La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > En relaxant Christian Vanneste, la cour de cassation offense tous les (...)

En relaxant Christian Vanneste, la cour de cassation offense tous les homosexuels

date de redaction jeudi 13 novembre 2008


En rendant cet arrêt, la cour de cassation a ouvert la boîte de Pandore, estime le Collectif contre l’homophobie. Sous couvert de respecter le principe fondamental de la liberté d’expression, faudra-t-il désormais admettre toutes les injures à caractère raciste ? antisémite ? sexiste ? homophobe ?


communiqué de presse Collectif Contre l’Homophobie Montpellier - 12/11/2008

Ce mercredi 12 novembre 2008, la cour de cassation a rendu un arrêt annulant l’arrêt de la cour d’appel de Douai qui avait condamné Christian Vanneste, député UMP du Nord, pour injures homophobes.

En décembre 2004, celui-ci avait déclaré que « l’homosexualité est une menace pour la survie de l’humanité ». Il avait ensuite affirmé dans la presse quotidienne régionale que l’homosexualité était « moralement inférieure à l’hétérosexualité ».

Le tribunal correctionnel de Lille avait condamné Christian Vanneste le 24 janvier 2006 à 3.000 euros d’amende et 2.000 euros de dommages et intérêts à trois associations pour « injures en raison de l’orientation sexuelle ». La cour d’appel de Douai avait confirmé la peine dans un arrêt du 25 janvier 2007.

La décision survenue est scandaleuse car elle valide et banalise les propos injurieux et discriminatoires de Christian Vanneste.

Nous sommes intimement persuadés que la cour de cassation n’aurait jamais relaxé Christian Vanneste si ses propos avaient concerné la religion, la couleur de peau ou l’origine ethnique de tel ou tel groupe de personnes. Cela témoigne, encore une fois, d’une hiérarchisation insupportable des discriminations : le racisme et l’antisémitisme seraient catégoriquement prohibés alors que l’homophobie serait tout à fait admise en France.

En rendant cet arrêt, la cour de cassation a ouvert la boite de Pandore : sous couvert de respecter le principe fondamental de la liberté d’expression, faudra-t-il désormais admettre toutes les injures à caractère raciste ? antisémite ? sexiste ? homophobe ?

Si cet arrêt a certainement satisfait Christian Vanneste, il a aussi probablement rendu heureux Jean-Marie Le Pen, qui doit se frotter les mains en préparant des saillies dont il a le secret.

Pour leur part les magistrats de la cour de cassation portent désormais une responsabilité morale dans l’offense indélébile faite à tous les homosexuels.

Hussein Bourgi
Le président


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur