La France Gaie et Lesbienne
Accueil du site > Actualités > L’Inter-LGBT reçue à l’Élysée

L’Inter-LGBT reçue à l’Élysée

date de redaction lundi 25 juin 2007


Aucun arbitrage n’a pour le moment été rendu. Le pacs ne sera pas supprimé. Le Contrat d’Union Civile et la création d’un statut du beau-parent seront deux chantiers ouverts à l’automne. L’Élysée favorisera un dialogue des associations avec le gouvernement pour que soient débloquées les questions liées à lutte contre les discriminations à l’école et à la situation des personnes trans.


Communiqué de presse de l’Inter-LGBT, Lundi 25 juin 2007

L’Inter-LGBT reçue à l’Élysée :

Un premier dialogue utile, une mobilisation toujours nécessaire

Résumé : L’Inter-LGBT a été reçue ce vendredi 22 juin au cabinet du président de la République, pour y rappeler ses principales revendications au sujet du couple, de la parentalité, de la lutte contre les discriminations, de la situation des personnes trans et des questions internationales. Aucun arbitrage n’a pour le moment été rendu. Le pacs ne sera pas supprimé. Le Contrat d’Union Civile et la création d’un statut du beau-parent seront deux chantiers ouverts à l’automne. L’Élysée favorisera un dialogue des associations avec le gouvernement pour que soient débloquées les questions liées à lutte contre les discriminations à l’école et à la situation des personnes trans. Sur les questions internationales, l’Inter-LGBT jouera son rôle d’alerte. L’Inter-LGBT a demandé que soient levées certaines ambiguïtés symbolisées par le cas Vanneste. Enfin, l’Inter-LGBT rappelle que sur le mariage et l’adoption, les désaccords persistent et appelle donc à une forte mobilisation pour la Marche des fiertés LGBT du 30 juin prochain.


L’Inter-LGBT a été reçue ce vendredi 22 juin au cabinet du président de la République, pour y rappeler ses principales revendications au sujet du couple, de la parentalité, de la lutte contre les discriminations, de la situation des personnes trans et des questions internationales. Le président de la République était représenté par sa directrice de cabinet, Emmanuelle Mignon, et sa conseillère juridique, Sybille Veil. L’entretien s’est déroulé dans d’excellentes conditions d’écoute réciproque.

Le Contrat d’Union Civile n’a pour le moment fait l’objet d’aucun arbitrage, et des propositions devraient voir le jour à l’automne. Ce dispositif s’additionnerait au pacs, et ne viendrait pas s’y substituer. Le pacs conserverait en particulier sa souplesse dans ses conditions de signature et de rupture. L’Union civile prévoirait les mêmes droits et obligations que le mariage, à l’exception de ceux liés à la filiation. L’Inter-LGBT a fait savoir que les associations ne souhaitaient pas d’un statut-ghetto, réservé aux seuls couples de même sexe : cette question n’a pas été tranchée. La solution d’un Contrat d’Union Civile ouvert à tous les couples serait plus acceptable, mais l’Inter-LGBT a rappelé que la réelle égalité passerait d’abord par un mariage ouvert à tous les couples.

La création d’un statut du beau-parent est un engagement du président de la République, et l’Inter-LGBT souhaite qu’il soit traduit en propositions qui prennent réellement en compte la diversité des familles recomposées. Plusieurs pistes ont été évoquées dans la discussion, dont celle d’une délégation d’autorité parentale à un tiers qui soit soumis à des règles moins contraignantes qu’elles ne le sont actuellement.

Les conseillers du président de la République se sont engagés à favoriser le dialogue entre l’Inter-LGBT et le gouvernement, en particulier là où les associations ont jusqu’à maintenant rencontré des résistances politiques ou administratives (lutte contre les discriminations en milieu scolaire, droits des personnes trans).

L’Inter-LGBT s’est félicité de l’entretien que Nicolas Sarkozy a eu avec son homologue russe Vladimir Poutine, où il rapporte avoir parlé des "droits des homosexuels". L’Inter-LGBT a demandé que cette préoccupation devienne systématique, tant dans les relations bilatérales entre la France et des pays où les personnes LGBT sont persécutées, que dans les instances internationales où la France doit avoir un rôle de leader. L’Inter-LGBT informera régulièrement l’Élysée des enjeux pour les personnes LGBT, à l’occasion des prochains rendez-vous internationaux du président de la République.

Enfin, l’Inter-LGBT a très vivement regretté la complaisance marquée par les responsables de la majorité, dont le Premier ministre, à l’égard du député Christian Vanneste, condamné pour injure homophobe. Ces manifestations de sympathie, pas toujours assumées, viennent contredire la qualité du dialogue qui semble s’ouvrir avec l’exécutif. L’Inter-LGBT attend du président de la République que ses prochaines décisions viennent lever cette ambiguïté que l’Inter-LGBT ne cessera de dénoncer.

L’Inter-LGBT rappelle que, si le dialogue qui s’ouvre semble de bonne qualité, les résultats ne viendront pas sans mobilisation. Elle rappelle en outre que de graves désaccords subsistent quant à l’ouverture du mariage et de l’adoption à tous les couples. Le 30 juin prochain, il faudra donc être très nombreux à la Marche des fiertés lesbiennes, gaies, bi et trans dont le mot d’ordre sera "Égalité : ne transigeons pas !".

Alain Piriou, porte-parole


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Infos éditeur