La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Lutte contre les discriminations et promotion de la diversité : l’Etat doit (...)

Lutte contre les discriminations et promotion de la diversité : l’Etat doit assumer et prendre le relai

date de redaction vendredi 21 décembre 2007


L’Autre Cercle dresse le bilan de l’année européenne de l’Egalité des chances pour tous, une année fort peu suivie dans notre pays.


communiqué de l’Autre Cercle - 20/12/2007

« 2007, Année européenne de l’Egalité des chances pour tous » s’achève. Partout en Europe, les gouvernements ont appuyé médiatiquement et financièrement les projets. La France n’a pas suivi.

Lundi dernier, l’année européenne, coordonnée par la Halde, a été clôturée au Sénat. La délégation de L’Autre Cercle, composée de Catherine Tripon, porte-parole, Laurent Keller, secrétaire général national, Pascal Hureau de l’AC Formation, Geoffroy Ross du Pole International et Philippe Coupé du Pôle Communication, a tiré les enseignements de cette année : des réussites et des échecs.

Des réussites par la concrétisation d’une bande dessinée « Pressions et Impressions », la création d’une exposition itinérante « L’homophobie, l’autre discrimination » et la publication du livre « Diversité et Travail. N’a-t-on rien oublié ? », outils de sensibilisation et de formation sur le critère de l’orientation sexuelle et ses conséquences dans la vie professionnelle. Des échecs avec le programme de formation pour les Conseils régionaux et les IUFM. Un premier semestre électoral et l’inertie des structures pour les premiers n’ont permis la conclusion que d’une formation et quelques engagements pour 2008. En revanche, au sein des IUFM, le blocage fut total malgré de multiples relances, les quelques réponses se retranchant derrière la soi-disant nécessité d’être formateur, ou affirmant qu’ils le faisaient déjà, ou pire que ce n’était pas nécessaire. Les sondages sur la réalité de l’homophobie à l’école, sur le fait qu’il y a sept fois plus de suicides chez les jeunes homosexuel-le-s que chez les jeunes hétérosexuel-le-s et le consensus sur la nécessité de sensibiliser dès l’enfance, auraient du faire réagir ces organismes. Il n’en fut rien, L’Autre Cercle ne consommera pas le budget prévu co-financé par l’Europe et le gouvernement français.

Nous nous souvenons des promesses sans équivoque du candidat à la présidentielle et du discours de la ministre de la Justice lors de la 8ème journée des associations d’aide aux victimes en juillet dernier : la sanction des discriminations et la promotion de la diversité.

Lors de la conférence européenne de clôture à Lisbonne le 19 novembre dernier avec le 1er ministre Mr José Sócrates, L’Autre Cercle présent dans la délégation de la Halde avait constaté de quelle manière les Etats membres de l’Union européenne avait appuyé ce programme par des aides concrètes et des soutiens financiers supplémentaires pour amplifier le message. En France, en dehors du co-financement obligatoire, aucun soutien ni discours explicite pour mettre en valeur ce programme européen. L’absence de représentants officiels du gouvernement à quelques mois de la présidence française avait, par ailleurs, interpellé beaucoup de participants.

Le décalage entre la force d’investissement et de proposition du secteur associatif et les réponses politiques s’agrandit. Il est temps de renverser la tendance.

Le secteur public se doit d’avoir un comportement exemplaire, ce qui n’est pas le cas au regard des dossiers de discrimination suivis par L’Autre Cercle, tant dans une administration centrale qu’au sein d’une grande entreprise publique.

C’est pourquoi, nous espérons qu’en 2008, la France sera proactive sur les questions de promotion de la diversité et de lutte contre les discriminations, sans occulter l’orientation sexuelle et l’identité de genre. Il faut maintenant des actes et nous y serons attentifs.

Catherine TRIPON,
porte-parole de la Fédération de L’Autre Cercle


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur