La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Une loi contre les propos homophobes : oui mais pas seulement (...)

Une loi contre les propos homophobes : oui mais pas seulement !

date de redaction mardi 22 juillet 2003


SOS Homophobie se déclare partiellement satisfait par les engagements pris par le Premier ministre lors de ses rencontres avec des associations homosexuelles.


communiqué du 22 juillet 2003

Vendredi dernier, M. RAFFARIN recevait personnellement les représentants d’associations lesbiennes, gaies, bi et trans ("LGBT"). SOS homophobie se réjouit que le Premier Ministre sorte enfin de son mutisme sur les revendications portées par la communauté LGBT. Nous attendons cependant que ce dernier transforme ses engagements en actes et que sa volonté de lutter contre l’homophobie ne se limite pas au volet répressif auquel ce gouvernement nous a habitués depuis plus d’un an. Nous demandons donc que le projet de loi sur les propos à caractère discriminatoire promis soit accompagné d’une véritable politique de prévention en direction notamment de l’Education Nationale, du système pénitentiaire ou des forces de l’ordre.

Depuis la formation du premier gouvernement RAFFARIN, nous nous étions inquiétés à plusieurs reprises du comportement de ce dernier, et plus particulièrement de M. RAFFARIN lui-même, à l’égard de la population lesbienne, gaie, bi et trans. En effet, l’attitude de M. RAFFARIN tenait plus de l’indifférence, voire de la gêne sur des sujets que manifestement il ne connaît pas ou qu’il connaît mal.

Nous sommes donc satisfaits que M. RAFFARIN ait enfin ouvert le dialogue et pris l’engagement de présenter "courant 2004" un projet de loi visant à sanctionner les propos à caractère discriminatoire, notamment homophobes, lesbophobes et transphobes et de mettre en place une autorité indépendante de lutte contre les discriminations frappant notamment cette même population. La mise en œuvre de cette revendication, portée par SOS homophobie depuis sa création, il y a près de dix ans, constituera un changement sans précédent afin de permettre aux gays, lesbiennes et transgenres de ce pays de demander la sanction de propos inacceptables et également aux associations de se porter partie civile dans ces affaires et donc d’épauler les victimes.

Satisfaits : oui, mais qu’à moitié ! La pénalisation des actes et bientôt des propos homophobes ne peut pas être l’unique solution apportée aux fléaux sociaux que sont l’homophobie, la lesbophobie ou la transphobie. En témoigne le dispositif législatif visant à sanctionner les actes et propos racistes mis en place depuis une trentaine d’années qui n’a malheureusement pas éradiqué le racisme et l’antisémitisme en France.

Même si nous sommes persuadés des vertus répressives de la loi dans la lutte contre l’homophobie, le gouvernement doit également faire preuve d’une réelle volonté politique dans la mise en place le plus rapidement possible d’un dispositif préventif efficace au sein des établissements scolaires, des centres pénitentiaires, des entreprises, de la Fonction Publique, des Armées...

SOS homophobie

Plus d'informations :

http://www.sos-homophobie.org


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur