La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actions > Mobilisation pour un homosexuel égyptien menacé d’expulsion

Mobilisation pour un homosexuel égyptien menacé d’expulsion

date de redaction mardi 10 février 2009


Plusieurs associations demandent d’écrire au préfet de police pour intercéder en sa faveur.


Saad est en France depuis 2005. Il est égyptien et a demandé l’asile : il attend sa convocation à la Cour pour l’examen de son recours. L’ARDHIS le suit depuis juin 2007.

Mais il a été interpelé jeudi 29/01, et risque l’expulsion à tout moment : toutes les voies de recours sont épuisées.

L’ARDHIS, RESF 75, Tdjenbé Red et de nombreuses associations avec elles, demandent à tous ceux qui veulent le soutenir d’écrire au Préfet de police de Paris pour demander sa libération. Voici un modèle de lettre que vous pouvez envoyer par fax ou par email :

Objet : demande de libération et de régularisation pour Saad, actuellement au CRA du Mesnil Amelot

à l’attention de Monsieur Michel Gaudin, Préfet de Police

Monsieur le Préfet de Police,

Saad, n° d’étranger : 7503682081, suivi et soutenu par l’ARDHIS, est demandeur d’asile en raison des risques qu’il encourt dans son pays eu égard à son orientation sexuelle.

Il a déposé un recours devant la Cour Nationale du Droit d’Asile (CNDA) début janvier 2009 et attend sa convocation devant la Cour.

Arrété à Paris, puis placé en rétention par la Préfecture de Police de Paris depuis le 29 janvier, il risque à tout moment l’expulsion malgré l’appel formé par son avocat devant la Cour administrative d’appel de Paris. Le consulat d’Egypte a délivré le laisser passer consulaire. Très fragile psychiquement, Saad a déjà fait plusieurs tentatives de suicide, et a été hospitalisé en psychiatrie à l’hopital TENON .

Mutilé en Egypte, suite une intervention chirurgicale effectuée de force par son père pour "réparer son corps ", il en garde de graves séquelles invalidantes qui non seulement le font souffrir mais aussi à tout moment peuvent mettre en jeu son pronostic vital, faute d’intervention adaptée en urgence, et que les nombreuses interventions chirurgicales subies ici n’ont pu réparer . Une demande de régularisation pour soin, soutenue par le corps hospitalier, au titre de l’article L 313-11-11° n’aurait pas abouti.

Saad, a fui l’Egypte alors qu’il ne lui restait qu’une année à terminer à l’Université d’Alexandrie pour devenir médecin. Il croyait que l’Europe protégeait les homosexuels. Qu’ici il n’aurait pas à craindre les violences.

Bilingue arabe-anglais, chrétien copte, éduqué, parlant parfaitement français, mais aussi un peu allemand et italien, Saad espérait légitimement pouvoir se reconstruire ici, s’intégrer et être utile.

Or faute de protection, dans l’état de non droit dans lequel les autorites l’ont maintenu, Saad a été réduit à une condition de "damné de la terre" sur notre sol. Ici Saad n’a cessé d’endurer au quotidien des brutalités et agressions qui agravent chaque jour un peu plus le délabrement de son état.

Alors qu’en Egypte il est interdit de porter plainte en tant qu’homosexuel suite à une agression, ici il n’a jamais pu le faire de peur d’être arrêté, alors que le droit francais est censé protéger les homosexuels des agressions homophobes.

Est-ce ainsi que la France entend que soient laissés traiter ici les homosexuels ?

Son maintien en rétention et son éloignement présentent des risques gravissimes d’atteinte à son intégrité psychique et physique.

Il a un besoin urgent de protection et de soins ici en France. Le renvoyer en Egypte est l’exposer une déchéance et une mort certaines. Le calvaire de sa vie en Egypte d’abord, puis ici en France depuis 2005 n’ont que trop duré.

Saad est un homme pudique, pour qui dévoiler tant de son intimité et de sa souffrance ajoute une honte à la honte, lui qui voudrait tant être juste une personne et pas cet homosexuel rejeté de partout.

Il n’a accepté que nous intervenions publiquement pour lui que parce qu’il est au bord du gouffre de l’expulsion. Depuis deux jours, Saad retenu au Mesnil Amelot, a entamé une grève de la faim : "Je ne veux pas juste être libéré et que mon calvaire continue comme avant, livré à nouveau à une condition de sans droit. Cette fois, je veux être protégé et pouvoir vivre dignement."

Pour toutes ces raisons, nous vous demandons de bien vouloir réexaminer la situation de Saad, d’ordonner sa libération immédiate, d’abroger son APRF et que lui soit délivré sans délais à titre humanitaire une autorisation provisoire de séjour avec autorisation de travail puis un titre de séjour au titre de l’article L 313-11-11° comme le prévoit le CESEDA.

Nom Prénom Signature

- Fax à l’attention de M. le Préfet de Police, Michel Gaudin : 01 53 71 67 23
- Fax 8° bureau (service de l’éloignement) : 01 53 71 57 79
- Fax, à l’attention de M. le chef du 9ème bureau, Monsieur Burgues : 01 53 71 57 72
- prefpol.dpg-etrangers-secretariat@i...
- prefpol.dpg-9eb-afrique-maghreb@int...
- cabcom.prefecturepoliceparis@interi...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur