La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Journée nationale du souvenir des héros et des victimes de la Déportation

Journée nationale du souvenir des héros et des victimes de la Déportation

date de redaction vendredi 23 avril 2010


Le Mémorial de la Déportation Homosexuelle déplore une reconnaissance inégale et disparate de la déportation pour homosexualité d’une ville à l’autre.


communiqué Mémorial de la Déportation Homosexuelle - 22 avril 2010   Le dimanche 25 avril prochain aura lieu la 65ème Journée Nationale du Souvenir de la Déportation.

Comme chaque année depuis sa création en 1989, le Mémorial de la Déportation Homosexuelle (MDH) rendra un hommage à la mémoire des femmes et des hommes déporté-es pour motif d’homosexualité pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Nous le ferons dans de nombreuses villes soit à travers nos délégué-es départementaux/ales, soit à travers d’autres associations LGBT.   Si les associations homosexuelles sont désormais officiellement invitées à certaines de ces cérémonies, cela n’est pas le cas partout. De plus, même lorsqu’elles sont invitées, ces associations et leurs sympathisants-es ne sont pas toujours bien accepté-es par l’ensemble des autres participant-es.

En 2001, le Premier Ministre Lionel Jospin déclarait : « Il est important que notre pays reconnaisse pleinement les persécutions perpétrées durant l’occupation contre certaines minorités - les réfugiés espagnols, les tziganes ou les homosexuels. »

En 2005, le Président de la République Jacques Chirac déclarait : « En Allemagne, mais aussi sur notre territoire, celles et ceux que leur vie personnelle distinguait, je pense aux homosexuels, étaient poursuivis, arrêtés et déportés. »

Le 18 janvier 2006, le Parlement Européen votait une résolution sur l’homophobie en Europe dont voici un extrait : « Le Parlement invite tous les États membres concernés à enfin reconnaître pleinement que les homosexuels ont figuré parmi les cibles et les victimes du régime nazi. »

Les deux déclarations d’éminents représentants de l’Etat Français sont des actes politiques d’importance ; elles ne sauraient toutefois constituer à elles seules les actes officiels par lesquels la République Française reconnaîtrait la déportation pour motif d’homosexualité.

Si nous saluons le vote de la résolution du Parlement européen, force est de constater qu’elle n’a pas eu de conséquences effectives en France.

En effet, depuis 2005 nous attendons vainement une nouvelle déclaration ministérielle ou présidentielle mentionnant les déportés pour motif d’homosexualité. Nous espérons toujours qu’un jour prochain toutes les victimes de la déportation seront citées dans les discours, messages et allocutions.

Face à ce constat regrettable et à cette pénible situation, certaines associations homosexuelles devront s’accommoder, cette année encore, d’un accueil contrasté dû à des réalités locales indépendantes de leur volonté.  

Recensement des situations dans 17 villes

A Nice (06)  : Vincent Péchenot, le délégué du MDH, a informé la Préfecture de l’intervention de la HALDE à Marseille. Malgré la décision de celle-ci, les anciens combattants ont renouvelé leur refus catégorique, prétextant que le MDH n’est pas affilié à l’ONAC, tout en reconnaissant qu’ils s’opposeraient à une telle affiliation puisque le MDH ne regroupe pas des adhérents éligibles à pensions. Ainsi, Vincent Péchenot et des associations LGBT niçoises procéderont au dépôt d’une gerbe à la mémoire des déportés pour motif d’homosexualité à l’issue de la cérémonie officielle qui aura lieu à 11h au Monument aux Morts (Quai Rauba Capeu).

A Marseille (13) : Depuis 16 ans, les homosexuels déposaient une gerbe après la cérémonie officielle. Mais la mobilisation publique qui s’est effectuée au cours des dernières années après cette cérémonie, derrière la gerbe déposée par les homosexuels a été remarquable. En particulier, en 2009. Et, le coup de pouce apporté par la HALDE à la suite de la cérémonie de 2009 a été décisif. Aussi pour la 1ère fois, Christian de Leusse, le délégué du MDH, déposera cette année la gerbe spécifique pour les déporté-es homosexuel-les dans le cadre de la cérémonie officielle prévue à 10h au Monument de la Déportation situé Place Daviel (derrière l’Hôtel de Ville). Un regret, les associations de déportés ne veulent pas que les LGBT participent au financement de la gerbe unique. [1]

A La Rochelle (17) : Le Centre Gay & Lesbien ADHEOS (Association d’Aide de Défense Homosexuelle pour l’Egalité des Orientations Sexuelles) sera présent pour la première fois à La Rochelle lors de la cérémonie durant laquelle, ce dimanche 25 avril, les associations de déportés déposeront comme chaque année une gerbe commune en souvenir des victimes et héros de la déportation. Depuis des années, les associations luttant contre l’homophobie et pour la mémoire des homosexuels déportés pendant la Seconde Guerre Mondiale, parviennent progressivement à être associées aux cérémonies du Souvenir, avec le soutien de nombreuses Villes (c’est le cas à Saintes où ADHEOS déposera à nouveau une gerbe comme les années précédentes) et parfois, des préfectures. L’association ADHEOS prend note de la réponse de Maxime Bono, député-maire de La Rochelle, tout en connaissant son engagement à ce sujet, qui va dans notre sens. Cette année, il s’agit donc ni plus ni moins d’une démarche visant à ouvrir le dialogue avec les associations de déportés de La Rochelle, sans bousculer le protocole, mais dans l’espoir que le motif d’homosexualité soit cité, et que dans les années à venir notre association soit officiellement associée à cette cérémonie.

A Nîmes (30) : Pour la 4ème année consécutive, le Collectif Inter Associatif LGBT nîmois, représenté par Georges Muller , délégué départemental du MDH, déposera, avec les présidents des différentes associations concernées, une gerbe commune à la mémoire de toutes les victimes du nazisme le dimanche 25 avril 2010 à 10h30 au monument des martyrs de la résistance (Pyramide, boulevard Jean Jaurès).

A Bordeaux (33) : Le Grand Rabbin de Bordeaux, Alain Nacache, et Julien Pellet, délégué du MDH, ont écrit une lettre commune au Préfet de la Gironde demandant la citation de tous les motifs de déportation, conformément à l’esprit de cette commémoration et parallèlement aux voeux exprimés en 2009 par le maire de Bordeaux, Alain Juppé. La Préfecture refuse pour le moment d’entendre leur revendication. A ce jour, Julien Pellet n’a toujours pas reçu d’invitation officielle, à l’inverse des quatre années précédentes pour la cérémonie de 11h45 au Fort du Hâ (dans la cour de l’Ecole Nationale de la Magistrature, proche de Pey Berland).

A Montpellier (34) : Hussein Bourgi, le délégué du MDH a été invité à la réunion préparatoire en Préfecture et à la cérémonie. Il sera placé aux côtés du Préfet, des élus et des autres représentants d’associations de déportés. La cérémonie débutera à 12h au Monument aux morts situé sur l’Esplanade Charles de Gaulle. Il sera procédé au dépôt d’une gerbe unique financée par la Mairie de Montpellier.

A Tours (37) : L’association LGP Centre sera présente à la cérémonie place Anatole France après la clôture de la cérémonie officielle, à 10h45 à la Stèle de la Déportation, place Anatole France, mais en présence d’élu-e-s. L’association lira un passage d’une œuvre littéraire en référence aux triangles roses et/ou noirs, déposera une gerbe en souvenir à tous les déportés et internés et invitera les participants à une minute de silence.

A Nantes (44) : le Centre LGBT de Nantes est invité à la cérémonie officielle à l’issue de laquelle il procédera au dépôt d’une gerbe distincte. L’hommage aura lieu à 11h au Monument de la déportation situé au Cimetière de la Chauvinière

A Angers (49) : Pour la seconde année consécutive à Angers, deux demandes récurrentes des associations LGBT, membres du MDH et de l’appel du 15 mars 2005, sont réalisées, à savoir être officiellement invitées à la cérémonie et pouvoir participer au financement d’une gerbe commune. Quazar s’en félicite et souhaite désormais que le Message national commun des associations de déportés, lu lors de la cérémonie, mentionne toutes les catégories de déportés.

Quazar appelle ses membres et sympathisants, ainsi que tous les citoyens, à participer à cette Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation, à 10h30 à la stèle des Fusillés de Belle-Beille, avenue Notre-Dame du Lac, étang Saint-Nicolas, à Angers.

A Metz (57) : Au lendemain de la cérémonie agitée d’avril 2009, le préfet de Région a reçu Couleurs Gaies pour entendre son unique revendication depuis plus d’une décennie : que soient cités dans la cérémonie départementale à la mémoire des victimes de la déportation tous les motifs de déportation. Couleurs Gaies a présenté une proposition alternative à la citation des motifs dans les discours : la pose devant le monument de Queuleu du fac-similé de la plaque commémorative présente au mémorial national de la déportation à Paris, citant tous les motifs de déportation.
Après 4 relances de l’association, une seule réponse écrite du Préfet : oui à une plaque… mais quelle plaque ? à quel emplacement ? AUCUNE REPONSE. Malgré les recommandations de la HALDE (08/06/2009) en la matière, aucune invitation aux réunions de préparation de la cérémonie n’a été adressée à Couleurs Gaies.
Ainsi, Couleurs Gaies vient d’adresser, par son Avocat, un recours au Président de la République pour lui demander de faire respecter en Moselle une circulaire du 8 avril 2005 qui indique que les associations rappelant la mémoire des personnes déportées en raison de leur homosexualité doivent être conviées aux préparations des cérémonies.
La HALDE va être également saisie de ce dossier.

Pour réunir les conditions nécessaires à une cérémonie sereine, Couleurs Gaies exhorte la Préfecture,

  • soit de faire citer les motifs de déportation au cours de la cérémonie du 25 avril 2010,
  • soit d’intégrer de façon pérenne une plaque identique à celle apposée à Paris par le Ministère de la Défense, au protocole de la Journée du souvenir au fort de Queuleu en la plaçant devant le monument où se situe la cérémonie, et non quelques mètres plus loin pour l’oublier dès 2011…

A Lille (59) : L’association Les Flamands Roses porte le souvenir de la déportation pour motif d’homosexualité depuis 1991 à Lille. A l’occasion de la journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation, elle participera à la cérémonie officielle organisée à La Noble Tour, rue des Déportés à Lille, à 10h, cérémonie où elle déposera une gerbe spécifique.

Les Flamands Roses invitent toutes les personnes et les associations concernées par le souvenir de la déportation pour motif d’homosexualité, ainsi que leurs sympathisantEs, à les rejoindre lors de cette cérémonie.

A Strasbourg (67) : Christophe Charpiot, président de l’association Les Oubliés de l’Histoire, dédiée à la mémoire des homosexuels, des Roms et des usagers de la psychiatrie victimes de la déportation, et délégué du MDH, assistera lors de la cérémonie officielle au dépôt d’une gerbe unique. La cérémonie aura lieu à 12h sur la Place de la République.

A Lyon (69) : David Souvestre, le délégué du MDH et président de la Lesbian & Gay Pride a été invité à la cérémonie officielle comme cinq autres présidents d’associations LGBT lyonnaises. Un dépôt de gerbe unique aura lieu lors de la cérémonie prévue à 11h30 devant le Veilleur de Pierre, Place Bellecour, Lyon 2ème.

A Paris (75) : les délégué-es du MDH, Jean-Bernard Peyronel, Pierre Serne et Ariane Le Doré-Goodwin, ont été invité-es aux cérémonies prévues au Monument de la Shoah à 14h30, à l’Ile de la Cité à 15h30, à l’Hôtel Lutécia à 16h45 et à l’Arc de Triomphe à 18h30. Il sera procédé au dépôt d’une gerbe unique.

A Evry (91) : pour la 4ème année consécutive, l’association ANGEL 91 a été invitée à participer à la cérémonie officielle au cours de laquelle, après avoir été citée par le maître de cérémonie, elle déposera, comme les autres associations œuvrant pour la mémoire, une gerbe identique à celles des autres associations portant la mention "aux déportés homosexuels". L’hommage aura lieu à 12h devant le Palais de Justice (rue des Mazières).

A Montreuil (93) : Pour la 2ème année consécutive, Pierre Serne, délégué du MDH, a été invité par Dominique Voynet, Sénatrice-Maire à déposer une gerbe portant un triangle rose et un triangle noir. Il sera accompagné pour ce geste symbolique de Catherine Morin Le Sec, de la Coordination Lesbienne en France. La cérémonie débutera à 11h au Monument situé sur l’avenue de la Résistance, au niveau de la Croix de Chavaux.
Le MDH tient à saluer la volonté de l’équipe municipale de Montreuil qui a eu le souci d’organiser une cérémonie œcuménique et plurielle, en ayant le souci d’y associer le plus grand nombre de représentants des victimes persécutées pendant la Seconde Guerre Mondiale.

A Arcueil (94) : Ariane Le Doré-Goodwin, la déléguée du MDH, déposera une gerbe au nom du MDH sur laquelle sera marquée la phrase suivante : "Le Mémorial de la Déportation Homosexuelle à l’ensemble des déporté-es". La cérémonie débutera à 11h au Monument aux morts situé sur la Place de la République.

Le MDH prend acte avec regret de la persistance d’une reconnaissance à géométrie variable de la déportation pour motif d’homosexualité et de l’inégal traitement réservé aux associations portant cette mémoire.

Faisant abstraction des difficultés rencontrées ici ou là et considérant que le devoir de mémoire est plus que jamais nécessaire, le MDH invite le plus grand nombre de personnes à rendre hommage aux déportés pour motif d’homosexualité à l’occasion de la 65ème Journée du Souvenir de la Déportation.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur