La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Assassinat de Laurent Francazal : début du procès

Assassinat de Laurent Francazal : début du procès

date de redaction jeudi 10 septembre 2009


La Cour d’Assises de Toulouse jugera du 16 au 18 septembre deux hommes impliqués dans l’assassinat en 2006, d’un homosexuel de 34 ans, rencontré sur internet.


communiqué Collectif Contre l’Homophobie Montpellier - 9/9/2009

Le mardi 16 septembre à 8h45 s’ouvrira devant la Cour d’Assises de Toulouse le procès de deux hommes impliqué dans l’assassinat accompagné de vol puis de recel de Laurent Francazal.

C’est dans la soirée du jeudi 14 décembre 2006 que Laurent Francazal, homosexuel toulousain de 34 ans, était violemment agressé, roué de 18 coups de couteau et égorgé à son domicile. 48h après, sans nouvelles de lui, sa famille et ses amis avaient fini par alerter les pompiers et la police qui avaient ouvert l’appartement et découvert le corps baignant dans le sang. Laurent Francazal, dont l’homosexualité était connue de son entourage familial et professionnel ainsi que de ses voisins, était un homme particulièrement apprécié. La scène du crime, puis la reconstitution des faits plusieurs mois plus tard, témoignaient de la sauvagerie de l’assassinat ; la médiatisation de cette affaire avait provoqué le choc et l’effroi dans le voisinage comme dans la communauté homosexuelle toulousaine.

Laurent Francazal, employé municipal de la Ville de Toulouse, avait rencontré son assassin, Hakim EDIR, 3 semaines avant les faits, sur un site internet de rencontres. Après avoir passé une première soirée ensemble, au cours de laquelle ils avaient eu des relations sexuelles, ils avaient gardé contact et décidé de se revoir lors de cette tragique soirée. Hakim EDIR, né 29/05/1985 à Montauban, était connu des services de police et de justice puisqu’il avait déjà été condamné à plusieurs reprises pour des violences, des vols et des affaires de stupéfiants.

Le soir des faits, le meurtrier avait assassiné Laurent Francazal puis dérobé la carte bancaire, des papiers administratifs et des effets vestimentaires de celui-ci ; il en avait laissé une partie à Bastien Andrieu, l’ami qui l’hébergeait et qui était plus ou moins informé du sale coup que préparait Hakim Edir.

Interpellé 3 semaines après les faits, le meurtrier a reconnu les faits tout en niant la préméditation ... alors même qu’il s’était rendu chez Laurent Francazal, muni d’un couteau de cuisine volé, chez les voisins de Bastien Andrieu, l’après midi du crime. De même l’avocat du meurtrier conteste le caractère homophobe de l’agression alors même que le mode opératoire pour cibler une victime homosexuelle, en l’occurrence Laurent Francazal, n’est pas un pur hasard.

Le samedi 15 décembre 2007, la famille de Laurent Francazal et le Collectif Contre l’Homophobie (C.C.H.) avaient organisé une marche silencieuse qui avait réuni plusieurs centaines de personnes dans le centre de Toulouse.

Le frère et le père de Laurent Francazal se sont constitués partie civile et ont pris pour avocat Maître Christian Etelin. Les cousines et cousin de Laurent Francazal se sont constitués partie civile et ont pris pour avocat Maître Guy Debuisson.

En contact avec la famille de Laurent Francazal depuis novembre 2007, celle-ci nous a communiqués les dates d’audience et nous a demandé de les rendre publiques. Je me rendrai à Toulouse pour assister à ce procès et soutenir les proches de la victime pendant ces 3 jours d’audience.

Hussein Bourgi
Le président


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur