La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Une campagne de prévention qui joue sur la culpabilité

Une campagne de prévention qui joue sur la culpabilité

date de redaction mercredi 10 décembre 2008


La dernière campagne de prévention lancée par TBWA-MAP et le SNEG vise à interpeller les gays et les mettre face aux phénomènes de prise de risque.


communiqué SNEG - 4/12/2008

A compter de la Journée mondiale de lutte contre le Sida du 1er décembre 2008, TBWA-MAP a souhaité s’associer au SNEG association identitaire, acteur majeur de la prévention en France, en prise directe avec la réalité du terrain, pour une prise de parole dont le but est d’interpeller la communauté gay sur le relâchement de la prévention.

Alors que la communauté gay se trouve aujourd’hui de plus en plus éclatée face à la multiplication des sous-groupes et la montée de l’individualisme, la campagne interroge sur ce qu’il reste du sentiment de responsabilité et de solidarité communautaires en en détournant l’emblème principal : le drapeau arc-en-ciel, qui devient pour cette campagne, un alignement de gélules multicolores symbolisant les traitements HIV.

Autour de ce visuel impactant et d’une question simple « notre fierté ? », TBWA-MAP et le SNEG lancent un appel au réveil des consciences et renvoient chacun à sa propre relation à l’homosexualité, à la communauté et à la prévention. En rappelant les chiffres de la relâche de la prévention (« 3 sur 10 d’entre nous ne se protègent pas régulièrement »), le SNEG veut ainsi mettre en garde contre la banalisation des pratiques non-protégées et la montée de la revendication du barebacking comme mode de sexualité. Car, même si l’on peut vivre aujourd’hui séropositif, cela n’est pas sans conséquence, psychologiques, physiologiques, professionnelles et sociales. Le Sida et un fléau générateur d’exclusion contre lequel plus que jamais il faut lutter et rappeler que le préservatif reste toujours le moyen le plus simple et le plus efficace de s’en protéger.

Un devoir d’information et de solidarité entre les générations de gays, que l’on soit séropositif ou séronégatif s’impose aujourd’hui à nous tous : 1 830 en 2005, 2 330 en 2006, 2 500 en 2007 ont découvert leur séropositivité. Nous qui avons été précurseurs dans ce combat, ne banalisons pas les maux et nos actes. Réagissons !

La campagne sera diffusée début décembre 2008 en presse, affichage, web et cartes postales dans tous les lieux de la vie gay à Paris et en Province y compris dans les lieux de « consommation du sexe » ...

Antonio Alexandre
Directeur National Prévention du SNEG


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur