La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Reclassification du transsexualisme : les symboles doivent déboucher sur des (...)

Reclassification du transsexualisme : les symboles doivent déboucher sur des actes concrets

date de redaction lundi 18 mai 2009


Homosexualités et Socialisme salue la nouvelle de la reclassification du transsexualisme, rendue publique par le ministère de la Santé à la veille de la journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie.


communiqué HES - 16 mai 2009

HES (Homosexualités et Socialisme) salue la nouvelle de la reclassification du transsexualisme, rendue publique ce matin par le ministère de la Santé. Cela répond à une revendication portée de longue date par les associations LGBT.

Il est temps, à présent, de passer du symbole aux actes concrets, en luttant contre les violences et les discriminations qui pèsent sur les trans. Des actions de formation et de sensibilisation aux problématiques trans et inter-sexes pour tous les personnels médicaux, administratifs et pédagogiques s’imposent désormais. HES souhaite par exemple que la HALDE puisse agir plus directement en ce domaine.

HES revendique un assouplissement et un raccourcissement des démarches de modification de l’état civil, qui doivent pouvoir être menées sans modifications corporelles spécifiques.

HES affirme le droit des personnes trans à la parentalité. La sécurité des liens parentaux doit leur être assurée. Le droit à faire valoir un projet parental pour l’adoption doit leur être reconnu. La conservation de leur matériel génétique doit leur être permise.

La HAS (Haute Autorité de Santé) mène actuellement une consultation relative à la prise en charge médicale du transsexualisme. HES salue cette initiative, et saisira cette opportunité pour dénoncer les tentatives d’inscrire le transsexualisme dans un parcours médical obligatoire et contraint, dans lequel la décision d’un psychiatre primerait sur celle de la personne trans.

Sur ce sujet comme sur tous les sujets LGBT, HES s’appuie sur les principes d’universalité, de responsabilité et de dialogue qui gouvernent sa réflexion. Les trans n’ont pas aujourd’hui tou-te-s les mêmes chances de se réaliser et d’échapper à la précarité. Le droit français doit prendre en compte le motif de l’identité de genre comme celui de l’orientation sexuelle pour lutter contre les discriminations. Il s’agit d’adapter le droit à la réalité vécue des trans et des inter-sexes. Il s’agit de répondre aux attentes de tous les acteurs qui luttent pour l’égalité et contre les discriminations, y compris celles qui sont fondées sur l’identité de genre.

L’Angleterre, les Pays-Bas et l’Espagne ont déjà adapté leurs législations. HES attend du gouvernement français des initiatives concrètes en la matière.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur