La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Nadir n’est toujours pas régularisé : à quand un signe d’humanité (...)

Nadir n’est toujours pas régularisé : à quand un signe d’humanité ?

date de redaction vendredi 13 juin 2008


A la veille de la marche des Fiertés Lesbiennes, Gaies, Bi et Trans, la Lesbian and Gay Pride de Lyon demande, une nouvelle fois, au Préfet du Rhône de régulariser Nadir.


communiqué Lesbian and Gay Pride de Lyon 12/6/2008

A la veille de la marche des Fiertés Lesbiennes, Gaies, Bi et Trans, ce Samedi 14 juin, la Lesbian and Gay Pride de Lyon demande, une nouvelle fois, au Préfet du Rhône de régulariser Nadir.

La 13e marche des Fiertés Lesbiennes, Gaies, Bi et Trans sera l’occasion pour chacun de montrer sa solidarité avec Nadir en arborant un autocollant confectionné à cet effet avec comme slogan : « Non à l’expulsion des homos et Trans étrangers, le préfet du Rhône doit régulariser Nadir »

Nadir est un jeune lycéen homosexuel, d’origine algérienne, scolarisé à Villeurbanne. Il est arrivé en France à l’âge de 16 ans, laissant derrière lui des années de vexations et d’abus, et s’est rapidement intégré. Il a poursuivi sa scolarité au lycée professionnel de Villeurbanne et doit passer les épreuves du baccalauréat en juin 2008.

Ses demandes de régularisation au motif de sa vie privée et familiale avaient été rejetées par la Préfecture du Rhône. Pourtant la seule famille qu’il reste à Nadir est Samuel, son compagnon depuis deux ans. Ses parents, algériens, l’ont rejeté, en raison d’homosexualité. Et en cas de retour en Algérie, les menaces sur sa vie sont réelles, particulièrement à Kolea, une ville sous une forte influence islamiste. La législation algérienne réprime sévèrement tous comportements homosexuels. Nadir risque ainsi trois ans de prison. L’homophobie y est importante : les gays affirmés, comme les garçons un peu trop « efféminés » sont victimes d’insultes, de brimades, de coups et de viols punitifs.

Le 12 mars dernier, le Tribunal Administratif de Lyon a annulé l’arrêté de la Préfecture du Rhône pris à son encontre et a condamné l’Etat à verser 800 euros à Nadir. Pour le Tribunal Administratif de Lyon, la Préfecture du Rhône avait commis une erreur manifeste d’appréciation et relevait que l’Algérie comme pays de renvoi ferait courir à Nadir un risque pour sa vie. C’était la seconde fois que le Tribunal Administratif de Lyon annulait une décision du Préfet du Rhône dans ce dossier.

Trois mois après, Nadir n’a toujours pas ses papiers. Il n’est toujours pas régularisé.

Depuis trois mois, la Préfecture du Rhône reste d’un silence assourdissant sur ce cas.

La Lesbian and Gay Pride de Lyon s’irrite de cette attitude méprisante de la Préfecture du Rhône. Nadir ne sera pas la victime des dérives d’une politique d’immigration qui vise "à faire du chiffre" au mépris de la dignité humaine et de la réglementation, la Lesbian and Gay Pride de Lyon y veillera.

La Lesbian and Gay Pride de Lyon demande au Préfet du Rhône d’entendre enfin raison et demande à ses services d’octroyer à Nadir un titre de séjour « Vie privée et familiale » dans les meilleurs délais.

Nadir a en effet le droit de rester en France avec son compagnon, Samuel.

La Lesbian and Gay Pride de Lyon soutiendra Nadir et restera vigilante jusqu’à ce qu’il obtienne un titre de séjour « vie privée et familiale ». La marche des Fiertés Lesbiennes, Gaies, Bi et Trans doit être l’occasion de demander au Préfet du Rhône de faire preuve, enfin, d’humanité.

David SOUVESTRE, président


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur