La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Agression antisémite et homophobe à Bagneux

Agression antisémite et homophobe à Bagneux

date de redaction vendredi 7 mars 2008


L’Inter-LGBT interpelle solennellement le ministre de l’Éducation Nationale sur le rôle de l’école.


communiqué Inter-LGBT - 6 mars 2008

Six jeunes ont reconnu avoir séquestré durant une journée un garçon de 19 ans, lui faisant subir divers sévices et humiliations à connotations antisémites et homophobes. Ils auraient écrit « sale juif » et « sale pédé » sur son visage et l’auraient contraint à mimer une fellation sur un bâton. Ces faits ne laissent planer aucun doute sur l’intention antisémite et homophobe de l’acte, quelle que soit d’ailleurs l’identité de la victime.

Les auteurs de ces violences auraient entre 16 et 25 ans. Leur très jeune âge est en fait une caractéristique constante de ces agressions  : la violence homophobe, quand elle s’exprime dans ses formes les plus désinhibées, est très régulièrement le fait de jeunes scolarisés ou à peine sortis de leur scolarité [1]. Au-delà de la réprobation légitime qu’ils doivent susciter, ces faits réguliers interpellent sur la défaillance du système éducatif français, qui n’a toujours pas engagé d’action décisive en matière de prévention des violences discriminatoires, ni d’action de sensibilisation au respect de la diversité des orientations sexuelles et des identités de genre.

Certes, l’Inter-LGBT se félicite du plan « Santé des jeunes » annoncé par la Ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports, qui prend en compte ces nécessités éducatives. Mais l’Inter-LGBT déplore l’absence de certains acteurs pourtant incontournables au tour de table institutionnel, notamment celle du ministère de l’Éducation nationale. Après plusieurs mois d’échanges avec son cabinet et ses services, l’Inter-LGBT demande solennellement à Xavier Darcos de conclure la concertation et d’engager avec détermination son administration dans la lutte contre tous les comportements discriminatoires à l’école. Formation des personnels, interventions en direction des jeunes en faveur du respect, soutien aux dispositifs d’aide aux victimes  : l’actualité vient une fois de plus rappeler qu’il est plus que temps de passer aux actes.

Alain Piriou, porte-parole

Notes :

[1] à Besançon en août 2007, les agresseurs étaient quatre garçons et deux filles, âgés d’une vingtaine d’années - à Lille en août 2005, deux hommes et deux femmes, âgés de 22 à 39 ans - à Reims en juin 2007, quatre jeunes gens dont deux mineurs de 17 ans - à Vitry en juillet 2006, quatre jeunes hommes âgés de 20 à 26 ans - à Ivry en juillet 2006, sept jeunes gens âgés de 20 à 31 ans - à Nancy en 2003, deux jeunes gens de 17 ans - à Brive en avril 2007, deux jeunes gens de 20 ans - à Tarbes en septembre 2006, un jeune homme à Marseille en avril 2005, deux mineurs de 15 et 16 ans - à Haguenau en 2002, deux jeunes gens de 22 et 31 ans.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur