La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actions > Des transgenres du Honduras en danger de mort

Des transgenres du Honduras en danger de mort

date de redaction lundi 15 septembre 2003     auteur Philippe Colomb


Amnesty International lance une action urgente en faveur de personnes transgenre au Honduras, dont la sécurité est compromise et qui sont menacées de mort.


action d’Amnesty International - PUBLIC SF 03 LGBT 024 (ÉFAI ? 030560) AMR 37/013/2003 AU 258/03

PRIÈRE D’INTERVENIR IMMÉDIATEMENT.
SI VOUS RECEVIEZ CET APPEL AVEC RETARD, NE PLUS INTERVENIR APRÈS LE 10 OCTOBRE 2003. MERCI.

Avertissement : Amnesty International défend des individus sans prendre position ni sur leurs idées ni sur les organisations auxquelles ils pourraient adhérer.

Elkyn Suárez Mejía, également connu sous le nom de China (personne transgenre) ainsi que les autres membres de la Comunidad Gay Sampedrana (Communauté gay de San Pedro Sula)

Personne tuée : Erick David Yánez, également connu sous le nom d’Ericka (personne transgenre), 19 ans

Elkyn Suárez Mejía, une personne transgenre également connue sous le nom de China, a été témoin du meurtre d’Erick David Yánez, également connue sous le nom d’Ericka, perpétré le 15 juillet 2003 à San Pedro Sula, dans le nord du Honduras. Elle a reçu des menaces de mort par lesquelles on l’enjoignait de ne pas témoigner dans le cadre de la procédure ouverte contre deux policiers inculpés de l’homicide. Amnesty International est préoccupée par sa sécurité et par celle des autres membres de la Comunidad Gay Sampedrana (Communauté gay de San Pedro Sula), qui ont reçu des appels téléphoniques émanant de correspondants anonymes menaçant de poser une bombe au bureau de cette organisation non gouvernementale (ONG).

Erick David Yánez / Ericka, une personne transgenre membre de la Communauté gay de San Pedro Sula, a été agressée par deux policiers qui, bien que circulant à bord d’un véhicule de police, " étaient manifestement en quête des services d’une prostituée ", selon le journal Tiempo. Lorsque les agents se sont rendu compte qu’Erick / Ericka était une personne transgenre, ils se sont lancés dans une altercation au terme de laquelle l’un d’eux a tué Erick / Ericka avec son arme de service.

Les deux policiers ont été arrêtés quelques jours plus tard dans le cadre de l’enquête ouverte par le Bureau du procureur général. L’un d’entre eux a été inculpé d’homicide et l’autre de complicité d’homicide. À la demande du Bureau du procureur général, Elkyn Suárez / China a été placée sous protection policière vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Toutefois, l’évasion à la mi-août de Carlos Iván Contreras, le policier inculpé d’homicide, a fait craindre davantage pour sa sécurité.

Amnesty International a appris qu’Elkyn Suárez / China avait été informée le 28 août par le tribunal de San Pedro Sula que la protection policière dont elle bénéficiait allait être levée, apparemment à la demande de responsables de la police locale. La suppression de cette protection la place dans une situation de sécurité encore plus précaire et pourrait entraver la procédure visant à traduire en justice les personnes responsables de la mort d’Erick David Yánez / Ericka.

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Selon des informations fournies par des ONG, quelques 200 travailleuses et travailleurs du sexe homosexuels, transgenres ou transsexuelles ont été tués entre 1991 et 2003. Peu de ces homicides ont donné lieu à l’ouverture d’une procédure, et plus rares encore ont été les enquêtes menées dans ces affaires. L’article 60 de la Constitution hondurienne proclame que toutes les Honduriennes et tous les Honduriens sont égaux devant la loi et que la discrimination fondée sur le sexe, la race ou la classe, ou toute autre discrimination qui porte atteinte à la dignité humaine, tombe sous le coup de la loi.

Les autorités honduriennes ne reconnaissent pas les organisations représentant les personnes lesbiennes, gayes, bisexuelles, transgenres et transsexuelles. Ce refus contrarie les activités de ces organisations ; il porte aussi atteinte aux droits fondamentaux des personnes concernées, notamment le droit au respect de la vie privée, le droit de ne pas être victime de discrimination en raison de son orientation sexuelle ou de son identité de genre, et le droit à la liberté de réunion et d’association. La non-reconnaissance signifie que les personnes en danger doivent chercher protection à titre personnel et non en tant que membre d’une organisation, ce qui les rend plus vulnérables.

ACTION RECOMMANDÉE :

e.mail/ fax/ télégramme/ lettre « prioritaire »/enveloppe internationale :

- exhortez les autorités honduriennes à prendre immédiatement des mesures appropriées afin d’assurer la sécurité d’Elkin Suárez Mejía / China, conformément à ses souhaits et à ses besoins ;

- soulignez le fait que cette protection doit être assurée aussi longtemps que nécessaire, ce qui signifie qu’elle devra peut-être être prolongée au-delà de la phase de l’enquête et de la procédure judiciaire concernant le meurtre d’Erick David Yánez / Ericka ;

- faites part de votre préoccupation quant à la sécurité des autres membres de la Comunidad Gay Sampedrana (Communauté gay de San Pedro Sula), et demandez instamment aux autorités de prendre les mesures nécessaires pour garantir leur sécurité ;

- demandez aux autorités de veiller à ce que les responsables présumés du meurtre d’Erick David Yánez / Ericka soient traduits en justice ;

- exhortez les autorités à veiller à la protection des droits des personnes lesbiennes, gayes, bisexuelles, transgenres et transsexuelles, et à faire en sorte que ces personnes ne soient pas victimes de discrimination en raison de leur orientation sexuelle et / ou de leur identité de genre.

APPELS À :

- Ministre de la Sécurité :

Dr. Oscar Alvarez
Ministro de Seguridad Pública
Ministerio de Seguridad Pública
Edificio Poujol, 4o piso
Col. Palmira (Blvd. Morazán)
Tegucigalpa, Honduras

Télégrammes : Ministro de Seguridad, Tegucigalpa, Honduras Fax : +504 220 4352

Formule d’appel : Monsieur le Ministre / Señor Ministro

- Procureur général :

Dr. Roy Edmundo Medina
Fiscal General de la República
Fiscalía General de la República
Colonia Loma del Guijaro
Tegucigalpa, Honduras

Télégrammes : Fiscal General de la República, Tegucigalpa, Honduras Fax : +504 221 5666

Formule d’appel : Monsieur le Procureur général / Señor Fiscal General de la República

COPIES À :

- Commissaire national pour la protection des droits humains :

Comisionado Nacional de Protección de los Derechos Humanos _Ramón Custodio López
Avda. La Paz No. 2444
Contiguo a Galerías La Paz
Tegucigalpa, Honduras

Fax : +504 232 6894

- Communauté gay de San Pedro Sula :

Comunidad Gay Sampedrana

Fax : +504 553 4362 Courriers électroniques : comunidadgay@123.hn

- Ambassade du Honduras :
8, rue Crevaux - 75116 Paris
Tél : 01 47 55 86 45 - Fax : 01 47 55 86 48

Tarifs postaux pour le Honduras :
Enveloppe internationale (20 g) : 0.84 €
Lettre « prioritaire » (20 g) : 0.90 €

RTF - 12.5 ko
Modèle de lettre en espagnol
RTF - 15.5 ko
Modèle de lettre en français

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur