La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > La loi contre l’homophobie est une imposture

La loi contre l’homophobie est une imposture

date de redaction jeudi 13 novembre 2008


Tjenbé Rèd appelle à un rassemblement silencieux, mercredi 19 novembre à 19 heures devant la Cour de cassation, afin de rendre hommage aux victimes de l’homophobie dont la mémoire est bafouée par sa décision.


communiqué Tjenbé Rèd - 12/11/2008

La Cour de cassation vient de casser la décision de la cour d’appel de Douai qui avait condamné Monsieur Vanneste pour avoir déclaré que l’homosexualité était « inférieure à l’hétérosexualité » et que, « si on la poussait à l’universel, ce serait dangereux pour l’humanité ». Aurait-elle cassé une décision condamnant Monsieur Le Pen pour avoir déclaré que la condition noire serait « inférieure à la condition blanche » et que, « si on poussait la négritude à l’universel, ce serait dangereux pour l’humanité » ?

En établissant une hiérarchie entre les haines, la Cour de cassation fait plus que donner un blanc-seing à Christian Vanneste et aux homophobes de tout poil. Elle démontre que la loi contre les propos homophobes du 30 décembre 2004 est, comme nous l’écrivions déjà le 3 novembre dernier au sujet du chanteur de reggae dancehall jamaïcain Capleton, « une imposture qui nous a fait croire que nous avions changé la société, alors qu’elle est tellement inapplicable que la société au contraire s’en sert pour exprimer en toute impunité son homophobie ordinaire ».

En se contentant de cette loi, le mouvement LGBT (lesbien, gai, bi & trans) s’est laissé bercer par la propagande d’une certaine classe politique qui lui a fait croire qu’il avait gagné pour mieux endormir sa vigilance et se dispenser de modifier ses pratiques. Depuis l’adoption de cette loi, tous les partis politiques représentés au Parlement ont toléré en leur sein des propos homophobes ou accepté de faire alliance avec des partis politiques qui toléraient en leur sein de tels propos.

Tjenbé Rèd estime que les partis politiques doivent donner l’exemple à la société française et respecter non seulement la lettre mais encore l’esprit de la loi contre les propos homophobes ou racistes. En conséquence, nous demandons aux partis politiques d’insérer dans leurs statuts une clause prévoyant explicitement l’exclusion immédiate de tout adhérent ayant tenu des propos homophobes ou racistes et la rupture immédiate de toute alliance avec un parti politique qui ne ferait pas de même.

Tjenbé Rèd estime que la décision de la Cour de cassation méconnaît manifestement l’article 1er de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ». En conséquence, nous appelons à un rassemblement silencieux, mercredi 19 novembre à 19 heures devant la Cour de cassation, afin de rendre hommage aux victimes de l’homophobie dont la mémoire est bafouée par sa décision.

Tjenbé Rèd appelle les associations de défense des droits humains à soutenir financièrement Act Up-Paris, le SNEG et SOS homophobie si ces associations, aujourd’hui déboutées, décidaient de porter l’affaire devant la Cour européenne des droits de l’homme.

Pour Tjenbé Rèd
le président, David Auerbach Chiffrin


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur