La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Mme Boutin et le Front National prennent les armes contre le statut du (...)

Mme Boutin et le Front National prennent les armes contre le statut du beau-parent

date de redaction mercredi 4 mars 2009


Mme Boutin et le Front National prennent les armes contre le statut du beau-parent et une reconnaissance détournée de l’homoparentalité .


communiqué Centre LGBT Paris-Ile de France - 3 mars 2009

Il fallait s’en douter, à peine le projet de loi sur les droits du beau-parent annoncé, la polémique fait rage au sein même du gouvernement et réveille le Front National qui ne peut tout de même pas laisser passer une aussi bonne occasion de se rappeler à notre souvenir !

Le projet de loi rédigé par Rachida Dati et Nadine Morano concerne notamment 30 000 enfants élevés par deux personnes du même sexe. Il reconnaît qu’il faut préserver des liens « entre l’enfant et le tiers ayant résidé avec lui et l’un de ses parents, et avec lequel il a noué des liens affectifs étroits ».

Le texte mentionne pour la toute première fois les familles homoparentales ou plus exactement les situations d’homoparentalité. Dans deux articles du code civil 373-3 et 377, les mots père et mère ont été remplacés par le mot parents, permettant ainsi de prendre en compte les parents de même sexe.

Le projet de loi ne prend toujours pas en compte la question de l’adoption de l’enfant d’un partenaire dans un couple pacsé, elle n’est possible que dans un couple marié. Il ne s’agit donc pas d’une révolution mais bien de garantir un minimum de sécurité aux enfants des nombreuses familles homoparentales qui vivent dans une totale insécurité juridique.

D’ailleurs Nadine Morano l’a précisé : « le texte ne crée pas un statut du beau-parent, le projet de loi porte sur l’autorité parentale et le droit des tiers ». Elle a précisé : « Il s’agit de permettre à celui qui élève un enfant d’avoir des droits dans le cadre de l’autorité parentale partagée, s’il y a accord entre les parents biologiques et celui qui va s’occuper de l’enfant, et par le biais d’une convention homologuée chez le juge ».

Pourtant, cette évolution nécessaire est insoutenable aux yeux de certains membres du gouvernement telle Christine Boutin qui a déclaré : « Je n’accepterai pas que l’on reconnaisse l’homoparentalité et l’adoption par les couples homosexuels de façon détournée en le glissant dans une loi sur le statut du beau-parent ».

Etrange, l’homoparentalité est un pourtant un état de fait, vouloir l’ignorer et laisser des enfants dans un état d’insécurité juridique, simplement pour satisfaire une idéologie parfaitement homophobe est parfaitement irresponsable et indigne de responsables politiques dignes de ce nom.

Faisant écho aux protestations de Christine Boutin, le Front national a dénoncé à son tour le projet de loi qu’il considère « annonciateur de toutes les dérives ». Le FN « réaffirme qu’à l’évidence la loi ne doit en aucun cas consacrer le fait qu’un enfant peut avoir un père et une mère du même sexe. »

Le Centre LGBT Paris IdF et l’ensemble des associations LGBT suivront avec intérêt les débats qui ne manqueront d’avoir lieu au Parlement. Le risque étant que l’intention de départ de Nicolas Sarkozy de « s’adapter aux évolutions de la société française » ne se réduise plus qu’à une peau de chagrin, que le statut de beau-parent soit abandonné et que s’éloigne tout espoir d’évolution en matière d’adoption.

Mme Boutin et le Front National reprennent les armes avec le même acharnement et les mêmes arguments qu’au moment de l’adoption du PaCS, aveuglés par leur homophobie, gageons que cette fois, ils ne parviendront pas à convaincre.

Pour le Centre LBGT Paris Ile-de-France
Christine Le Doaré, présidente


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur