La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > A l’occasion du renouvellement de son collège, la HALDE se trompe de (...)

A l’occasion du renouvellement de son collège, la HALDE se trompe de personnes

date de redaction mercredi 12 septembre 2007


Six nouvelles personnalités viennent d’être nommées, et les six ont pour point commun d’être totalement inconnues du monde associatif lesbien, gai, bi et trans (LGBT).


Communiqué de presse de l’Inter LGBT,Paris, le 12 septembre 2007

A l’occasion du renouvellement de son collège, la HALDE manque sa rupture

La Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité vient de voir renouveler la moitié de son collège. Six nouvelles personnalités viennent d’être nommées, et les six ont pour point commun d’être totalement inconnues du monde associatif lesbien, gai, bi et trans (LGBT). Rien dans leur parcours ne rappelle en effet une éventuelle expertise dans le domaine de la lutte contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle à l’identité de genre. Le collège de la HALDE conserve donc un profil notabilisé, en restant composé pour l’essentiel de personnalités qui trouvent leur légitimité ailleurs que dans l’accompagnement des victimes de discrimination liées à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre

Cet été, lors d’un entretien avec son président, Louis Schweitzer, l’Inter-LGBT avait pris acte des actions récemment menées par la HALDE en matière de lutte contre l’homophobie, et notamment de la mobilisation de son équipe juridique. Mais la question de la représentation des associations accompagnant les victimes LGBT avait été évoquée comme un problème devant être résolu. Aujourd’hui, avec la désignation récente d’une unique responsable associative LGBT au sein du seul comité consultatif de la HALDE - qui n’a pas le pouvoir de délibération du collège -, cette question reste posée.

En effet, la lutte contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre n’est pas qu’un sujet anecdotique ou secondaire. Or, les autorités ayant procédé aux nominations du collège de la HALDE n’ont tiré aucune leçon ni de la faible visibilité de la HALDE auprès des victimes d’homophobie, de lesbophobie ou de transphobie, ni de la persistance des discriminations subies par les personnes LGBT, voire de ses dérives récentes ultra-violentes.

Rien ne justifie que le monde associatif doive porter seul l’effort en matière de soutien aux victimes et de sensibilisation de la société. Pouvoirs publics, partenaires sociaux et institutions seront donc, plus que jamais, jugés aux actes.


Alain Piriou, porte-parole

Plus d'informations :

Interassociative lesbienne, gaie, bi et trans (Inter-LGBT) Association loi de 1901, membre de la Coordination Interpride France et de l’ILGA (International Lesbian & Gay Association)
c/o Maison des associations du IIIe
5 rue Perrée
75003 Paris
web


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur