La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > La LGP de Lyon dénonce le laxisme du Parquet de la ville

La LGP de Lyon dénonce le laxisme du Parquet de la ville

date de redaction jeudi 19 juin 2008


Le Président du Tribunal Correctionnel désavoue le Parquet de Lyon. La Lesbian and Gay Pride de Lyon interpelle aujourd’hui même la Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Rachida Dati pour dénoncer l’étonnante mansuétude du Parquet de Lyon à l’égard d’auteurs d’agressions à caractère homophobe.


communiqué de Presse Lesbian and Gay Pride de Lyon - 19/6/2008

Hier, Mercredi 18 juin, comparaissaient deux prévenus devant la 8e chambre du Tribunal Correctionnel de Lyon pour violences volontaires en réunion suite à une plainte de Jérémy (victime d’une agression à caractère homophobe dans la nuit du mercredi 31 octobre au Jeudi 1e novembre 2007).

Lors de cette audience, l’avocat de Jérémy et de l’association, Gabriel VERSINI a demandé un renvoi aux fins de faire délivrer une citation directe pour infraction volontaire avec deux circonstances aggravantes :

  1. violences en réunion
  2. en raison de l’orientation sexuelle de la victime.

Pendant l’audience, l’avocat a fait part du mécontentement de la victime et de la Lesbian and Gay Pride de Lyon. En effet, nous avons été profondément étonnés et choqués d’apprendre que la circonstance aggravante d’homophobie n’avait pas été retenue par le Parquet de Lyon, malgré le caractère incontestable des injures homophobes qui ont été proférées au moment de l’agression. Le Tribunal correctionnel de Lyon, quant à lui, ne s’y est pas trompé. Son président a fait droit à la requête des demandeurs et a renvoyé cette affaire pour permettre d’examiner la demande de requalification des faits.

La Lesbian and Gay Pride de Lyon se félicite de la décision empreinte de sagesse du Président du Tribunal Correctionnel de Lyon. Nous considérons qu’il s’agit d’un désaveu infligé au Parquet.

C’est la troisième fois que la Lesbian and Gay Pride de Lyon constate avec regret le laxisme du Parquet de Lyon dans le traitement des plaintes liées à un problème d’homophobie.

Par conséquent, nous saisissons Rachida DATI, la Garde des Sceaux, Ministre de la Justice pour dénoncer cette étonnante mansuétude du Parquet de Lyon.

En effet si nous prenons acte que la loi du 15 mars 2003 réprime plus sévèrement les infractions à caractère homophobe, il appartient désormais à la Justice d’user de ces outils. Nous serons particulièrement vigilants et intransigeants quand au strict respect des droits des victimes d’homophobie.

Il en va désormais de la crédibilité de cette institution en matière de lutte contre les discriminations.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur