rémès


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur