La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Le lycée Rabelais et la Justice assimilent prévention du VIH et "corruption (...)

Le lycée Rabelais et la Justice assimilent prévention du VIH et "corruption de mineurs"

date de redaction lundi 28 avril 2003


Des militants homosexuels sont poursuivis pour avoir distribué des préservatifs et des tracts de prévention devant un lycée parisien.


Communiqué de presse des Panthères roses et d’Act Up-Paris - Lundi 28 avril 2003

Vendredi 25 avril 2003, sept Panthères roses ont été arrêtées par la police alors qu’elles menaient une action de prévention à l’entrée du lycée Rabelais, à Paris, dans le 18 ème arrondissement. Cette action consistait à distribuer capotes, fémidon et gel, ainsi qu’un tract rappelant les nécessités de se protéger (voir texte ci-dessous). Des actions similaires avaient eu lieu depuis le début de la semaine, devant d’autres établissements, sans aucun problème.

ConduitEs au commissariat de la Goutte d’or, les militantEs se sont vuEs notifier par les forces de l’ordre le motif de leur arrestation, sur ordre du procureur : " Incitation à la débauche " et " corruption de mineurs ".

De son côté, le proviseur du lycée Rabelais déclare avoir porté plainte contre les Panthères roses. Contacté par Act Up-Paris pour connaître ses motivations, le responsable a simplement affirmé qu’il " avait du travail ", que " personne ne l’obligerait à se faire sucer s’il n’en avait pas envie ", avant de menacer Act Up-Paris de plaintes.

Le procureur de Paris et le lycée Rabelais rendent toute prévention du VIH impossible. Comment alerter sur la réalité de l’épidémie, les modes de transmission et les moyens de prévention sans parler ouvertement des pratiques sexuelles ? La distribution de matériel de prévention et d’information serait-elle désormais passible de poursuites ?

Nous demandons :
- que le procureur n’engage pas de poursuites sur la base des interpellations,
- que le proviseur du lycée Rabelais retire sa plainte,
- qu’ils admettent tous deux que l’ordre moral qu’ils défendent est incompatible avec les impératifs de prévention.

Contacts : pour les Panthères roses, Eric Marty, Pour Act Up-Paris, Jérôme Martin


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur