La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > L’Etat laisse tomber le CGL de Paris

L’Etat laisse tomber le CGL de Paris

date de redaction vendredi 3 juillet 2009


La subvention d’état pour les actions sociales du Centre LGBT IdF a été intégralement supprimée. Il manque 15.000 € dans le budget.


communiqué Centre LGBT Paris - Ile-de-France - 1er juillet 2009

Alors qu’à l’occasion de son premier anniversaire rue Beaubourg, la presse a salué unanimement le succès de l’implantation du Centre LGBT Paris IdF dans ses nouveaux locaux, l’état, lui supprime intégralement la subvention de 15 000 euros, allouée pour ses activités sociales.

Depuis l’installation rue Beaubourg, la fréquentation du Centre a explosé et nous accueillons un nombre toujours plus important de personnes sollicitant nos services.

Comme chaque année, nous avons adressé au Groupement Régional de Santé Public de la Région Ile de France, guichet unique regroupant notamment les directions de la DASS et de la DRASS, deux dossiers de demande de subvention.

Un premier dossier pour financer les actions propres à la santé d’un montant de 10 000 euros. Ce financement est bien accordé à hauteur de 9 000 euros, la Région Ile-de-France contribuant pour 2 900 euros.

Un second dossier pour financer les actions sociales du Centre d’un montant de 15 000 euros. Ce financement a été, cette année, purement et simplement et dans sa totalité refusé, notre action n’ayant pas été jugée prioritaire.

Pourtant, l’action sociale du Centre LGBT Paris IdF est primordiale et prioritaire.

Aucune autre structure ne prend en charge les difficultés inhérentes aux discriminations rencontrées par les personnes LGBT.

Ce financement nous permet de proposer aux usagers du Centre un accueil personnalisé au sein de permanences juridique, sociale, aide à l’emploi et psychologique.

En effet, les personnes LGBT fragilisées par un accident de la vie lié à leur orientation sexuelle ou identité de genre, sont souvent confrontées à une homophobie familiale et parfois sont mises à la porte de chez elles ou à une homophobie exercée dans le cadre professionnel.

Elles s’adressent alors au Centre pour y trouver une écoute bienveillante, nos équipes les aident à comprendre leurs droits, à constituer leur dossier et les adressent aux services sociaux. La permanence retour à l’emploi les remet dans le circuit du travail, la permanence sociale leur alloue parfois des tickets pour leur permettre de souffler une nuit ou deux dans un hôtel avant de trouver une place en foyer ou de se nourrir.

Ce financement nous permet aussi de tenir un accueil collectif pour informer et orienter toutes les personnes qui poussent nos portes et se socialisent autour d’un bar associatif tenu par un chargé d’accueil ou assistent aux évènements organisés pour favoriser notamment la prévention, l’échange d’informations et d’expériences.

Si la fréquentation du Centre a plus que doublé dans les nouveaux locaux, les frais également ont fortement augmenté, le loyer annuel est de 65 000 euros, il vient d’augmenter de plus de 900 euros par an ; nous embauchons 4 salariés à temps partiel ; tout ceci est indispensable à l’hébergement de nos 65 associations membres et au bon déroulement de tous nos projets santé et sociaux.

Nous ne parvenons à comprendre la logique qui a prévalu à ce choix. Pourquoi financer régulièrement un lieu tel que le Centre et alors qu’il fédère toujours plus d’associations LGBT hébergées et reçoit toujours plus de public, subitement, décider, non pas de réduire, mais de supprimer l’intégralité du financement de ses actions sociales ?

Cette décision compromet l’équilibre budgétaire du Centre ; le GRSP ne se demande pas une seconde comment nous allons maintenir et développer nos actions et projets sociaux ainsi que les postes des deux salariés à temps partiel qui aux côtés des équipes de bénévoles nous aident à tenir le Centre ouvert chaque jour et à accueillir le public.

Nous nous interrogeons aussi sur la cohérence et la rationalité de l’ensemble du dispositif de financement du GRSP. Il nous semble pour le moins paradoxal de mettre en difficulté la structure qui héberge régulièrement ou ponctuellement certains des projets retenus par le GRSP cette année, si nous ne pouvons assurer les frais de structure et de personnel qui sont les nôtres, ces projets seront voués à l’échec. Ce saupoudrage est préjudiciable à une politique maîtrisée et efficace des projets associatifs.

Nos interlocuteurs au GRSP nous ont assurés que cette décision ne valait que pour cette année, certes, mais ont-ils seulement compris à quel point ils allaient nous rendre l’année 2009 plus compliquée que prévu ?

Nous nous insurgeons contre la politique d’attribution des subventions par l’état. Il ne prend pas en charge directement la lutte contre les discriminations ou les actions de réparation des conséquences des discriminations sur la santé et les conditions de vie des personnes discriminées, mais compte sur les associations pour le faire à sa place.

Alors nous considérons que les structures associatives qui elles assument ce travail doivent être financées de façon pérenne et cohérente au lieu d’être constamment soumises aux fluctuations de décisions arbitraires qui compromettent leur équilibre financier et leur développement.

Christine Le Doaré
Présidente du Centre LGBT Paris IdF


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur