La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > 13ème anniversaire du SNEG

13ème anniversaire du SNEG

date de redaction lundi 23 juin 2003


A cette occasion, et au terme de cette première moitié de l’année 2003, le SNEG tire un bilan de ses activités, en terme de prévention comme en terme syndical, fait le constat de sa situation présente, et inscrit le développement de ses actions dans une ligne résolument tournée vers l’avenir.


communiqué de presse du SNEG - Paris, 19 juin 2003

Il y a tout juste treize ans, le 19 juin 1990, naissait le Syndicat National des Entreprises Gaies, syndicat interprofessionnel au service des entreprises gaies et lesbiennes, structure unique au monde à l’heure de sa naissance et aujourd’hui encore.

A l’occasion de cet anniversaire, et au terme de cette première moitié de l’année 2003, le SNEG tire un bilan de ses activités, en terme de prévention comme en terme syndical, fait le constat de sa situation présente, et inscrit le développement de ses actions dans une ligne résolument tournée vers l’avenir.

Juin 2003 : bilan SNEG Syndicat

Fort de quelque 600 adhérents répartis sur la France entière, le SNEG connaît aujourd’hui une situation jamais égalée, gage de sa représentativité et de sa compétence. Corédacteur de la Charte de la Vie Nocturne de la Ville de Lille où siège son administrateur du Nord, signataire de la Charte d’accueil « Bienvenue au Mans » et prochainement de celle de Reims, interlocuteur privilégié des pouvoirs publics (préfecture, mairie, police...), le SNEG assure aussi le conseil et la représentation juridiques de ses adhérents à travers des dossiers toujours plus nombreux (autorisations de nuit, délivrances de licences, contrôles fiscaux...) dans un climat de crise économique additionné d’une application plus stricte des réglementations et d’une homophobie latente. Un résultat d’autant plus appréciable qu’en cette première moitié d’année, le SNEG Syndicat a maintenu l’intégralité du financement SNEG Prévention au détriment du développement de ses actions syndicales.

Juin 2003 : bilan SNEG Prévention

Après une année 2002 principalement marquée par la réécriture de la nouvelle Charte de Responsabilité et la campagne d’information sur la recrudescence de la syphilis, le SNEG Action, axe prévention du syndicat composé d’une équipe de dix délégués, a poursuivi ses actions depuis le début de 2003 en dépit d’un contexte délicat. En effet, le gel républicain d’après les élections présidentielles et la réorganisation des modes de financement (le ministère de la Santé a délégué à l’INPES - Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé - le financement des actions de prévention) ont placé le SNEG, comme tant d’autres associations en attente de subventions, dans une position financière fragile. C’est ainsi que, à titre temporaire, en attendant le versement des fonds, le SNEG Prévention a été financé par le SNEG Syndicat. C’est seulement ce 17 juin 2003, que le SNEG vient de percevoir de la Direction Générale de la Santé une partie de la subvention destinée au fonctionnement de son axe prévention. Nous restons toujours en attente du financement destiné aux actions 2003 de prévention spécifiques aux établissements gay.

Eté 2003 : une crise de croissance

Le SNEG fait aujourd’hui le constat d’une crise de croissance sur son axe syndical dont le développement a été mis à mal par le retard du versement des subventions d’état dédiées au financement de l’axe prévention.

A l’issue de son dernier Conseil d ?Administration décentralisé à Lyon le 13 juin à l’occasion de la Lesbian & Gay Pride, les membres dirigeants du SNEG ont opté pour un recentrage des actions du SNEG sur ses deux axes confondus. Bien que membre de l’Inter-LGBT et soutenant ses actions, et plus particulièrement la prochaine Marche des Fiertés Lesbiennes, Gaies, Bi et Trans, le SNEG a notamment décidé de ne pas faire de char le 28 juin prochain à Paris et de limiter sa participation à la seule présence de ses administrateurs et délégués régionaux.

L’économie du montant initialement alloué à la réalisation de ce char, comme celles d’autres budgets hors prévention, seront réaffectées à des actions de défense de nos adhérents ou à des manifestations purement syndicales à destination de la communauté.

Si les quelque 600 adhérents constituent un nombre d’affiliés jamais égalé, ce même nombre suppose de la part de chacun d’entre eux une attente légitime de conseils, de services, de représentations juridique, fiscale, administrative...

Depuis le début de l’année, nous constatons que ce développement a induit une augmentation de la part de nos adhérents de consultations juridiques et de soutiens auprès des différentes préfectures, mairies ou encore commissariats...

Sans compter les adhérents hors CHR (Cafés Hôtels Restaurants), chefs d’entreprises de services, de vente ou encore artisans, qui au titre de leur activité propre attendent eux aussi de bénéficier du soutien et de la compétence du SNEG...

Sans compter aussi les associations, désireuses de bénéficier de l’assistance logistique du réseau du SNEG au niveau national et régional mais aussi de sa participation à toutes sortes d’actions...

Sans compter encore les demandes des particuliers, qui se tournent naturellement vers le SNEG pour toute information relative à la vie gay quotidienne : lieux de sorties, contacts de professionnels ou d ?associatifs...

Sans compter enfin les médias nationaux, qui nous interrogent incessamment, sur la représentativité économique et commerciale de la population homosexuelle, sur l’implication des exploitants d ?entreprises en matière de prévention...

La crise de croissance à laquelle le SNEG fait face aujourd’hui, doit être accompagnée avec réflexion et sérénité afin de poursuivre une action pérenne. Elle est l’étape encourageante vers une maturité précieusement acquise, témoignage de sa force et de sa dynamique au service des entreprises gaies et lesbiennes.

Plus d'informations :

http://www.sneg.org


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur