La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Pas de mission sur le suicide pour Christine Boutin

Pas de mission sur le suicide pour Christine Boutin

date de redaction jeudi 29 mai 2003


Le Conseil de l’Inter-LGBT demande au Premier-Ministre de revenir sur sa décision de confier une étude sur le suicide à Christine Boutin.


communiqué Inter-LGBT - 26 mai 2003

A l’unanimité, le Conseil de l’Interassociative lesbienne, gaie bi et trans, réuni ce samedi 24 mai, a voté une décision demandant à Jean-Pierre Raffarin de retirer la mission qu’il a confiée à Christine Boutin sur les taux de suicide en France (cf. décision ci-dessous).

Constatant que "Christine Boutin s’est faite le relais d’une homophobie des plus violentes, et sans doute des plus destructrices auprès des jeunes en construction de leur identité", le Conseil de l’Inter-LGBT estime que "la mission confiée par le Premier Ministre à Christine Boutin est une provocation à l’égard des associations LGBT". Les associations font remarquer que la députée " a offert une tribune inédite à une haine homophobe qu’elle n’inscrira probablement pas dans son rapport comme une cause de suicide".

"Privilégiant depuis toujours le dialogue avec les institutions et les forces politiques démocratiques", le Conseil "constate qu’à certains moments, les conditions de ce dialogue ne sont pas acceptables."

L’Inter-LGBT interviendra donc spécialement auprès du Premier Ministre, et sollicitera le soutien d’associations qui interviennent sur la question du suicide, pour proposer au gouvernement une approche différente de la question, "en relançant une véritable politique de prévention du suicide, appuyée sur des études objectives, fondée sur le soutien au monde associatif qui intervient dans ce domaine, avec des moyens conséquents. "

Alain Piriou, porte-parole

Décision du Conseil de l’Inter-LGBT du 24 mai 2003

L’Inter-LGBT demande le retrait de la mission confiée à Christine Boutin par le Premier ministre sur les causes du suicide

Réunies en Conseil le samedi 24 mai 2003, les associations de l’Inter-associative lesbienne, gaie, bi et trans demandent au Premier ministre de retirer la mission confiée à Christine Boutin sur les causes du taux de suicide en France.

Le suicide est aujourd’hui la seconde cause de mortalité chez les 15-24 ans et la première chez les 25-34 ans. Des enquêtes menées aux États-Unis ont établi que, par rapport aux autres jeunes du même âge, le risque de faire une tentative de suicide est de 5 à 14 fois plus élevé pour les garçons gais ou bisexuels et supérieur de 40 % pour les filles lesbiennes ou bisexuelles. Des études sociologiques concordantes ont pu rejeter différentes hypothèses : que des troubles mentaux seraient corrélés à une orientation sexuelle non conventionnelle, que le style de vie des jeunes LGBT les pousserait à vivre davantage de stress et à prendre davantage de risques. Toutes ont conclu au contraire que c’est bien l’insertion sociale trop souvent problématique de ces jeunes à cause de l’homophobie de la société qui explique les risques accrus des jeunes LGBT en matière de tentative de suicide, et non pas leur orientation sexuelle par elle-même. Les permanences d ?accueuil ou d ?écoute de nombreuses associations lesbiennes, gaies, bi et trans accumulent une expérience qui vient attester ces conclusions : les discriminations fondées sur l ?orientation sexuelle ou l ?identité de sexe ou de genre sont cause d ?un mal-être dont le suicide est une manifestation.

La nomination de Christine Boutin est une provocation

Le 31 janvier 1999, Christine Boutin organisait une manifestation contre le pacs. Parmi les slogans brandis par les manifestants figuraient : « Vous êtes des animaux », « Anormaux », « Sales pédés, brûlez en enfer », « Arrêtez de nous faire chier avec votre sida », « Pédés au bûcher ». Le 3 novembre 1999, Christine Boutin défendait durant plus de 5 heures une motion d’exception d’irrecevabilité visant à faire échouer le pacs. Ses arguments étaient sans appel :
- "Qu ?est-ce donc que l ?homosexualité, sinon l ?impossibilité à atteindre l ?autre dans sa différence sexuelle ? Et qu ?est-ce que l ?impossibilité d ?accepter la différence, sinon l ?expression de l ?exclusion ?",
- "toutes les civilisations qui ont reconnu et justifié l ?homosexualité comme un mode de vie normal ont connu la décadence ?
- "Une société qui mettrait sur le même plan l’homosexualité et l’hétérosexualité travaillerait à sa propre disparition et pourrait compromettre gravement l’éducation des enfants."

Par ses propos et les manifestations qu’elle a organisées, Christine Boutin s’est faite le relais d’une homophobie des plus violentes, et sans doute des plus destructrices auprès des jeunes en construction de leur identité. Quelles ont été les conséquences de son discours discriminant, méprisant à l’égard des gais et des lesbiennes, assimilant l’homosexualité à une anomalie dangereuse pour la société ? On ne mesurera sans doute jamais les dégâts provoqués par son activisme, mais une chose est sûre, Christine Boutin a offert une tribune inédite à une haine homophobe qu’elle n’inscrira probablement pas dans son rapport comme une cause de suicide.

Poursuivre le dialogue avec les institutions, mais pas dans n ?importe quelles conditions

L’Inter-LGBT privilégie depuis toujours le dialogue avec les institutions et les forces politiques démocratiques. Depuis la formation du gouvernement de Jean-Pierre Raffarin issu des élections législatives de juin 2002, l’Inter-LGBT a été à l’initiative de rencontres dans différents ministères, pour porter ses revendications, engager des échanges, vérifier le niveau d’engagement des différents membres du gouvernement, par un dialogue constructif, faisant appel à une pédagogie souvent nécessaire.

Ce dialogue se poursuit, dans le cadre de la préparation de la Marche des fiertés lesbiennes, gaies, bi et trans, pour obtenir des engagements à la hauteur de la mobilisation attendue.

Toutefois, le Conseil de l’Inter-LGBT constate qu’à certains moments, les conditions de ce dialogue ne sont pas acceptables. La mission confiée par le Premier Ministre à Christine Boutin est une provocation à l’égard des associations LGBT. L’Inter-LGBT n’attend rien de son rapport, son auteure s’étant discréditée sur cette question. Le gouvernement doit revenir sur cette décision :
- en retirant la mission confiée à Christine Boutin pour la proposer à un-e autre parlementaire ;
- en relançant une véritable politique de prévention du suicide, appuyée sur des études objectives, fondée sur le soutien au monde associatif qui intervient dans ce domaine, avec des moyens conséquents.

Plus d'informations :

Interassociative lesbienne, gaie, bi et trans (Inter-LGBT)
Anciennement Lesbian & Gay Pride Ile-de-France
Association loi de 1901, membre de la Coordination Interpride France et de l ?ILGA
courrier postal : 127 rue Amelot, 75011 Paris
e-mail : mailto:bureau@inter-lgbt.org - web : http://www.inter-lgbt.org


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur