La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Affaire Vanneste : le SNEG s’indigne

Affaire Vanneste : le SNEG s’indigne

date de redaction lundi 17 novembre 2008


Le syndicat des entreprises gaies s’inquiète de la décision de la Cour de cassation de blanchir Christian Vanneste de ses propos homophobes. Elle représente un risque de dérive pour toutes les minorités.


communiqué SNEG - 13/11/2008

A une époque où il est question plus que jamais de modernité sociale, d’acceptation des diversités, d’exemplarité, de solidarité, le SNEG manifeste sa consternation suite à l’arrêt rendu le 12 novembre 2008 par la Cour de Cassation. Monsieur Vanneste, élu de la République, a été blanchi de sa condamnation pour injure homophobe prononcé par la Cour d’Appel de Douai le 25 janvier 2007 pour avoir considéré notamment publiquement que l’homosexualité est inférieure à l’hétérosexualité et qu’elle constitue « une menace pour la survie de l’humanité ».

La Cour de Cassation a en effet considéré que ces propos ne dépassaient pas « les limites admissibles de la liberté d’expression ». La portée symbolique d’une telle décision porte assurément atteinte à la dignité des homosexuels.

Le SNEG s’inquiète et s’interroge sur la protection qu’apportera cette jurisprudence à tous ceux qui s’exprimeront de manière méprisante et outrageante à l’égard de toute catégorie de personnes quelle que soit leur race, leur religion, leur handicap, leur orientation sexuelle...

Le SNEG demande aux pouvoirs publics et en particulier à ceux en charge d’appliquer les dispositions légales contre les discriminations, de veiller avec la plus grande vigilance à un strict respect des textes dans l’intérêt de la protection de la dignité et des droits des personnes.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur