La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > David & Jonathan débat avec un représentant du Vatican

David & Jonathan débat avec un représentant du Vatican

date de redaction mardi 3 février 2009


David & Jonathan (mouvement homosexuel chrétien) a débattu avec un représentant du Vatican à la RTBF (radio nationale belge francophone) le 11 janvier 2009. D&J a accueilli avec beaucoup d’intérêt la volonté de dialogue de ce représentant. Cependant, notre mouvement reste très vigilant face au discours du Vatican qui, non seulement n’est pas favorable aux droits des homosexuel-le-s, mais qui se radicalise.


communiqué de presse David & Jonathan - 1er février 2009

David & Jonathan (D&J) a participé, le 11 janvier, au débat organisé par Jean-Pol HECQ, producteur en chef de l’émission « Et Dieu dans tout ça ? » (magazine des philosophies et des religions). L’émission réagissait aux vœux de Benoît XVI à la Curie et aux positions du Vatican à l’ONU [1]. Commencé avec la théorie du genre, réfutée par le pape dans son discours à la Curie, le débat a essentiellement porté sur l’attitude de l’Eglise catholique romaine à l’égard de l’homosexualité et des homosexuel-le-s.

Les participants étaient Eric de Beukelaer, porte-parole de la Conférence épiscopale de Belgique, représentant des autorités du Vatican, José Davin, jésuite belge engagé dans la pastorale des homosexuel-le-s et des jeunes en difficulté, Claude Vandevyver, psychothérapeute et ancien président de la Communauté du Christ Libérateur (équivalent belge de D&J) et François Lutt, co-président de David & Jonathan de 2005 à 2008. Le débat de 45 minutes fut courtois et remarquablement mené par Jean-Pol HECQ. Une version audio est consultable sur le site de D&J.

Les deux représentants de l’Eglise se sont employés, chacun selon sa position, à affirmer que ni l’Eglise ni le Pape n’étaient homophobes. Le Père de Beukelaer a répété, à plusieurs reprises, que la volonté de dialogue et de débat était présente et devait permettre d’avancer, pas à pas. Il a rappelé que l’Eglise avait un projet de vie pour l’homme et voulait offrir des repères dans le cadre de la liberté humaine qui laissait chacun libre d’y adhérer ou non. Il a rappelé la position politique du Vatican qui a refusé d’approuver la motion franco-hollandaise sur la dépénalisation de l’homosexualité tout en s’opposant formellement à toute forme de violence à l’égard des homosexuel-le-s.

José Davin, de son côté, reconnaissait - et déplorait - que la pensée du Vatican était souvent exprimée de façon extrêmement maladroite à l’égard des homosexuel-le-s et qu’elle était d’ailleurs élaborée sans aucune concertation avec des personnes directement concernées. Il rappelait cependant que le magistère insistait sur la nécessité d’accueillir les personnes homosexuelles avec « respect et compassion ».

Les représentants des associations homosexuelles rebondissaient sur ces termes en soulignant que lorsque l’abrégé de catéchisme, publié en 2005 [2], traite dans le même article - et dans les mêmes termes - de l’adultère, du viol, de la prostitution, de la pédophilie et de l’homosexualité, le terme « respect » devient vain. Tandis que la « compassion » (qui signifie « souffrir avec ») montre les limites de l’acceptation, seul-e-s les homosexuel-le-s en souffrance étant dignes d’intérêt. Par ailleurs, le Vatican s’enferme dans son goût pour la politique et dans son obsession pour la morale sexuelle. Il s’éloigne ainsi de sa mission de prophète et du message évangélique qui est bien autre chose qu’une condamnation de l’homosexualité.

François Lutt a conclu en citant l’ouvrage publié par David & Jonathan : « Les homosexuels ont-ils une âme ? » [3] . Dans ce livre, nombre d’hommes et de femmes témoignent qu’ils ont su se mettre debout, se mettre en marche, se construire en faisant cohabiter leur foi et leur homosexualité. Mais beaucoup disent l’avoir fait contre la parole de leur Eglise alors qu’ils ou elles auraient aimé le faire avec elle.

De ce débat, D&J retient particulièrement l’insistance des deux représentants de l’Eglise à continuer le dialogue et le débat. D&J a toujours été partisan et artisan de cette démarche mais les autorités ecclésiales ont rarement le même enthousiasme qu’Eric de Beukelaer ou José Davin. En effet, du Vatican nous parviennent, jour après jour, les échos d’un discours qui se radicalise : rappelons-nous, entre autres, l’instruction sur l’éviction des personnes présentant des tendances homosexuelles des séminaires ou la vive opposition à toute forme d’organisation civile des relations entre personnes de même sexe. D&J maintient sa main tendue tout en demeurant très vigilant et en appelant le Vatican à mesurer combien ses écrits et sa parole servent trop souvent de justification aux actes et aux écrits homophobes de toute nature.

Patrick SANGUINETTI, co-président et porte-parole de David & Jonathan

Notes :

[1] Cf. le communiqué « Dépénalisation universelle de l’homosexualité à l’ONU : D&J révolté par l’obstruction du Vatican - 15 déc 2008 » disponible sur le site de l’association www.davidetjonathan.com

[2] Catéchisme de l’Église catholique - Abrégé, Editions du Cerf, 2005

[3] David & Jonathan, Les homosexuels ont-ils une âme ?, Editions l’Harmattan, 2008


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur