La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Agde : une plainte pour violences volontaires et injures homophobes déposée (...)

Agde : une plainte pour violences volontaires et injures homophobes déposée contre des agents de la Police Nationale

date de redaction mardi 17 juin 2008


Un couple d’homosexuels agathois a déposé plainte auprès de la gendarmerie nationale de Valras (34) pour des violences volontaires accompagnées d’injures homophobes contre des agents de la Police Nationale.


communiqué de presse Collectif contre l’Homophobie - Montpellier, 17 juin 2008

Un couple d’homosexuels agathois a déposé plainte auprès de la gendarmerie nationale de Valras (34) pour des violences volontaires accompagnées d’injures homophobes contre des agents de la Police Nationale.

Le couple de plaignants est connu dans la région et au-delà pour leur activité dans le tourisme hôtelier.

Dans la nuit du samedi 7 au dimanche 8 juin 2008, les deux hommes sont allés prendre un verre dans le quartier naturiste du Cap d’Agde (34) où ils sont connus de tous les commerçants.

Vers trois heures du matin ils sont retournés à leurvoiture qui était stationnée sur le parking proche, à l’intérieur du quartier naturiste dont l’accès est contrôlé.

Ils indiquent qu’ils échangeaient un baiser quand ils auraient entendu la phrase suivante « Tiens, des tarlouzes ! » se rendant compte que leur véhicule était cerné d’un groupe d’hommes en civil.

Ayant pris peur, ils auraient verrouillé les portières de la voiture, c’est à ce moment-là que le véhicule a été violemment secoué, les plaignants se rendant compte que certains des hommes portaient des brassards de couleur « orange fluo ».

Les plaignants voyant qu’ils s’agissaient vraisemblablement d’agents de sécurité, auraient alors ouvert spontanément les portes et auraient aussitôt été arrachés avec des coups hors de le voiture, jetés à terre, insultés, écrasés et menottés dans le dos bien qu’ils aient supplié d’arrêter et demandé ce qu’ils avaient fait de mal.

Les plaignants auraient été conduits en dehors du quartier naturiste du Cap d’Agde (34) leur voiture étant laissée par les policiers avec les portières ouvertes, le portefeuille et un sac visibles.

La voiture sera cambriolée dans la nuit et toutes leurs affaires personnelles volées.

Les deux hommes indiquent qu’ils ont été emmenés au Commissariat de Police Nationale d’Agde et placés en garde à vue, la nuit aurait été ponctuée d’injures et d’humiliations ; au matin l’Avocate de permanence pour les gardes à vue, de passage au commissariat, aurait demandé et obtenu qu’ils soient mieux traités.

Les plaignants tiennent à souligner l’humanisme et l’empathie de deux agents de Police Nationale en service cette nuit-là ; ces derniers leur réservant un traitement plus conforme à la normale.

Les plaignants ont été relâchés avec une convocation pour rébellion envers des agents de la force publique devant le tribunal correctionnel de Béziers pour le 29 juillet 2008.

Les plaignants se sont rendus aux urgences de Béziers dans la journée du dimanche 8 juin 2008, ils ont obtenu un certificat d’ITT de 6 jours pour chacun d’entre eux. Ils ont ensuite déposé une plainte nominative auprès de l’Unité de Gendarmerie Nationale de Valras (34).

Actuellement en état de choc, ils bénéficient d’un suivi psychologique.

Respectueux de la présomption d’innocence et sans préjuger de l’éventuelle culpabilité des agents mis en cause, le Collectif Contre l’Homophobie (C.C.H.) souhaite que toute la lumière soit faite sur cette affaire ; pour cela il demande que :

  • Madame Michèle ALLIOT-MARIE, Ministre de l’Intérieur, diligente une enquête de l’IGS (Inspection Générale des Services), plus communément appelée la police des polices
  • Une audience en urgence auprès de Cyril SCHOTT, Préfet de l’Hérault et de Patrick CHAUDET, Directeur Départemental de la Sécurité Publique dans l’Hérault.
  • Un(e) parlementaire français acceptant de saisir le CNDS (Commission Nationale de Déontologie de la Sécurité) de cette affaire
  • Le Procureur de la République de Béziers accorde intérêt et célérité dans le traitement de la plainte déposée par les victimes

Hussein BOURGI


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur