La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > Une plaque à la mémoire des homosexuels déportés

Une plaque à la mémoire des homosexuels déportés

date de redaction mercredi 22 août 2007


Le secrétariat d’Etat aux anciens combattants s’est déclaré favorable à l’installation au camp du Struthof d’une plaque commémorant la mémoire des homosexuels déportés.


communiqué de presse du Mémorial de la Déportation Homosexuelle - 20 août 2007

Ce lundi 20 août 2007, les services d’Alain MARLEIX, Secrétaire d’Etat à la Défense chargé des Anciens Combattants, ont indiqué qu’il était favorable à ce qu’une plaque commémorative soit dévoilée en 2008 à la mémoire des déportés pour homosexualité.

Le Mémorial de la Déportation Homosexuelle, à l’instar de l’ensemble du mouvement associatif LGBT, se réjouit de cette annonce. En effet le Mémorial de la Déportation Homosexuelle portait depuis plusieurs années cette revendication qui était le dernier vœu de notre regretté Pierre SEEL (décédé en novembre 2005).

Pierre SEEL avait témoigné de sa déportation dans un ouvrage autobiographique : en 1941, Pierre SEEL fut déporté (à 19 ans) pour homosexualité et interné au camp de Schirmeck où son ami fut dévoré par les chiens des SS.

A l’occasion d’une visite au camp de concentration du Struthof (Bas-Rhin) [1] , Pierre SEEL avait émis le vœu que la plaque à la mémoire des homosexuels déportés soit apposée sur le Mur du Souvenir à côté des plaques rendant hommage aux différentes catégories de victimes, à la suite de celle dédiée aux Républicains Espagnols.

Après le discours du Premier Ministre Lionel JOSPIN (le 26 avril 2001) et celui du Président de la République Jacques CHIRAC (le 24 avril 2005), le dévoilement de cette plaque permettrait de marquer un nouveau pas dans la reconnaissance officielle de la déportation pour homosexualité depuis la France.

Hussein BOURGI
Président du MDH

Plus d'informations :

notre dossier : La Déportation des homosexuels

Notes :

[1] Le camp du Struthof, érigé en 1941, fut le seul construit par les nazis sur le territoire français, l’Alsace étant à l’époque territoire annexé par l’Allemagne. Environ 52.000 personnes y furent déportées et près de 22.000 y périrent.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur