La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Expulsion de Nadir : le Tribunal Administratif désavoue le Préfet

Expulsion de Nadir : le Tribunal Administratif désavoue le Préfet

date de redaction jeudi 13 mars 2008


Pour la deuxième fois, la Justice annule un arrêté d’expulsion pris par la préfecture du Rhône à l’encontre d’un jeune algérien homosexuel. La LGP de Lyon demande la régularisation.


communiqué LGP Lyon - 12/3/2008

Nadir, jeune lycéen homosexuel d’origine Algérienne, ne doit pas être expulsé. Le Tribunal Administratif de Lyon vient d’annuler l’arrêté de la Préfecture du Rhône pris à son encontre. L’Etat est condamné en outre à verser 800 euros à Nadir. C’est la seconde fois que le Tribunal Administratif de Lyon annule une décision du Préfet du Rhône dans ce dossier.

La Lesbian and Gay Pride de Lyon demande au Préfet du Rhône ne pas faire appel et de régulariser Nadir sans délais. La Préfecture du Rhône doit faire preuve d’humanité et ne doit pas s’acharner sur Nadir.

Son avocat, Pierre LANDETE, fondateur de l’Institut de Défense des Etrangers (IDE), avait, lors de l’audience, particulièrement insisté sur le fait que la Préfecture du Rhône avait commis une erreur manifeste d’appréciation et que l’Algérie comme pays de renvoi ferait courir à Nadir un risque pour sa vie. Le Tribunal Administratif de Lyon lui a donné raison. La Préfecture du Rhône doit entendre raison.

Nadir est un jeune lycéen homosexuel, d’origine algérienne, scolarisé à Villeurbanne. Il est arrivé en France à l’âge de 16 ans et s’est rapidement intégré. Il a poursuivi sa scolarité au lycée professionnel de Villeurbanne et doit passer les épreuves du baccalauréat en juin 2008. Ses demandes de régularisation au motif de sa vie privée et familiale avaient été rejetées par la Préfecture du Rhône. Pourtant la seule famille qu’il reste à Nadir est Samuel, son compagnon depuis deux ans. Ses parents, algériens, l’ayant rejeté, en raison d’homosexualité. Et en cas de retour en Algérie, les menaces sur sa vie sont réelles, particulièrement à Kolea, une ville sous une forte influence islamiste.

Dans cette affaire, l’administration française a démontré sa méconnaissance de la situation tragique de beaucoup de personnes homosexuelles dans le monde. Le Tribunal Administratif de Lyon, quant à lui, ne s’y est pas trompé. En condamnant la Préfecture du Rhône à verser 800 euros de dédommagements à Nadir, le Tribunal Administratif de Lyon sanctionne ainsi la Préfecture du Rhône qui n’a pas pris la peine d’examiner le dossier de Nadir.

La Lesbian and Gay Pride de Lyon se félicite de cette décision. Elle demande au Préfet du Rhône de prendre acte de cette décision, en indiquant à ses services de ne pas faire appel de cette décision et d’octroyer à Nadir un titre de séjour « Vie privée et familiale » dans les meilleurs délais.

Nadir a en effet le droit de rester en France avec son compagnon, Samuel. Nadir mérite de ne plus être inquiété pour se consacrer à la préparation de son baccalauréat en toute sérénité et au delà vivre pleinement tous ces projets.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur