La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Nouvelle agression contre le local du MAG Paris

Nouvelle agression contre le local du MAG Paris

date de redaction mardi 13 mai 2003


Les vitrines de l’association des Jeunes Gais et Lesbiennes ont été brisées. Ses responsables déplorent que la police ne se soit pas déplacée.


communiqué du MAG - 12/5/2003

Vendredi soir, vers 21h30, le MAG - Jeunes Gais et Lesbiennes a subit une agression de la part de trois jeunes homophobes, apparemment mineurs qui ont tenté de briser la grande vitrine de son local à l’aide d’un conteneur à ordures. Ils n’ont heureusement dégradé que la petite vitrine d’information ainsi que la vitre de la porte d’entrée. Les responsables du local ont aussitôt prévenu la police qui n’a pas souhaité se déplacer puisqu’il n’y avait aucun blessé physique grave. Prévenue une seconde fois, le commissariat a envoyé une patrouille qui n’est jamais arrivée, alors même qu’un responsable du MAG avait poursuivi ces jeunes et que ceux-ci s’étaient réfugiés dans le hall d’un immeuble voisin.

Le MAG va déposer plainte aujourd’hui contre les auteurs des faits, qui habitent le quartier et ont été reconnus par des membres de l’association et demandera des explications au commissariat qui n’a pas jugé utile de se déplacer, alors même que les auteurs étaient localisés. La police a sans doute ses priorités, et ça n’est visiblement pas la sécurité des jeunes gais et lesbiennes.

Au delà de cet attentat contre un lieu de socialité pour les jeunes gais et lesbiennes, le second en un an et demi, c’est une manifestation de plus de la politique prévention-zéro en matière d’homophobie. Quand on laisse s’exprimer la haine, voire quand des personnes ayant des responsabilités publiques la légitiment, il ne faut pas s’étonner de voir cette haine transformée en actes.

La récente intervention du MAG au lycée Jacquart dans le 19ème arrondissement de Paris sur le thème des discriminations (racisme, handicap, sexisme, homophobie) avec la Ligue des Droits de l’Homme et en présence de Christine Larère, chargée de mission au Rectorat pour l’égalité des chances, nous a montré que de nombreux jeunes nourrissent encore des préjugés à l’égard des homosexuels, préjugés guère plus évolués que ceux de la « France moisie » à la Boutin et dont l’expression répétée pousse, années après années, des jeunes gais, lesbiennes, bisexuel-les, ou en questionnement à la dépression et au suicide. En voulant une intervention mettant en parallèle l’ensemble des discriminations, c’est-à-dire qui ne passe pas sous silence l’homophobie, le personnel éducatif (proviseur, professeurs, CPE, surveillants...) a su se montrer courageux, responsable et citoyen en répondant par cette action aux problèmes de sexisme et d’homophobie déjà survenus dans cet établissement scolaire. Cette intervention a montré que l’homosexualité posait réellement problème à certains de ces jeunes qui n’identifient pas l’homophobie à une discrimination et considèrent encore l’homosexualité comme une perversion. Dans nos écoles, le manque d’éducation au respect et à la diversité se fait de plus en plus sentir.

Il est donc temps que le Ministère de l’Education Nationale prenne ses responsabilités et cesse de distiller une circulaire par an, sans aucun effet sur le terrain. Il est temps que le gouvernement considère l’homophobie et la transphobie comme des discriminations au même titre que celles qui sont déjà pénalisées, et en tire les conséquences sur le plan législatif.

Nous attendons que le gouvernement présente enfin une loi pénalisant les actes homophobes ou soutienne les initiatives parlementaires allant dans ce sens. Nous souhaitons aussi que les personnels des services publics - notamment ceux de la police, de la justice et de l’enseignement - soient formés afin de pouvoir répondre aux problèmes de discriminations et aux comportements haineux. Enfin, nous attendons que le Ministère de l’Education Nationale donne aux associations les moyens d’agir et d’intervenir, pour que l’éducation au respect et à la diversité, mission citoyenne de l’école, soit enfin une réalité pour tous.

Jean-Noël Vittaut, président du MAG

MAG - Jeunes Gais et Lesbiennes
106, rue de Montreuil
75011 Paris

Plus d'informations :

site internet : http://www.mag-paris.org/
e-mail : mailto:info@mag-paris.org


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur