La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > 64 % des français favorables au mariage homosexuel, 57 % favorables à (...)

64 % des français favorables au mariage homosexuel, 57 % favorables à l’adoption par des couples homosexuels : la société avance. Et le politique ?

date de redaction lundi 16 novembre 2009


L’opinion publique réaffirme son intérêt pour l’égalité des droits entre les couples hétérosexuels et les couples de même sexe, et refuse de considérer que les parents homosexuels seraient a priori des mauvais parents.


communiqué Inter-LGBT - 15/11/2009

L’Interassociative lesbienne, gaie, bi et trans se félicite des résultats du sondage BVA - La Matinale de Canal +, révélés le 13 novembre. Une fois encore, comme elle l’avait fait lors des débats sur la bio-éthique, l’opinion publique réaffirme son intérêt pour l’égalité des droits entre les couples hétérosexuels et les couples de même sexe, et refuse de considérer que les parents homosexuels seraient a priori des mauvais parents.

Dans la majorité présidentielle, la cacophonie et le discours politique résonnent en creux.

La secrétaire d’Etat chargée de la Famille, Nadine Morano, a déclaré qu’elle ne voulait pas changer la loi interdisant l’adoption aux couples homosexuels, tout en souhaitant un débat pour « sortir de l’hypocrisie ». La contradiction du secrétaire général de l’UMP, Xavier Bertrand, pour qui « le repère, c’est d’avoir un père et une mère » est intervenue très vite : "Je ne suis pas favorable à l’adoption par les couples homosexuels, c’est une position qui est constante dans le Mouvement populaire" a-t-il indiqué hier. De leur côté, Familles de France, la Conférence des évêques de France, la Confédération nationale des associations familiales catholiques, se sont insurgées contre la décision du tribunal administratif de Besançon arguant : « C’est l’intérêt supérieur de l’enfant qui doit donc guider les décisions politiques et administratives. Les droits et le bien de l’enfant limitent le droit à l’enfant ». C’est bien évidemment au nom de l’intérêt supérieur de l’enfant que ces associations refusent aussi que soient confortés les liens entre l’enfant et son parent non biologique, comme si l’intervention de ce dernier dans l’éducation de son enfant ne comptait pour rien et ne faisait pas de lui un vrai parent. En dehors des liens du sang, point de salut !

Ces positions conservatrices et stigmatisantes pour les couples homosexuels qui veulent se marier ou qui élèvent des enfants sont désormais minoritaires au sein de la société française, et c’est heureux. L’Interassociative lesbienne, gaie, bi et trans salue nos concitoyen-ne-s qui ont compris depuis longtemps que les couples homosexuels n’aspirent qu’à mener une vie confortée par l’accès à des droits égaux.

Mais quels que soient les obstacles et les obstructions, dix ans après la publication de la loi créant le PACS et grâce à l’évolution des mentalités, le chemin vers l’égalité se poursuit résolument.

Déjà, des maires en France organisent des cérémonies pour célébrer des PACS dans leur commune. Les dernières améliorations à apporter au pacte civil de solidarité pour le mettre à égalité avec le mariage, particulièrement en matière de droits sociaux, sont à portée de main. Elles ont été promises pendant la campagne présidentielle par Nicolas SARKOZY, les associations LGBT mais aussi la très grande majorité de couples hétérosexuels signataires de PACS les réclament. C’est ainsi d’ailleurs que des parlementaires de diverses composantes de l’opposition ont déposé à plusieurs reprise et déposent encore des proposition de loi, tentant d’infléchir un gouvernement sourd aux revendications d’égalité des droits pour les couples homosexuels.

Samedi dernier, la maire de Montpellier, Hélène Mandroux, lançait un appel pour l’accès au mariage pour les personnes de même sexe. Cette initiative, qui rejoint celle qu’avait prise en 2004 Noël MAMERE en décidant de marier un couple homosexuel, est pleinement en phase avec l’opinion de la société française. L’Inter-LGBT la soutient et souhaite que le plus grand nombre d’élu-e-s rejoignent la dynamique de « l’Appel de Montpellier ». Elle remercie les signataires, qui couvrent un large éventail à gauche, et espère qu’elle ira au-delà et montrera que la majorité présidentielle peut encore évoluer sur ce terrain.

Philippe CASTEL, porte-parole,


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur