La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Admiral T revient : la musique homophobe ne doit pas avoir champ libre (...)

Admiral T revient : la musique homophobe ne doit pas avoir champ libre !

date de redaction jeudi 27 septembre 2007


Tjenbé Rèd, la CLF, la Fédération des CGL, Blue Book Paris et quatorze autres organisations appellent le Bataclan à refuser de passer des Follivores aux Follophobes.


communiqué de presse n°TR07SOC05 - 26/9/2007

VENDREDI 26 OCTOBRE, dans un mois jour pour jour, le chanteur homophobe Admiral T entame une tournée en France ultramarine et hexagonale. Pourtant, ce chanteur de dancehall n’a jamais désavoué les paroles homophobes contenues dans (au moins) trois de ses chansons :

  1. En 2001, dans « Makoumé » (« Pédé »), ou « Brilé Yo » (« Brûlez-les »), ou « Batty Boy Dead Now » (« À mort les pédés maintenant ») - le titre de cette chanson varie selon les albums et les compilations mais reste évocateur -, il appelle ses fans au meurtre des homosexuels : « On est venu pour brûler les pédés qui sont près de l’hôtel de ville... Ils vont souffrir, souffrir... Au lieu de tirer au fusil sur ton frère, tire sur eux... Ils vont cuire comme de l’eau dans un chauffe-eau... Les pédés, c’est des cigarettes, brûlez-les comme des mégots... » [1] ;
  2. En 2003, dans « Gwadada » (« Guadeloupe »), il dresse la liste des malheurs qui selon lui frappent la Guadeloupe : le chômage, les agressions, les conflits sociaux, la sorcellerie, la drogue, l’insécurité routière... et l’homosexualité - dont il a une vision pour le moins partiale : « An Gwadada/ A lè-la ni an paket makoumè/ Plen jeun ti boug ka fè makoumè/ Paskè i ni lagen an makoumè » (« En Guadeloupe/ Maintenant il y a beaucoup de pédés/ Plein de jeunes mecs qui sont pédés/ Parce qu’il y a du fric de pédé ») [2] ;
  3. En 2004, dans « Burn Pédofil » (« Brûlez les pédophiles »), il assimile homosexualité et pédophilie en chantant : « Pédofile sé papa macoumè ! » (« Un pédophile c’est un père pédé ! ») [3].

LE 11 OCTOBRE DERNIER, sans avoir jamais désavoué ces appels à la haine, Admiral T n’hésitait pas à écrire sur son site Internet : « Quiconque s’intéresse à ma carrière [sait que] je suis le premier à vouloir que les hommes et les femmes [...] de toutes moeurs puissent vivre ensemble, libres et égaux, dans la tolérance. Je suis et serai toujours pour le respect de l’autre et des différences. Je bannis la violence et la haine » [4]. Mais ensuite, malgré ces paroles d’une sincérité douteuse pour quiconque, précisément, s’intéresse à sa carrière, il refusait de donner suite aux tentatives de médiation engagées par l’association An Nou Allé (a fortiori, de présenter des excuses). Mieux encore, il affirmait sans complexe, dans un communiqué de presse rapporté par la lettre quotidienne du magazine Têtu le 8 décembre : « Je suis opposé à l’homophobie et je l’ai toujours été » ! [5] Ces mensonges éhontés n’ont pas trompé le Conseil de Paris qui adoptait, le 13 décembre, deux voeux demandant le retrait d’un Césaire de la Musique malheureusement attribué le 23 octobre et le rejet sans ambiguïté de la chanson « Batty Boy Dead Now » [6].

AUJOURD’HUI, Tjenbé Rèd, la Coordination lesbienne en France, la Fédération française des Centres LGBT (lesbiens, gais, bi & trans), la librairie militante LGBT Blue Book Paris, quatorze autres organisations françaises, italiennes ou internationales et cinq figures du militantisme LGBT français demandent de nouveau au maire de Paris, Bertrand Delanoë, de leur indiquer le calendrier et les perspectives qu’il entend suivre pour appliquer ces voeux [7]. Les signataires demandent également au Bataclan, salle de concert parisienne qui accueille la clientèle homosexuelle lors des soirées Follivores, de renoncer à accueillir le chanteur homophobe Admiral T les 2 et 3 novembre. Nous appelons les acteurs culturels et les décideurs politiques régionaux à rejeter, eux aussi, la haine homophobe, et à renoncer à programmer Admiral T le 26 octobre à Limoges (CCM John-Lennon), le 27 à Montluçon (MJC), le 30 à Strasbourg (La Laiterie), le 7 novembre à Toulouse (Bikini), le 13 à Lyon (Transbordeur), [le 15 à Marseille (Moulin) ?,] le 17 à Bordeaux (« 4 sans »), le 20 à Rouen (Exo 7), le 24 à Nancy (L’Autre Canal), le 29 à Lorient (Palais des Congrès), le 30 à Saint-Renan (Brest) (Espace culturel), le 8 décembre en Guadeloupe (Tba) et du 11 au 14 en Martinique (Grand Carbet) [8].

Signataires :

Tjenbé Rèd et dix-sept autres organisations : Académie gay & lesbienne, Anne’s Door (Milan), Arcigay Firenze-Il Giglio Rosa (Italie), Blue Book Paris (librairie militante LGBT), CGLBT (Centre lesbien, gai, bi & trans) Rennes, CIBEL (Compagnie des insoumises baladines enthousiastes et lesbiennes), Conservatoire des archives et des mémoires LGBT, CLF (Coordination lesbienne en France), Couleurs gaies (Centre LGBT Metz Lorraine-Nord), Gay-Union (Lutte contre l’homophobie et promotion des cultures homosexuelles sur l’île de la Réunion), Les Enfants terribles (Caen Basse-Normandie), EveryOne Group (Italie), Fédération française des Centres LGBT (anciennement INTER CENTRES LGBT), Les « Oublié(e)s » de la Mémoire (association civile homosexuelle du devoir de mémoire), Paris Foot Gay, Pourquoi pas ? (Théâtre forum contre l’homophobie), Réseau GayAmazonia (Guyane française | http://gayamazonia.over-blog.com), Watching The Sky (Milan)

ainsi que cinq personnes physiques : Stéphane Aurousseau (ancien président de Couleurs gaies), Philippe Couillet (vice-président des « Oublié(e)s » de la Mémoire), Michel Motu (comédien, syndicaliste et militant LGBT), Nicolas Pigois (syndicaliste, membre du bureau de la CGT à la RATP et militant LGBT), Évelyne Rochedereux (présidente de CIBEL, membre de la CLF)

Plus d'informations :

[1] 19 mars 2007 - Lettre aux partenaires des Césaire de la Musique pour leur demander d’exiger le retrait de la scandaleuse récompense décernée au chanteur homophobe Admiral T - Communication n°ANA2007/58, note 2 http://www.tjenbered.fr/ana/2007/20...

[2] 2 avril 2007 - La SACEM et le ministère de la culture récompensent le chanteur homophobe Admiral T - Communiqué de presse n°ANA2007/71, note 4 (version française : LGT/MM/JJ/DA) http://www.tjenbered.fr/ana/2007/20...

[3] Communication n°ANA2007/58, note 3 http://www.tjenbered.fr/ana/2007/20...

[4] 27 novembre 2006 - La « murder music » récompensée par un Césaire ! (Le CRAN, la Fédération des Centres LGBT et An Nou Allé demandent le retrait du prix accordé au chanteur homophobe Admiral T, étrangement cautionné par la mairie de Paris, et appellent à l’annulation de son concert du 8 décembre au Zénith) - Communiqué de presse n°ANA2006/56, note 1 http://www.tjenbered.fr/ana/2006/20...

[5] Communication n°ANA2007/58, note 4 http://www.tjenbered.fr/ana/2007/20...

[6] 13 juin 2007 - Affaire Admiral T : six mois après l’appel du Conseil de Paris, le chanteur homophobe conserve son Césaire - Communiqué de presse n°TR07POL07, notes 2 et 3 http://www.tjenbered.fr/2007/200706... http://www.tjenbered.fr/2007/200706...

[7] 13 juin 2007 - Affaire Admiral T : six mois après l’appel du Conseil de Paris, le chanteur homophobe conserve son Césaire - Communiqué de presse n°TR07POL07 http://www.tjenbered.fr/2007/200706...

[8A] Admiral T en tournée à la rentrée/ 16/07/2007 | par WI http://www.reggae.fr/lire-news/1467...

[8B] ADMIRAL T « FOS A PEYI LA » TOUR 2007/ 03-09-2007 http://www.bondamanjak.com/a_la_une...

[9] En guise d¹introduction : à propos de bell hooks, du féminisme, des noirs, des gays et de la France/ mardi 22 mai 2007, par Lapeg Melanine http://melanine.org/article.php3?id...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur