La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Le refus de jouer avec le Paris Foot Gay provoque un tollé

Le refus de jouer avec le Paris Foot Gay provoque un tollé

date de redaction jeudi 8 octobre 2009     auteur Jean-Benoît RICHARD


De nombreuses voix se sont élevées pour condamner l’attitude du club de foot de Créteil Bébel. Tour d’horizon.


Le communiqué du Paris Foot Gay, annonçant que l’équipe de foot de Créteil Bebel avait refusé de jouer un match contre elle, a fait beaucoup de bruit. Tous les média, écrits ou audiovisuels, ont rendu compte de l’affaire dans leurs différentes éditions, les blogs bruissent, et, même les humoristes ont glosé de l’attitude du club cristolien.

La secrétaire d’Etat aux sport, Rama Yade, a réagi vivement. « Mais où va-t-on là ? Si ça continue, on va refuser de jouer contre des noirs, des juifs. Le communautarisme n’a pas sa place dans le sport ». « Ce n’est pas une attitude républicaine de refuser de jouer pour des motifs de religion. Le sport, c’est la fraternité et j’ai été très choquée », a-t-elle ajouté.

Parrain du Paris Foot Gay, l’ancien milieu de terrain du PSG et de l’équipe de France, Vikash Dhorasoo, s’est indigné de la décision du Créteil Bébel de ne pas disputer le match, mais aussi de l’attitude des instances françaises. « Tout ça est navrant à notre époque, mais en même temps, ça va faire réagir. Les ligues et les fédérations font semblant de lutter contre les discriminations et le racisme », a-t-il accusé.

De son côté, SOS homophobie constate une nouvelle fois, avec désolation, que des interprétations obscurantistes et archaïques de certains textes religieux priment sur le respect et conduisent à l’exclusion et au rejet des différences entre êtres humains. « Comment peut-on, en 2009 en France, prendre prétexte de croyances religieuses pour refuser une rencontre sportive avec un club parce que des homosexuels en font partie ? va-t-on bientôt voir des clubs refuser de jouer des matchs parce que le club adverse compte parmi ses joueurs, des juifs ou des noirs ou des asiatiques ou des musulmans... ? » s’interroge le porte-parole de l’association dans un communiqué de soutien.

La Commission Football Loisirs, organisatrice des matches - qui n’est nullement affiliée à la Fédération Française de Foot - a décidé de convoquer les deux équipes le 13 octobre, et statuera sur les suites à donner à ce refus, « avertissement ou exclusion ».

Car, depuis que l’affaire a éclaté au grand jour, l’équipe de Créteil tente un rétro-pédalage pathétique, en affirmant que ce n’est pas la sexualité des joueurs qui pose problème. Le dirigeant cristolien, Zahir Belgharbi, a essayé de préciser sa pensée. « Je ne suis pas homophobe, je ne suis pas intégriste, ça ne me dérange pas de jouer avec des gays, mais pas avec un club [portant un tel nom]. Nous, on a fait des efforts pour rester neutres - on ne s’appelle pas le football club islamique par exemple » , a-t-il argumenté.

Cette affaire montre, une fois encore, que l’homophobie est une réalité, quin’est pas prête de disparaître. Il est aussi regrettable que les agissements de quelques intolérants rejaillissent sur plusieurs millions de fidèles qui vivent leur foi en toute tranquillité.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur